RSS

Des Volontaires allemands se réunissent pour aller prêter main forte au Donbass

24 Mai

5

Ilya chaises, Berlin

Des vétérans allemands de l’armée populaire de la RDA, de ses forces spéciales et d’autres unités, avec des jeunes antifascistes préparent une nouvelle Brigade Internationale pour combattre les fascistes en Ukraine: le bataillon a pris le nom de THAELMAN

En Allemagne, le mouvement dénonçant le soutien à Kiev augmente en force tous les jours. Dans une large mesure, il s’agit d’anciens citoyens soviétiques qui avaient déménagé en Allemagne sous le socialisme et de descendants d’allemands antifascistes. Nous avons même discuté de la possibilité de former des bénévoles dans un bataillon nommé Ernst Thälmann, pour y rejoindre les forces combattant dans le sud-est.

Les biographies de ces Allemands « russes » sont proches, dessinées sous papier carbone. Ils ont des racines allemandes, certains sont partis sous Pierre le Grand. Ils ont passé leur enfance et leur jeunesse dans le pays. Le même service militaire et les mêmes points chauds. Et puis, la période de stagnation, qui a paru tout recouvrir.

Youri vit maintenant à Dusseldorf, travaille sur le stockage de matériaux de fixation. Une bonne vie qui ne manque de rien, mais bizarrement il aspire à la lointaine et froide Sibérie et sa richesse de communication humaine. Il a fondé une amicale d’anciens parachutistes. Leur plus récente manifestation a eu lieu dans le cadre de la journée de la Victoire. Invité par les anciens combattants de la grande guerre patriotique, les soldats-internationalistes de Kaliningrad. Et la précédente, à la mi-avril, était fantastique : c’était la tenue d’une manifestation en faveur de la Crimée rattachée à la Russie.

6

Les premières manifestations organisées par des parachutistes ont rassemblé plus de 400 personnes.

— ils ont défilé dans le centre de Berlin, et une fois de plus plaidé pour l’amitié entre l’Allemagne et la Russie, a déclare Dmitry. — une provocation a tenté de s’infiltrer dans nos rangs, mais finalement ils n’ont pas osé nous salir . À bien des égards, les Allemands n’auraient pas délibérément soutenu l’actuelle Kiev, si ce n’est par ignorance. On leur a expliqué que la Russie a attaqué la Géorgie, annexé la Crimée — et ils l’ont cru. Mais si vous commencez à leur expliquer ce qui s’est passé— tout dans leur esprit change immédiatement.

La manifestation n’a eu que très peu d’écho dans les médias. Et pour cause, elle avait du sens. Comme une manifestation en l’honneur du jour de la Victoire. Imaginez-nous dans les rues de Berlin treptower Park sous nos uniformes d’anciens combattants soviétiques. La police, selon un décret local avait interdit les marches sous des uniformes d’Etat étrangers, elle a tenté de stopper la manifestation. Devant le monument aux libérateurs, la troupe internationale des vétérans de plusieurs générations a été accompagnée par les applaudissements et saluée par les cris de gratitude des gens qui sont venus ce jour-là pour vénérer la mémoire des morts.

Une querelle avec la Russie, personne n’en veut, déclare Marmilov. — de plus, nous sommes en train de comprendre que les États-Unis ont fait de la bouillie et que le désordre est partout en Europe.

La conscience du public allemand change fondamentalement, grâce en grande partie à la défense des intérêts de nos anciens compatriotes.

Après le rassemblement en avril à Berlin pour soutenir la Crimée, tous les lundis se sont tenus des rassemblements contre la complicité avec les américains, Yury Ditcel montre sur la photo de l’iPhone un de ces événements. Comme vous pouvez le voir, Frau Merkel, n’est pas très appréciée. Sa popularité est désormais en chute libre, et même Gysi essaye de comprendre le fond de l’affaire et l’expliquer aux gens, résultat, il est à la hausse.

Pas un, mais tous ensemble
Un ancien combattant des forces spéciales de la RDA Alexander Kifel se dit prêt à prendre des dispositions pour le bataillon volontaire Donbass,Ernst Thälmann.

Il n’y a aucun mercenaire, Kifel anticipe la question. Comme en Espagne dans le m-36 — uniquement des bénévoles. Si la situation dans le sud-est de l’Ukraine se dégrade, je vais y aller avec les camarades antifascistes.

.
Kifel a la lutte contre le fascisme dans le sang. Son grand-père Alexandre en 1933 a été dénoncé et a été contraint de fuir vers l’Union Soviétique. Puis, il est parti à la guerre en Espagne, les responsables travaillaient pour le contre-espionnage soviétique et la contre-propagande. Heureux d’être en première ligne, mais ils n’étaient pas autorisés à y participer, le front n’est pas seulement affaire d’armes. Il revient dans sa patrie libérée du fascisme en 1945.

Son petit-fils était aussi antifasciste dans les années 80 où il était engagé dans les unités spéciales des forces spéciales de la RDA avec le contingent soviétique en Afghanistan, ses paroles sur un bataillon international ne semblent pas de vaines paroles.

Peu importe la bonne vie dans l’Allemagne prospère, aucun des Marines n’a oublié la patrie. En Russie, ils ne vivent pas pour rien. A des milliers de kilomètres de leurs frontières, ils ont toujours le doigt sur le pouls du pays. Ils palpitent pour le CSKA et le Zenit non moins que pour le Bayern et ou le Borussia. Ils déclarent : « je suis fier de mon pays » et ne leur demandez pas de dire clairement quel est exactement leur pays.

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le mai 24, 2014 dans Uncategorized

 

3 réponses à “Des Volontaires allemands se réunissent pour aller prêter main forte au Donbass

  1. Marianne

    mai 24, 2014 at 6:33

    Merci Danielle ! où trouves-tu tous ces articles? Cela fait chaud au coeur.

     
  2. histoireetsociete

    mai 24, 2014 at 7:18

    ma chère marianne, moi qui à l’inverse de toi n’ai aucun don pour les langues, je suis obligée de compenser par une intense curiosité, je sens des choses et je fouille comme un sanglier qui cherche lui-même sa nourriture dans une forêt de chènes… voic ce que j’ai trouve en anglais et rapidement traduit en pensant à toi exdellente traductrice:
    ReutersVladimir Poutine au forum de vendredi.
    Les réponses de Président Vladimir Poutine en russe aux questions des journalistes au forum économique de vendredi à St.-Pétersbourg ont été pimentées avec un humour, dont la traduction a sans doute paru impossible aux traducteurs en anglais.

    Peut-être les traducteurs ne pouvaient pas suivre les sarcasmes de Poutine – ou peut-être ils étaient juste simplement incompétents. Après quelques maladresses, un traducteur féminin a été tranquillement remplacé par une voix masculine durant la même démonstration.

    La réponse de Poutine à une question sur les sanctions économiques imposées par l’Ouest, et comme un exemple, il a levé les sourcils :

    « Les sanctions ont visées à mes amis proches, » a dit Poutine, ajoutant obligeamment : « deux Juifs et un ukrainien. »

    En fait, il a utilisé le mot « hohol » – un terme désagréables pour les Ukrainiens. L’ami proche peut ne pas l’avoir apprécié.

    Poutine a essayé de jouer du registre comique à celui d’homme d’État, mais les nuances ot été perdues à la traduction. À un moment donné, Geoff Cutmore du CNBC’S a demandé à Poutine s’il pourrait accepter la légitimité des élections ayant lieu ce dimanche en Ukraine. Poutine a souri et a sorti une plaisanterie à Cutmore se référant à lui-même comme à une tierce personne. Le bon mot littéralement traduit est « Il se colle à moi, signifiant que Cutmore était obstiné et même lourd. Au lieu de cette remarque, le traducteur avait traduit par , »Oh! Allez.  »

    Poutine n’a pas masqué ses propres multiples contradictions. Il a décrit, par exemple, l’Union européenne : « je n’ai jamais compris l’espèce de snobisme dont l’UE témoigne lorsqu’il s’agit de l’Ukraine. » Alors il a ajouté plus tard : « nous estimons le pragmatisme des hommes d’affaires européens, l’Europe est notre meilleur partenaire d’affaire, j’espère que cela va continuer ».

    mais aussitôt il est reparti sur l’humour : « il y a une guerre civile qui fait rage en Ukraine. Quel rapport avec nous ? Il y a un tremblement de terre en Thaïlande – est-ce que nous l’avons provoqué ? »

    Quand il lui a été demandé s’il serait enclin à s’entendre avec Petro Proshenko s’il doit gagner l’élection présidentielle de l’Ukraine dimanche, Poutine a répondu, « Qu’il nous rembourse d’abord – ils nous doit 3.5 milliards. Après nous verrons. » le public a éclaté de rire.

    À autre question – « Obama vous a accusés de malhonnêteté » – Poutine a semblé maussade et puis il y est allé de son conseil de carrière. Sa réponse : « je ne pense pas que Barack m’accuse de quoi que ce soit. Ce n’est pas un juge. S’il veut juger, il devrait obtenir un travail dans un tribunal quelque part. »

    — Anora Mahmudova

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :