RSS

Ukraine: Poutine parle par Paul Craig Roberts *

12 Mar

sans-titre10 mars 2014

POUTINE PARLE
article paru dans le Foreign Policy ** le 10 mars

Les américains n’ont pas connu depuis si longtemps une direction politique ou des médias indépendants qu’ils sont frappés par les réponses directes du Président russe et par des médias posant des questions vraies, certaines sous l’influence de la propagande de Washington.

Les américains seront aussi frappés par la manière dont les faits concernant la situation de l’Ukraine divergent du flot constant de mensonges déversés depuis Washington, ses marionnettes européennes et des médias préformés.

La direction tranquille de Poutine, l’absence de déclarations provocatrices et de menaces et son insistance sur la légalité apparaîtra aux yeux des gens en opposition totale avec les menaces de l’Ouest et le soutien apporté au renversement violent d’un gouvernement démocratiquement élu. Il est stupéfiant que la seule direction du monde vienne de la Russie, de la Chine et de trois ou quatre pays en Amérique du Sud. Le monde Occidental n’a plus la capacité diplomatique. Au lieu de cela, le monde Occidental compte sur la propagande, sur les menaces, la force et complote pour renverser des gouvernements qu’il rend d’abord démoniaques.

Remarquez que Poutine demande à plusieurs reprises pourquoi l’Ouest a créé la crise en Ukraine. Il met l’accent sur un point important, dans des pays post-soviétiques la légalité et la démocratie sont fragiles. On ne favorise pas de démocratie et la légalité en renversant la démocratie avant qu’elle n’ait pris des racines et en mettant en place un gouvernement non élu par la force et l’illégalité. Il est impossible de contester ce point. Pourquoi, en effet, l’Ouest a-t-il assassiné la démocratie et l’ordre constitutionnel en Ukraine ?

Le fait que Poutine pose à la question ne signifie pas qu’il ne connaît pas la réponse. Il ne donne pas la réponse, parce qu’il est un diplomate et a toujours un peu d’espoir pour le bon sens et la bonne volonté vont prévaloir. Il sait que l’Ouest a soutenu le renversement du gouvernement ukrainien dans le cadre de sa poussée stratégique contre la souveraineté et l’indépendance de la Russie. L’alignement de l’Ukraine sur l’OTAN signifie des bases de missile américaines en Ukraine. Souvenez-vous comment les Américains ont été terrifiés par des bases de missiles soviétiques à Cuba.

Poutine sait que Washington dans la poursuite d’hégémonie mondiale conduit le monde vers une guerre dangereuse dans laquelle aucun côté ne peut accepter de reculer. Ainsi, des armes nucléaires interviendront. Poutine sait que la raison que Washington s’est retiré du traité sur les anti-missile balistiques et a installé des missiles anti-balistiques en Pologne pour détruire la force de dissuasion nucléaire de la Russie. Poutine sait que Washington a changé sa doctrine de guerre pour permettre l’attaque nucléaire préventive va dans le sens d’un affrontement avec la Russie.

Poutine sait aussi que seule l’Europe peut empêcher cet anéantissement final. Donc, Poutine ne fait pas de déclarations provocatrices ou accomplit des actions déterminées.Il espère que l’Europe remarquera son comportement raisonnable contrastant avec le comportement irréfléchi de Washington et se rendra compte que l’Europe et l’OTAN doivent cesser de permettre la poursuite de l’hégémonie de Washington , une poursuite qui conduit le monde à sa destruction. Poutine espère que le sens de leur auto-conservation prévaudra chez les Européens sur leur soif de l’argent de Washington et des invitations au dîner à la Maison Blanche.

En prenant cette approche humaine et raisonnable, Poutine s’est établi comme le vrai leader du monde. Washington résiste à la direction de Poutine en le diabolisant. La direction de Poutine contrecarre Washington et fait de Poutine un candidat à son propre assassinat.

http://www.foreignpolicyjournal.com/2014/03/10/ukraine-putin-speaks/#.Ux8iGWtl1co.facebook

Paul Craig Roberts est un économiste et journaliste.Au début des années 1980, il est sous-secrétaire au Trésor dans l’administration Reagan, et se fait connaître comme l’un des pères fondateurs de la Reaganomics, notamment par sa contribution à la réforme du « Tax Act » de 1981.C’est donc un paléoconservateur c’est-à-dire quelqu’un partisan d’une ligne conservatrice traditionnelle axée autour du protectionnisme économique, de l’anti-communisme, de l’isolationnisme, d’une interprétation stricte du fédéralisme et des valeurs familiales traditionnelles.
Le ministre français de l’économie et des finances, Édouard Balladur, reconnaissant ses compétences, lui décerne la Légion d’honneur en mars 1987 pour son « renouvellement de la science économique et politique après un demi-siècle d’interventionnisme ». Il a été rédacteur et chroniqueur de divers journaux, notamment The Wall Street Journal et BusinessWeek, et il est l’auteur de huit ouvrages, portant notamment sur le marxisme ou le libéralisme.En politique extérieure, ses convictions sont à l’opposé de celles des néoconservateurs. Il a marqué son opposition à la guerre en Irak, et a appelé les élus du Congrès à voter la mise en accusation de George W. Bush. Il est également très critique envers la politique américaine vis-à-vis de l’Iran.Il collabore aujourd’hui à des publications paléoconservatrices telles que The American Conservative, Chronicles Magazine, CounterPunch (en), ou encore VDARE (en).

Une fois de plus on ne peut manquer d’être frappé de la manière dont la droite, pas l’extrême-droite du tea party, non la droite conservatrice aux Etats-Unis comme en France (nous l’avons vu avec Carrère d’Encausse) approuve l’attitude de Poutine et va comme ici jusqu’à dénoncer l’aventurisme des dirigeants américains et la manière dont l’Europe par vénalité court au suicide. il y a là une constante puisque ce sont souvent des gouvernements démocrates qui se sont lancés dans les pires expéditions comme le Vietnam alors que certains gouvernement de droit comme Nixon ont été capables de rapprochements avec la cHine.Il y a dans le courant paléoconservateur opposé aux néoconservateurs une dimension gaullienne conservatrice et en même temps très audacieuse au plan international, anticommuniste et capable d’alliances. Notons que Paul Craig Roberts est logique avec lui-même et sa vision internationale puisqu’il a voulu la mise en accusation de G.W.Bush pour la guerre en Irak. Cela dit faute de connaître ce qu’est le courant de Paul Craig Roberts, il est fréquent que la gauche radicale française traduise les articles de Paul Craig Robert ou ceux de counterpunch sans voir la totalité de ce qui est véhiculé par ce courant, le respect d’un pouvoir fort et certainement une vision de droite, ce qui contribue à entretenir des confusions dans les positionnements. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

** Foreign Policy est un magazine américain bimestriel créé en 1970 par Samuel P. Huntington et Warren Demian Manshel. Il était publié jusqu’à fin 2009 par la Fondation Carnegie pour la Paix Internationale à Washington, D.C.. Il a été racheté par The Washington Post Company fin septembre 20091. Les thèmes centraux sont les affaires étrangères et l’économie.

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 12, 2014 dans Uncategorized

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :