RSS

Reflexion du jour: Joe Corbeau n’est pas Joe LE corbeau et j’en profite pour rétablir d’autres faits…

12 Jan

maxresdefault-1024x576 voici le portrait d’un individu dont un lien ci-dessous avec un article dévoile l’identité et celle de son compère ignoble capables de se féliciter de mettre une quenelle à trois petits enfants morts sous le seul prétexte qu’ils étaient juifs. Voici le lien avec un article qui dévoile la véritable identité de Joe Le Corbeau et de l’homme qui pose devant l’école de Toulouse. Ce qui me frappe c’est à quel point il s’agit de la clientèle classique du Front national, des enfants de Pétain plutôt que du Tiers monde.

http://jssnews.com/2014/01/11/le-nom-de-joe-le-corbeau-devoile-le-quenellier-de-toulouse-identifie-et-dautres-nazillons-debusques/

Ce qui me permet rapidement de préciser ma position
– Mon combat porte d’abord sur le négationnisme c’est-à-dire la réhabilitation du nazisme, parce que tel est le but des assassins de la mémoire nous faire oublier la leçon de l’Histoire et le serment des hommes et des femmes qui affrontèrent l’horreur à savoir : « Plus jamais ça! » Connaître le passé est nécessaire pour affronter l’avenir. A ce titre je suis très réticente sur le terme de Shoah ou holocauste, je ne le récuse pas mais il donne une dimension mystique à ce qui est un fait politique et à ce titre susceptible de se reproduire dans les temps qui sont les nôtres ou pour que rien ne change le capital et l’impérialisme seront prêt à recourir à ce simulacre de révolution par la haine que porte l’extrême-droite. Dans les camps de la mort il y eut en majorité des juifs et eux seuls « bénéficièrent » de la solution finale, mais il y eut également leurs frères de toujours les Roms, des africains furent stérélisés, il y eut aussi massivement des résistants dont la majeure partie étaient communistes mais pas seulement. Nous avons tous intérêts à ce que soient rétablis les faits.

– Mon combat est aussi dans la dénonciation du racisme, pour moi l’antisémitisme doit être inscrit dans ce combat global par rapport à une situation très préoccupante dans notre pays, dont je maintiens qu’il n’est pas raciste mais que des forces nauséabondes le travaillent en ce sens. Il faut un combat qui emploie tous les moyens à notre disposition y compris juridiques et fiscaux comme le prévoit la loi Gayssot et si besoin était prendre d’autres dispositions mais toujours dans un cadre légal qui permette le respect de la liberté d’expression à la quelle nous sommes attachés. Mais le moyen essentiel reste politique et éducatif et la responsabilité de tous est engagée.

-Mon combat est aussi celui du refus de la haine et des divisions qui organisent dans le pays une guerre civile entre les victimes au lieu d’unir sur une base de maintien et de conquête des droits sociaux pour les individus comme pour les groupes sociaux. A ce tire je refuse quels que soient mes engagements derrière telle ou telle cause internationale qu’elle débouche sur des antagonismes qui n’ont pas lieu d’être entre citoyens français. A ce titre j’ai toujours combattu la politique du CRIF qui ne cesse d’être ce facteur d’isolement des juifs français, mais je n’accepte pas non plus que l’on considère par exemple que la cause palestinienne justifie en quoi que ce soit l’antisémitisme. La France est le pays d’Europe qui a la plus grande communauté juive d’Europe et le plus grand nombre de musulmans issus du Maghreb ou d’ailleurs. J’ai toujours considéré qu’il s’agissait là d’une chance et que les eaux mêlées faisaient partie de ma conception de la nation, la rencontre entre des peuples unis par l’apport de la Révolution française. Donc j’appuierai toujours l’action de l’Etat et du droit quand il ira dans ce sens et m’y opposerai quand il faillira et ceci indépendamment de toute position partisane et de mes luttes politiques pour telle ou telle force. A ce titre il faut respecter la loi et exiger qu’elle évolue si elle est confrontée à son insuffisance. L’existence d’internet va certainement nous poser de nouveaux problèmes. Sans oublier ce qui met sans doute le plus en cause notre unité nationale, la multiplication du chômage et de la précarité et les atteintes aux droits syndicaux, sans justice sociale, la lutte pour l’unité de nationale est un vain mot et même la lutte contre le racisme rendue inopérante. Mais il y aussi des pratiques à acquérir, sans limiter la liberté d’expression, il faut avoir le respect des autres et je combat avec la même détermination les spectacles immondes de Dieudonné que les dérapages inadmissibles d’un chaîne de télé sur les massacres du Rwanda et les assauts qui se veulent « humoristiques » contre les musulmans d’un journal comme Charlie Hebdo. La limite à ne pas franchir est quand un groupe social devient la victime d’un véritable harcèlement haineux et d’une provocation permanente dans une démarche qui mêle le racisme à des intérêts marchands.

Danielle Bleitrach

PS puisqu’il est question de respect , je voudrais ajouter que certains ont pu être choqué par la violence de mon dernier article sur l’émission de Taddei mais elle n’est que la violence des faits et pas provocation inutile. Quand on est confronté au négationnisme on ne peut pas se payer de mots, il faut être précis, direct, oser dire ce qu’est la mort de masse, que faire des corps ? Il faut le faire pour réaliser cette inhumanité politicienne puisqu’elle ne vise qu’à la réhabilitation du nazisme pour mieux nous l’imposer à nouveau. C’est non seulement une répression terrible pour mieux renforcer l’exploitation mais c’est le sadisme déchaîné et cela nous marque aussi, nous ressentons la honte d’être un homme comme le dit Primo Levi. « Et la honte d’être un homme, nous ne l’éprouvons pas seulement dans les situations extrêmes décrites par Primo Levi, mais dans des conditions insignifiantes, devant la bassesse et la vulgarité d’existence qui hantent les démocraties, devant la propagation de ces modes d’existence et de pensée-pour-le-marché, devant les valeurs, les idéaux et les opinions de notre époque » dit Deleuze je crois, c’est pour cela que parfois l’insignifiant, une émission de télé, un journal est comme une alerte sur ce terrible chemin. Nous ne pouvons plus penser l’humain dans un état d’innocence, mais il y a là non pas un phénomène isolé mais une chaîne dont nous mesurons où elle mène à Auschwitz mais aussi à Hiroshima à partir par exemple du génocide amérindien, de la traite des noirs… Toujours cela nous confronte aux corps.

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 12, 2014 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :