RSS

1968, qu’est-ce que ça vous rappelle ?

19 Sep

enhanced-buzz-wide-20872-1338324598-18[1]

Voilà le contexte de mai 68, cela la guerre du Viet Nam, on assiste en fait à une possible jonction entre les peuples du Tiers monde revendiquant leur souveraineté, la classe ouvrière et les mouvements égalitaires, femmes, noirs, homosexuels… 1968 est une année de grande tension sur la scène internationale, mais aussi aux États-Unis où les clivages entre communautés ne cessent de croître. La population noire américaine, qui lutte pour l’égalité des droits entre Blancs et Noirs, se heurte au racisme et au conservatisme d’une frange de la communauté blanche. Figure de proue de la lutte pour les droits civiques, le pasteur non-violent Martin Luther King, Prix Nobel de la Paix en 1964, est assassiné le 4 avril 1968 à Memphis (Tennessee) alors qu’il allait porter son soutien aux ramasseurs d’ordure en grève ; apparaît dès ce moment une possible jonction avec les revendications sociales. S’ensuivent des émeutes dans tous les États-Unis qui font de nombreux morts, les black panthers apparaissent sur le devant de la scène.

Les jeux olympiques de Mexico

Organisés du 12 au 27 octobre 1968, ces Jeux Olympiques étaient déjà en eux-mêmes un symbole car ils étaient les premiers organisés dans un pays en voie de développement. Mais ils s’ouvrent sous la surveillance de l’armée suite au massacre d’étudiants de Tlatelolco qui eut lieu le 2 octobre, dix jours plus tôt (1) .Le nombre de victimes du massacre de 1968 est toujours sujet à controverse : les sympathisants du mouvement étudiant estiment qu’il y a eu entre 200 et 300 morts parmi les manifestants, les sources gouvernementales indiquent « 4 morts, 20 blessés ». Du côté des représentants des forces de l’ordre il y aurait eu 50 morts et des dizaines de blessés. Le nombre de personnes arrêtées et « disparues » n’est pas non plus clairement connu, mais il se chiffrerait à plusieurs centaines.

1968 fut une année de troubles mondiaux, mais son dénouement prit au Mexique un tour encore plus violent que dans d’autres pays comme l’Allemagne, le Japon. Le 2 octobre 1968, en début de soirée, l’armée mexicaine a ouvert le feu sur des étudiants rassemblés sur la place des Trois Cultures de Tlatelolco à Mexico. Le nombre exact de victimes n’est toujours pas connu précisément, mais cet évènement mit fin brutalement à plus de trois mois de contestation estudiantine, contre le gouvernement socialiste du PRI.

Les revendications d’égalité sur le podium

17 octobre 1968, la remise des médailles pour la finale du 200 mètres se prépare. Se présentent au pied du podium deux athlètes noirs américains, Tommie Smith et John Carlos, respectivement premier et troisième de cette finale. Entre eux deux, l’athlète australien à la peau blanche, Peter Norman. Et ce que personne n’attendait arriva. Tommie Smith et John Carlos, hissés sur les marches du podium, tête baissée pendant l’hymne national américain, levèrent chacun le poing en l’air, un poing ganté de noir. Ce geste effectué devant les caméras du monde, qui avait pour but de dénoncer les conditions de vie des Noirs aux États-Unis, choqua, interpella mais surtout, rendit furieux les jurys des JO, qui décidèrent illico d’exclure les deux athlètes des jeux et du village olympique.

Mais 68 et pas seulement en France où la jonction a failli se réaliser entre les trois mouvements mais a été l’objet de différentes tentatives pour l’empêcher, qu’il s’agisse de Charletty, l’intervention de Mitterand, des provocations anticommunistes de Cohn Bendit, le véritable responsable a toujours été pour moi le mouvement communiste international qui n’a pas su rassembler ces mouvements et a donc donné de la force à ceux qui cherchaient à diviser, permettant une complète reprise en main par la droite… L’échec de la première expérience du socialisme est probablement le fruit de cette incapacité historique à rassembler… La contre-révolution qui intervient à partir du Chili en 1973 et qui s’étend à toute l’Amérique latine puis en Europe et enfin à l’URSS a probablement à sa source ce fait.

Danielle Bleitrach

(1) Le massacre de 1968 est en fait le second massacre de Tlatelolco, le premier, qui fit 40 000 morts, ayant eu lieu le 13 août 1521. Les derniers combattants aztèques sous les ordres de Cuauhtémoc y furent massacrés ainsi que leurs familles par les troupes espagnoles et leurs alliés tlaxcaltèques sous les ordres de Hernán Cortés.
.

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le septembre 19, 2013 dans HISTOIRE

 

Une réponse à “1968, qu’est-ce que ça vous rappelle ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :