RSS

De Minsk au pays de galles, l’Allemagne est la clé de la situation par Pepe Escobar

29 Août

<!–Pepe Escobar–>

Pepe Escobar est le correspondant itinérant pour Asia Times / Hong Kong, un analyste pour RT Tom Dispatch et collabore à des sites Web et radio aux Etats-Unis et en Asie.

Temps a publié : 28 août 2014 09:27

 

Ukraine's President Petro Poroshenko (L), Russia's President Vladimir Putin (top centre R) and Belarus' President Alexander Lukashenko (3rd R from Putin) meet with high-ranking officials and presidents from Kazakhstan and the European Union in Minsk, August 26, 2014.(Reuters / Alexei Druzhinin)

Le Président Petro Poroshenko (à gauche), le Président Vladimir Poutine (en haut au centre) et le  Président Alexander Lukashenko du Bélarus (3e à droite de Poutine) rencontrent de hauts fonctionnaires et les présidents du Kazakhstan et de l’Union européenne à Minsk, 26 août 2014 (Reuters / Alexei Droujinine)

 

 

La route vers le sommet de Minsk mardi dernier a commencé à être ouverte lorsque la chancelière allemande Angela Merkel a parlé à la TV ARD publique, après sa brève visite à Kiev le samedi.

Merkel a souligné, « une solution doit être trouvée à la crise de l’Ukraine, qui ne soit pas être nocive pour la Russie. »

Elle a ajouté que « il doit y avoir un dialogue. Il peut seulement y avoir une solution politique. Il n’y aura pas de solution militaire à ce conflit. »

Merkel a parlé de « décentralisation » de l’Ukraine, un accord définitif sur le prix de l’essence, le commerce entre l’Ukraine et la Russie, et elle a même suggéré que l’Ukraine  était libre d’adhérer à l’ Union  Russie- eurasie , (l’Union européenne n’en fera jamais le prétexte à un « grand conflit » ). Sortie des sanctions ; entrer dans de  bonnes propositions.

Elle n’aurait pas pu être plus explicite; « Nous [Allemagne] nous vouons  avoir de bonnes relations commerciales avec la Russie . Nous voulons des relations raisonnables avec la Russie. Nous sommes dépendants l’un de l’autre, et il y a tant d’autres conflits dans le monde où nous devrions travailler ensemble, alors j’espère que nous pourrons progresser ».

La traduction directe pour tous est qu’il n’y aura pas un Nulandistan (d’après la  neo-con Victoria Nuland ‘L’UE f’ ), contrôlée à distance par Washington et entièrement financée par l’UE. Dans le monde réel, ce que dit Allemagne, signifie l’Union européenne.

Géopolitiquement, cela signifie aussi un énorme revers pour Washington, et sa politique de confinement obsessionnel et l’encerclement de la Russie,  avec la procédure  parallèle du « pivot vers l’Asie » (confinement et l’encerclement de la Chine).

C’est  économiquement stupide

L’ Économie : désormais exemplaire de l’intervention du capitalisme de catastrophe – c’est… l’Ukraine. Eh bien, pour une catastrophe, c’est une catastrophe. C’ est bien au-delà de la récession, maintenant il s’agit d’une dépression profonde. Les fonds du FMI  servent à payer les factures en suspens et à alimenter la machine militaire qui perd ; Kiev ne sent plus battre  son cœur industriel de l’Ukraine. Sans oublier que les conditions du FMI « ajustement structurel » se traduisent par le saignement à blanc des Ukrainiens .

Les impôts- et les coupes budgétaires-sont en hausse. La monnaie, la hryvnya, a plongé de 40 % depuis le début de 2014. Le système bancaire est une plaisanterie. L’idée que l’UE va payer les factures gigantesques de l’Ukraine est un mythe. L’Allemagne (qui recouvre l’Union européenne) veut un accord. Rapide.

La raison est très simple. Allemagne a crû seulement de 1,5 % en 2014. Pourquoi ? Parce que l’hystérie des sanctions propulsées par Washington met à mal l’économie de l’Allemagne. Merkel a finalement délivré le message. Ou du moins semble l’ avoir.

La première étape vers un accord durable est celle de l’énergie. Ce vendredi, il y a une rencontre clé entre les responsables de l’énergie russe et de l’UE à Moscou. Et puis, plus tard la semaine prochaine, une autre aura lieu entre la Russie, l’Union européenne et les autorités ukrainiennes. Le Commissaire à l’énergie de l’UE, Gunther Oettinger, qui était à Minsk, veut un accord intérmédaire sur le transit  des flux de gaz russe bien sûr à travers l’Ukraine vers l’Europe en hiver. Le Général hiver, une fois de plus, gagne toute guerre.

(L-R) Kazakhstan's President Nursultan Nazarbayev, Russia's President Vladimir Putin, Belarus' President Alexander Lukashenko, Ukraine's President Petro Poroshenko, High Representative of the European Union for Foreign Affairs and Security Policy Catherine Ashton, European Commissioner for Energy Guenther Oettinger, European Commissioner for Trade Karel De Gucht pose on the sideline of a summit in Belarus' capital of Minsk on August 26, 2014. (AFP Photo / Kirill Kudryavtsev)

(L-R) Le Président Nursultan Nazarbayev du Kazakhstan, le Président Vladimir Putin de la Russie, le Président Alexander Lukashenko Bélarus, le Président Petro Poroshenko de l’Ukraine, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Catherine Ashton, commissaire européen à l’énergie, Günther Oettinger, commissaire européen au commerce Karel De Gucht se posent sur le banc de touche d’un sommet dans la capitale du Belarus de Minsk le 26 août 2014. (AFP Photo / Kirill Kudryavtsev)

Voilà, essentiellement,  que l’UE – pas la Russie – est en train de dire au Président ukrainien Petro Poroshenko de remballer sa  « stratégie » de défaite, de ralentir le nettoyage ethnique de l’Ukraine orientale.

Moscou a toujours insisté sur le fait que la crise est un problème politique qui a besoin d’une solution politique. Moscou accepterait une solution de décentralisation tenant compte des intérêts – et des droits linguistiques – des gens de Donetsk, Lougansk, Odessa, Kharkov. Moscou n’encourage pas la sécession.

Poroshenko, quant à lui, notre oligarque ukrainien typique  est dans la danse  des oligarques. Maintenant qu’il est sur le dessus, s’il ne veut pas être éjecté. il doit s’appuyer sur le « soutien » des néo-nazis du secteur droit et Svoboda, et  alors il n’y aura jamais une solution politique.

L’Empire du Chaos, naturellement, ne veut pas d’une solution politique – avec une Ukraine neutre sur le plan économique liée à l’UE et la Russie ; l’intégration économique/commerciale en Eurasie est pour lui un anathème.

Il s’agit de l’OTAN

En parallèle, chaque diplomate EU en a conscience – à supposer qu’il en ait  une  –  l’hystérie ininterrompue sur la « menace »  russe  pour l’Europe est un mythe colporté depuis Washington visant à renforcer l’OTAN., dont le Secrétaire général Anders Fogh  » de la guerre ‘ Rasmussen ressemble à un CD rayé.

C’est presque un secret à Bruxelles que les plus grandes puissances de l’UE tout simplement n’ont pas envie d’avoir des bases permanentes de l’OTAN en Europe de l’Est. La  France, Italie et Espagne sont tout à fait contre. L’Allemagne est toujours le cul entre deux chaises, pesant soigneusement comment ne pas s’opposer à la Russie et aux Etats-Unis. Inutile de préciser que les anglo-américains en « relation spéciale » veulent les bases, soutenu par l’hystérie déclenchée par la Pologne et par les pays baltes  – Estonie, Lettonie et Lituanie.

Fogh of War est donc sur un une voie prévisible, parler de « renforts rapides », « installations de réception », « prépositionnement de fournitures, de matériel, préparation de l’infrastructure, bases et siège » et « une présence de l’OTAN plus visible. » Cela  prouve encore une fois que l’Empire du Chaos ne pouvait pas respecter ce qui a trait à l’Ukraine ; c‘est toute  l’expansion de l’OTAN – le point clé dont on parlera la semaine prochaine lors du sommet au pays de Galles.

Le combat libre néolibéral-dépouillement des actifs, privatisation sauvage et le pillage pur et simple de l’Ukraine, déguisé en prêts et « aides », est maintenant inéluctable. Engloutir encore de l’agriculture et le potentiel énergétique de l’Ukraine n’est pas suffisant pour l’Empire du Chaos. Il veut le retour de la Crimée  (cette future base de l’OTAN à Sébastopol…). Il veut la défense anti-missile déployée en Pologne et les pays baltes. Il aimerait même un changement de régime en Russie.

Et puis, il y a MH17. Si tôt ou tard, il  est prouvé que l’Empire du Chaos dupe l’Europe par des sanctions contre-productives selon des« preuves » fictives, l’opinion publique allemande va forcer Merkel à agir en conséquence.

L’Allemagne était le secret derrière le sommet de Minsk. Voyons voir si l’Allemagne sera également le secret derrière le sommet du pays de Galles. En fin de compte, il revient en Allemagne d’empêcher la guerre froide qui risque de chauffer dans toute l’Europe.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :