RSS

Poutine a-t-il trahi les insurgés du Donbass? par Danielle Bleitrach

25 Juin

Putin-junto-al-ministro-de-DefIci et là, on entend des critiques sur le fait que Poutine auraît « lâché » les insurgés du Donbass en demandant à la Douma de remettre en cause l’autorisation d’intervention en Ukraine des troupes russes.

Ce geste de Poutine de retrait est, me semble-t-il, une « bonne manière » essentiellement destinée aux Européens chez qui il était en visite, en particulier en Autriche. Le fait est que Poutine l’a dit depuis le début, il ne souhaitait pas intervenir dans le territoire ukrainien, considérant que dans ce cas là il aurait contre lui tous les Ukrainiens.

La question de la Crimée est totalement différente, non seulement elle est russe avec une population qui majoritairement se définit comme telle, mais il s’agissait d’une République autonome dont le statut d’autonomie avait justement été remis en cause par un pouvoir putschiste. Et dont les autorités ont donc estimé que leur statut devait être soumis à référendum, ce qui fut fait. Le Donbass présentait un problème différent, les habitants souhaitaient un statut fédéral avec des régions présentant un degré d’autonomie en matière économique et culturel, statut assez comparable à celui actuel de l’Allemagne. Le référendum portait là-dessus. Mais les Etats-Unis ont imposé une intervention armée contre ces gens, la venue de Joe Biden, du plus haut dirigeant de la CIA également a chaque fois coïncidé avec des interventions meurtrières appuyées par les troupes mercenaires de oligarques. Le caractère d’aide à la répression, à la formation de forces armées et policières qu’il s’agisse des Etats-Unis ou de l’Europe en leur nom témoigne d’un choix.

La situation s’est envenimée avec cette réponse et ce qui a alors été au centre des revendications des Républiques autonomes autoproclamées a été le changement de système, la fin des oligarques pilleurs.

La Russie pouvait fournir une aide qu’elle n’a pas manqué d’apporter en matière d’accueil aux populations civiles, convois humanitaires… L’afflux de combattants relève beaucoup plus d’un effet proche des brigades internationales que d’une intervention quelconque du gouvernement russe. Et le gouvernement russe a tenu bon sur une ligne qui est encore la sienne: nous ne laisserons pas massacrer les populations russes et nous réclamons un retour aux négociations, la fin de l’intervention militaire.

La stratégie de Poutine partait d’une analyse: les Américains tiraient les ficelles, après la manière dont les Russes avaient bloqué leur intervention en Syrie et en général vers l’Iran, les Etats-Unis avec les conseillers néo-conservateurs qui entourent Obama ont poursuivi deux stratégies: la première était de priver Poutine d’un accès à la Méditerranée en créant la crise en Crimée ce qui aurait permis au pouvoir putschiste de prétendre les chasser de leur base. La seconde était de ne pas laisser l’Europe participer à un espace eurasiatique et donc d’isoler l’Europe de la Russie et de sa dépendance énergétique.

Donc Poutine a bien pris garde d’adopter une stratégie de partenariat à l’égard de l’Europe, en développant le dialogue. Il était de bonne guerre de sa part de profiter du contexte, les Etats-Unis empêtrés en Irak et la proposition de Porochenko de cessez le feu, même si celui-ci ne comptait pas ou n’était pas en état de le faire respecter, d’un voyage en Europe pour marquer la différence d’intérêts entre les Américains et les différents pays européens. Donc il lui importe de les détacher des Etats-Unis, l’UE a refusé de voter de nouvelles sanctions, sanctions qui ne gênent pas réellement les Russes alors même qu’Obama menace… Poutine joue sur cette contradiction en donnant des gages de bonne foi, qui sur le fond ne changent pas grand chose, vu qu’il y a eu viol des frontières russes et que Poutine dans ce cas est habilité à intervenir sans vote de la Douma.

Le cessez le feu est plus que fragile et les incidents se multiplient… Tiendra-t-il, ne tiendra pas, tout dépend de ce qu’auront décidé les Américains, est-ce qu’il peuvent maitriser tous les feux qu’ils ont allumés ? Est-ce que l’Europe continuera à les soutenir, l’Allemagne et d’autres en ont assez de pratiquer une politique gouvernée par les seuls intérêts de Etats-Unis.

C’est une partie d’échecs où il s’agit de ne pas faire ce que veut l’adversaire… De nombreux points ont été marqués, mais les problèmes sont bien réels. Il y a la situation de l’Ukraine qui se dégrade de jour en jour… Une course du pouvoir de Kiev contre la montre parce que la colère gronde dans toute l’Ukraine… A la limite, tout pouvoir en place dans le contexte actuel est menacé d’un nouveau maïdan et qu’il agisse ou n’agisse pas en menant l’assaut contre sa propre population il ne tient que par la seule volonté des Etats-Unis, avec un enthousiasme de moins en moins évident des pays européens. Personne n’a la clé d’une action idéale dans une situation qui est un vrai bourbier, mais pour le moment Poutine est le moins mal placé.

J’ajouterai qu’il a été obtenu de fait une négociation avec les insurgés que ne voulaient ni Kiev, ni les Américains (on ne négocie pas avec les terroristes est le mythe américain, quand on pense que les Etats-Unis les sponsorise), Au départ, dans le plan de Porochenko, il était question des « mercenaires russes » à qui on laissait le temps de partir, avec un refus total d’entamer la négociation avec les autorités des Républiques autoproclamées, très rapidement de fait il y a eu négociation avec eux. On peut déduire de cela que la position du gouvernement de Kiev et de leurs maîtres américains n’est pas favorable, elle sera pire encore à l’automne. Quand le gaz sera épuisé, que les mesures d’austérité pèseront encore plus lourd et qu’ira se développant un mouvement antiguerre qui prend de l’essor, avec en particulier les mères qui réclament le retour de leurs enfants. De surcroit tout le monde a noté la décomposition de l’armée ukrainienne qui bénéficie seulement d’une logistique aérienne avec des bombardements massifs touchant en priorité la population civile. Et sur ce plan l’aide des Russes reste forte et marque leur rôle humanitaire…

Il faut suivre tout cela d’une manière très fine parce que la situation de l’Ukraine est catastrophique, les gens s’aperçoivent qu’on les a dupés avec l’idée de l’Europe, ils ne voient plus d’issue, la guerre civile est totalement impopulaire, d’où le recours aux bandes fascistes et à la répression dans le Donbass comme à l’interdiction du parti communiste….

C’est pour cela que désormais, l’aspect le plus vital pour le peuple ukrainien comme pour le peuple français est la lutte pour la paix, d’abord pour sauver les enfants du Donbass, ensuite contre l’aventurisme géostratégique qui ne sert que les intérêts capitalistes. Nous n’avons pas à juger des choix politiques des peuples mais nous avons à leur manifester notre solidarité… Je ne sais pas si le Donbass a ou non besoin de l’intervention de Poutine, mais il a un besoin urgent de notre intervention à nous Français comme à tous les peuples d’Europe. Ne serait-ce que parce que ceux qui provoquent partout ce chaos sont d’abord nos propres gouvernants.

Danielle Bleitrach

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le juin 25, 2014 dans Uncategorized

 

4 réponses à “Poutine a-t-il trahi les insurgés du Donbass? par Danielle Bleitrach

  1. Marianne

    juin 25, 2014 at 8:58

    Ce qui manque le plus aujourd’hui, c’est la solidarité des peuples d’Europe avec les insurgés du Donbass.

     
  2. marcel rayman

    juin 25, 2014 at 11:06

    Sans doute.
    Mais ce qui manque le plus aujourd’hui, en fait qui est totalement absent*, c’est la solidarité politique avec ces nouvelles entités qui se sont constituées et se nomment République Populaire et ‘populaire’ a ici un sens, il n’est pas là par hasard. Et ces républiques nationalisent, heurtent de front les oligarques et accrochent au mur des affiches sovietiques et si certains se font bénir par des popes d’autres chantent katioucha.
    En résumé il y a incontestablement aujourd’hui une solidarité militaire avec le Donbass (on n’abat pas des avions de guerre en plein vol avec des escopettes), une solidarité caritative qui se met lentement en place basée sur les souffrances insupportable des populations civiles, mais une absence de solidarité idéologique avec les Communards du Donbass que ce soit à Moscou, à Voix de la Russie (c’est logique) mais, ce qui l’est moins, dans la gauche de gauche qui reste globalement méfiante à l’égard de ce qu’elle considère à tort comme des créations Poutiniennes.
    Bref Slaviansk n’est pas Barcelone, Stalingrad ou le Chiapas. Les médias dominants ont bien travaillé pour obtenir ce résultat en insistant sur religion, nationalisme identitaire, expansionnisme revanchard pan-russe, langue, ethnie etc. . toutes catégories faisant horreur aux anti-fascistes
    Il me semble que c’est donc ce vide qu’il faut combler, parallèlement aux autres solidarités.
    La présence de la JC à Lille est un signe encourageant, peut-être un début de prise de conscience.

    * sauf sur histoire et société

     
  3. Jeanne Labaigt

    juin 25, 2014 at 1:04

    A tous les trois Marianne, Marcel, Danielle,
    Vos analyses et remarques se complètent.
    Le voyage que vous avez fait M. et D. porte des fruits importants, ce que dit Danielle la précision, la concision et l’à -propos de tous les éléments qu’elle relie : (distinction situations Donbass/Crimée, position des américains différenciées de l’Europe, jeu stratégique de la Russie de Poutine, aspiration des peuples, modulation des positions des différents pays européens [de ce point de vue quid de la France et des positions de nos piteux Président et ministre des affaires étrangères ?],tout ces éléments donc qui sont véritablement l’ANALYSE FINE et CONCRETE de LA SITUATION CONCRETE, joints aux appels à la mobilisation et à l’ordre prioritaire de celle-ci que développent Marianne et Marcel permettent d’y voir plus clair.
    En ce moment je suis un peu coincée pour agir efficacement, ce n’est que derrière mon ordinateur et quelques petits moments par jour que je viens sur le blog, mais vraiment le travail réalisé est fondamental.
    Si on veut comprendre les choses vous êtes indispensables.
    Je pense que nos contributions, (mêmes nos interrogations ) et l’échange que nous avons ici sont des éléments politiques de premier plan .

     
  4. marcel rayman

    juin 25, 2014 at 3:49

    Jeanne, ce blog a des milliers de lecteurs et est riche de commentateurs/rediffuseurs. Il permet une information contre-poison efficace. C’est par ce blog que j’ai appris la manif de République pas par TF1 mais il n’est rien à coté de ce que disent Gilbert Collard, Marine le Pen ou Aymeric machinchouette qui eux ont accès permanent aux grands médias et défendent de leur coté le Donbass. Mais pour des raisons différentes des nôtre et ça Danielle le montre bien. Eux ne chanteront jamais l’Internationale.
    Et nous, nous ne referons pas comme au sujet du Vietnam le débat ‘Paix au Donbass’ contre ‘Bataillon vaincra’. Il faudra voir ce qui est le plus utile.
    mais il va bien falloir marquer les camps. Et les républiques populaires vues de Paris et de mon canapé sont dans le nôtre.

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :