RSS

Chomsky : l’Aube du jour de Hiroshima, pourquoi sommes-nous toujours aussi tentés par le nucléaire ?

06 Août

Pour compléter le contexte de l’article de Fidel Castro, voici le morceau essentiel, il est fourni par ce remarquable teste de Chomsky paru dans The Guardian. j’ai traduis le début et je suis sûre qu’il se trouvera des gens pour traduire la suite, vous y apprendrez antre autres que Staline avait proposé » la réunification de l’Allemagne et que pas plus à ce moment là qu’à tout autres, les Etats-Unis n’ont accepté de remettre en question leur puissance alors que dès le départ ils savaient que l’existence d’un tel arsenal était la principale menace qui pesait y compris sur la sécurité des citoyens des Etats-Unis. Dites vous bien que dans son article sur « l’holocauste des Palestiniens », c’est de cet holocauste là dont il parle et donc chaque pratique génocidaire renouvelle la menace. (note de danielle Bleitrach

C’est un miracle que nous ayons survécu à toutes ces décennies, compte tenus des politiques américaines sur l’armement nucléaire depuis Hiroshima

4at

HIROSHIMA A-BOMB BLAST
Photo militaire US de l’explosion de bombe atomique d’Hiroshima le 6 août 1945. « Il y a suffisamment de preuves que la doctrine de sécurité nationale n’englobe pas la sécurité de la population. » Photo : Un musée de mémorial de paix Document/EPA

S’il arrive que certaines espèces extraterrestres élaborent une histoire de l’homo sapiens, elles pourraient bien découper leur calendrier en deux époques : BNW (avant les armes nucléaires) et NWE (l’ère des armes nucléaires). Cette dernière époque, bien sûr, ouverte le 6 août 1945, le premier jour du décompte pour ce qui est peut-être la fin sans gloire de cette espèce étrange, qui atteint l’intelligence pour découvrir les moyens efficaces pour se détruire, mais – comme le laisse entendre la preuve – pas la capacité morale et intellectuelle pour contrôler ses pires instincts.

La Première journée de la NWE a été marquée par le « succès » de Little Boy, une bombe atomique simple. Le Quatrième jour, Nagasaki a connu le triomphe technologique de Fat Man, un design plus sophistiqué.Cinq jours plus tard est venu ce que l’histoire d’Armée de l’air officielle appelle « le grand finale, » un raid à 1, 000 avions(plans) – aucun accomplissement logistique moyen – l’attaque des villes du Japon et le meurtre de plusieurs milliers de gens, avec des prospectus tombant parmi la lecture de bombes « le Japon ne s’est rendu ». Truman a annoncé que la reddition avant le dernier B-29 soit retourné à sa base.

Ceux-là étaient les jours initiaux de bonne augure du NWE. Comme nous entrons maintenant dans sa 70ème année, nous devrions contempler avec l’étonnement le fait que nous ayons survécu. Nous ne pouvons pas deviner combien d’années il nous reste.

Quelques réflexions sur ces sombres perspectives ont été offerte s par le général Lee Butler, ancien chef du Commandement aérien stratégique américain (Stratcom), qui contrôle les armes nucléaires et stratégie. Il y a vingt ans, il a écrit que nous avions jusqu’à présent survécu la NWE « par une combinaison de compétences, de chance et d’intervention divine, et je soupçonne que cette dernière a joué le plus grand rôle »

En méditant sur sa longue carrière sur l’élaboration de stratégies d’armes nucléaires et en organisant les forces à mettre en œuvre avec efficaité, il se décrivait lui-même piteusement comme ayant été « parmi les plus obstinés de ces gardiens de la foi dans les armes nucléaires ». Mais, a-t-il poursuivi, il en était arrivé à se rendre compte qu’il devait désormais se décharger du« fardeau de déclarer avec toute la conviction qu’il peut rassembler qu’à son avis nous sommes extrêmement malade ». Il a demandé: «au nom de quelle autorité, les générations suivantes de dirigeants des Etats nucléaires usurpent le pouvoir de dicter les chances de vie sur notre planète ? le Plus urgent, pourquoi persiste une telle audace à couper le souffle à un moment où on devrait être en train de trembler face à notre folie et nous unir dans notre engagement à en abolir les manifestations plus meurtriers? »

Il a qualifié le plan stratégique américain de 1960, qui en a appelé à un arrêt tous azimuts de tous les automatismes sur le monde communiste. « le document unique de la plus absurde et irresponsable j’ai eu à examiner dans ma vie ». Son homologue soviétique était probablement encore plus fou. Mais il est important de garder à l’esprit qu’ils ont des concurrents, et non des moindres en matière d’acceptation faciles à la course à la survie.

http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/aug/06/hiroshima-day-nuclear-weapons-cold-war-usa-bomb?CMP=fb_gu

 
Poster un commentaire

Publié par le août 6, 2014 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :