RSS

QUAND LE GÉNOCIDE EST PERMIS.HOLOCAUSTE TABOU OU AVENIR DE L’HUMANITE par danielle Bleitrach

06 Août

Mauthausen[1]Cette question est parmi celle qui m’obsède depuis toujours et elle fait partie de ce que je définis comme la fascisation de l’humanité. Je voudrais m’appuyer sur deux réflexions: celle de Fidel Castro et celle de quelqu’un qui à l’inverse du premier est à la fois un brillant analyste mais flirte souvent dangereusement avec des problématiques fascistes, simplement antisémites sous couvert d’anti-impérialisme, Pépé Escobar. Mais le dialogue demeure possible parce que l’anti-impérialisme demeure le fond. (danielle Bleitrach)

Hier en traduisant l’article de Fidel Castro intitulé « l’holocauste palestinien« , nous avons été frappée avec Sofi, par le fait que le titre ne paraissait pas approprié au fond de l’article, sans doute parce que l’identification entre le gouvernement israélien et l’extermination nazie nous paraît fausse. Dans le corps de l’article consacré à l’apparition d’un nouveau fascisme, le terme employé est « génocide« , ce qui à l’inverse d’Holocauste ou de Shoah ne porte pas un côté sacrificiel. Fidel d’ailleurs tout en condamnant ce qui se passe à Gaza, en traite comme d’un symptôme du nouveau fascisme. Celui-ci est caractéristique d’un impérialisme en crise, identifié aux Etats-UNis. La chute de cet empire, qu’il tente de freiner par la destruction y compris génocidaire, a comme potentialité le bombardement thermonucléaire, la fin de l’espèce. C’est aussi ce qui se joue à moindre échelle par la pratique génocidaire qui s’étend.

Ce matin Pepe Escobar revient sur cette question du génocide qui serait selon lui l’ultime discussion tabou en Occident. Depuis le début de l’opération qui a consisté à tuer des femmes et des enfants à Gaza, il a relu « à nouveau et à nouveau un livre d’un philosophe italien récemment décédé Costanzo Preve. C’était mon grand ami Claudio Gallo qui m’a donné le livre, qui doit impérativement être traduits en anglais par un éditeur indépendant (aucun éditeur majeur n’oserait y toucher.) Le titre, traduit, est « Bombardement éthiques ». Preves, un fabuleux écrivain ayant une solide formation philosophique, déchire absolument, déconstruit l’interventionnisme humanitaire, « embargo thérapeutique » et les coins et recoins de l’idéologie impériale. »

Il est clair que ce qui vient de se passer à Gaza, surtout pour les gens qui, comme Pepe Escobar et Fidel Castro, font le lien entre Gaza et le Donbass, démonte plus que jamais l’idée d’une justice impériale. Crimes à Gaza, Châtiments (sanctions) à la Russie, et ceci par ordre impérial se répercutant au plus au niveau des Institutions internationales comme l’ONU. L’émotion qui a déferlé à propos de Gaza dans le monde entier et singulièrement dans les pays du Tiers monde a désigné cet ordre injuste qui met en péril l’avenir de la majorité des habitants de la planète. Même si pour de bonnes ou moins bonnes raisons, y compris la facilité fasciste de l’antisémitisme, le lien s’est fait immédiatement entre Israêl victime de l’holocauste pratiquant le génocide.

Pepe Escobar à propos du livre de Preves note que « le morceau de résistance est quand il oppose Hiroshima à Auschwitz. »

Effectivement le traitement des deux événements est symptomatique de la puissance impériale. Depuis toujours, personnellement j’affirme au contraire que si l’on veut effectivement faire d’Auschwitz le crime qui concerne toute l’humanité et doit l’alerter, il faut rétablir le lien non seulement avec Hiroshima, mais avec des faits antérieurs comme l’esclavage, l’anénatissement des amérindiens. Il n’en demeure pas moins que si l’esclavage a une « justification » dans l’exploitation, l’anéantissement de millions d’individus considérés comme des nuisibles par des méthodes industrielles, n’en a aucune et révèle donc le point le plus aboinable de l’espèce dans sa capacité autodestructrice.

Noveko analyse, le traitement tout à fait différent d’Auschwitz et Hiroshima qui est « la Fondation métaphysique cachée » de la société contemporaine. Auschwitz apparaît comme intégralement INJUSTIFIABLE, alors que Hiroshima apparaît comme partiellement JUSTIFIABLE. Donc si exterminer les femmes, les enfants idéologiquement est inacceptable, tout en exterminant techniquement, cela peut être accepté, sous certaines conditions.

On conserve le tabou, Auschwitz qui non seulement en nombre est sans équivalent, mais qui est INJUSTIFIABLE. Ce qui a été frappant dans la situation de Gaza et j’ajouterai plus encore celle du Donbass qui se poursuit dans le silence général comme dans d’autres lieux de la planète, c’est la justification, comment avec l’aide des médias espère-t-on rendre acceptable, l’inacceptable sur le modèle d’Hiroshima. Ce qui n’était que le début de la guerre froide, avec la volonté d’empêcher l’entrée de l’armée rouge en Asie, fut présenté comme la nécessaire riposte au crime tabou d’Auschwitz. L’appel à des savants juifs dans le projet Manhattan est tout à fait symbolique même si le père réel de la bombe atomique Oppeheimer si opposa avec désespoir. Le pacifisme intégral d’Einstein ne connaissait qu’une limite sa haine du nazisme.

Il y a là effectivement le symbole de la manière dont furent autorisés ultérieurement tous les droits génocidaires de l’impérialisme avec la référence au tabou ultime, baptisé shoah ou halocauste pour mieux en éviter l’analyse concrète.

Dire qu’un dirigeant est antisémite, le transformer en nouvel Hitler, est la passage quasi obligé au droit à bombarder la population civile. Les Israëliens sont devenus les propagandistes et les victimes de cet exercice du tabou comme justification au génocide. Un peu à la manière du cas d’Hiroshima, dans lequel des savants juifs ont été embrigadés ,dans l’injustifiable anéantissement de femmes, d’enfants, de vieillards japonais pour entamer la guerre froide entre les Etats-Unis et Staline, sous prétexte de l’anéantissement nazi. Se défendre pour israël était la garantie du tabou que l’on étendait sur la planète entière, allant jusqu’à accuser d’antisémitisme Maduro qui est juif et à contre toute logique soutenir les néonazis du maïdan contre ceux qui défendaient la mémoire des soldats soviétiques.

Entre l’Ukraine et Gaza, nous sommes allés très loin dans l’incohérence entre l’utilisation par l’impérialisme du droit génocidaire et de la défense du tabou. Cela a même redonné force à tous les négationnismes, les antisémites qui consciemment ont voulu rejouer la guerre contre le nazisme s’en sont donné à coeur joie pour effacer une fois de plus toute dimension de classe: regardez comme les juifs ont mérité leur sort puisqu’il font pareil.

Quand je lis le texte de Fidel Catro, je trouve une problématique toute différente. Il réintègre la pratique généocidaire dans sa dimension de classe, d’un capital qui joue sa survie avec les instruments d’un anéantissement de l’humanité. Il voit dans ce qui s’est passé à Gaza et en Ukraine un symptôme du danger imminent, le nouveau fascisme. Il dit presque gentiment aux israéliens, votre génocide est l’affaire de l’humanité, vous ne devez pas vous étonner si celui que vous pratiquez indigne l’humanité, mais il ne s’attarde pas sur le leurre, il reprend la perspective hstorique et fait du génocide avec des moyens d’anéantissement intégral ce qu’il faut combattre. Et il retrouve mais c’est un autre sujet, la nécessité pour la planète d’en finir avec l’instrument de la domination impériale, le contrôle par le dollar de toute la production humaine pour l’orienter vers le profit autodestructeur de l’humanité, le véritable holocauste est devant nous.

Danielle Bleitrach

 
1 commentaire

Publié par le août 6, 2014 dans Uncategorized

 

Une réponse à “QUAND LE GÉNOCIDE EST PERMIS.HOLOCAUSTE TABOU OU AVENIR DE L’HUMANITE par danielle Bleitrach

  1. jehaislescookies

    août 6, 2014 at 9:56

    En effet on a la droit de faire d’Auschwitz (heu, ne pas oublier Chelmno ! ni le ghetto de Varsovie, devant les négationistes on a tort de les négliger !) un crime qui concerne l’humanité, mais à condition d’y inclure aussi ce que vous citez, ET j’ajouterais, très important car ce fut le PREMIER, et comme dit la sagesse des nations il n’y a que le premier pas qui coûte, c’est donc celui qui a rompu la barrière morale, et parce que contrairement aux génocides raciaux les principes destinés à le justifier sont toujours en vigueur dans nos « civilisations », l’Aktion T4, le génocide des fous et des handicapés, auquel on ne donne encore que beaucoup trop peu d’attention. Ah ! comme les tziganes (autre génocide) ils n’ont pas de lobby, et ne sont pas riches, et ne présentent pas « propre sur eux », et en plus à part leurs proches les gens ne sont guère portés à s’apitoyer sur leur sort, c’est bien la preuve qu’on est là au COEUR des valeurs morales et de civilisation en jeu !

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :