RSS

Archives de Catégorie: Uncategorized

A mes amis, réflechissez nous revenons le 9 novembre

00

Je vous remercie de votre réaction devant ce que l’on tente de faire de nous, je crois que pour moi c’est pire que tout ce que vous pouvez ressentir… toute la base de mes engagements, tout ce que j’ai donné , vécu est là dans le refus de la bête immonde… A Auschwitz il y a le nom d’un certain Léon Blajtrach dit Bleitrach, né à Tarnow et mort là à quelques kilomètres de son lieu de naissance, c’était le jeune frère de mon grand père Nuchim, naturalisé cubain… J’ai su comment il était mort , je dois être la dernière à le savoir, il s’est laissé mourir devant l’ignominie de l’être humain, devant ce qu’on exigeait de lui pour survivre… Je peux aisni suivre jusqu’à la lituanie les mille et une façon de mourir de ma famille, depuis le jeune frère de mon père, Salomon dit raymond qui fut exécuté à la sortie du train, il avait vingt ans.. Je pourrais accumuler les images qui m’ont hantée et comment à 15 ans j’adhère au PCF parce que j’ai vu sur Match des communistes pendus à des crocs de boucher en Hongrie, parce que j’admire les communistes mais aussi parce que je me suis jurée de jamais me faire conduire à l’abattoir comme un mouton, je résisterai comme ceux du ghetto de Varsovie, je ferai sauter des ponts comme ceux de la bataille du rail, je serai communiste… Alors voir cette horreur prétendre prendre la place des communistes et le faire en utilisant l’iniquité de ceux que je ne peux m’empêcher de considérer un peu comme les miens, ceux qui se troment, copient nos pires ennemis les fascistes, là-bas en israël… partout les miens prennent des masques de ce que j’ai cru fuir, en Israël mais également les communistes… Je me suis battue pour Cuba, jusqu’à ce jour terrible où je les ai vu envahis par cette lèpre… l’antisionoisme devenu avec les Marie Poumier, les Israël Shamir pur prétexte à l’ouverture à ces horreurs nazies… J’ai vu le web envahi par eux et j’ai entendu les pires imbécilités… . tous mes combats étaient viciés par le racisme et ceux qui enprofitaient étaient ceux qui la créaient, les impérilistes qui pourvaient même se donner le luxe d’apparaître des démocrates antifasciste alors que comme le disait Brecht l’horreur sortait de leur ventre… A la manière de Mitterrand faisant monter le Front National en même temps qu’il créait touche pas à mon pote avec des êtres aussi véreur que lui… Où que j’aille ils sont là les cauchemars de ma petite enfance… Que faire quand la sottise ricane autour de toi… Quand je suis allée en Crimée avec Marianne j’ai découvert de véritables antifascistes qui refusaient de penser dans les catégories juif ou pas juif, et qui me répondaient, un oligarque n’est ni un juif ni un non juif c’est un oligarque, un pillard prêt à tout pour la richesse. … J’étai heureuse et je reviens en France , je me bats et là je les retrouve, pire que jamais… Je trouve les communistes si dénués de défense qu’ils ne voient rien il y a ceux qui laissent bruler les communistes et les syndicalistes sans le moinde émoi, sans un mot, ce seraient des aventuriers… Il y a ceux qui veulent se battre et qui ne voient rien de plus et qui lisent avec passion , biberonnent The Saker et autres littératures nauséabondes… Et cette ^phrase stupide de cette fille de Républicain espagnol: depuis le temps qu’ils nous bassinent avec leur shoah… Partout et toujours les arabes humiliés qui ne voient que les juifs, même pas à cause de la Palestine, non parce qu’ils sont jaloux des juifs, leurs cousins qui réussissent alors qu’on les traite si mal… Le gang des barbares excusés par les militants de France Palestine au nom du CRIF… la confusion le plus totale, une situation si dégradée que je me demande à quoi je sers… Pourquoi je me bats… Il serait si simple d’écrire le livre dont je rêve: une ode à mes deux utopies disparues, le yiddishland devenu l’uNion Soviétique avec Odessa comme capitale et Babel qui la chante … Eisenstein qui la filme tandis qu’on la martyrise en silence à nouveau…  Voilà j’ai besoin de ce retour à Odessa, j’y vais, je vous laisse réfléchir, allez jusqu’au bout de vous même et faites votre choix… Moi je n’ai plus la force de subir tant de coups… Des plus douloureux aux plus mesquins… Comme le veut une période de ragots et sans transcendance…

Je vais à Odessa pour mener peut-être mon dernier combat, j’y serai au moment de ces terribles élections ukrainiennes et Marianne et moi tenterons une fois de plus de temùoigner au nom de ceux qui combattent, la mère de cet enfant kommessomole, assassiné et tant d’autres , je ne sais à qui je pourrais dire cela, mais même s’il ne me reste que le filet de ce blog, il faut que quelqu’un parle, que quelqu’un dise l’horreur… que vous êtes en train d’accepter sans la voir… Je sais que nous allons rire, marianne est sage, elle ne porte pas cette plaie là, comme tout individu elle en a d’autres nous sommes tous cousues d’enfance mais elle est aussi communiste avec ce besoin de justice et de vérité que l’on a tenté de nous enlever avec la force de notre organisation… Elle aime comme moi naivement le côté chevaleresque de la russie, la manière dont les communistes russes ont porté le monde entier, les luttes de libération nationales autant que l’affrontement meurtrier avec le nazisme… C’est ce que l’on tente de dénoncer comme le stalinisme pour mieux vous faire accepter de blanchir le nazisme sous toutes ses formes actuelles.
Danielle Bleitrach

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 21, 2014 dans Uncategorized

 

C’est encore pire…] Svoboda : “Nous sommes nés pour détruire Moscou !”

http://www.les-crises.fr/svoboda-nes-pour-detruire-moscou/

Radio Svoboda : back to the 1930′s ?

ATTENTION : la radio Svoboda ukrainienne n’a rien à voir avec le parti du même nom. C’est une radio (“Liberté”) qui est en fait Radio Free Europe, financée par le Congrès des États-Unis

Elle a fait un petit montage en rapport avec Hennadiy Kernes, le maire de Kharkiv, vu comme un anti-Maidan (sans être follement pro-russe non plus).

Petit détail, on lui a tiré une balle dans le dos en avril 2014, auquel il a survecu. Il est retourné dans sa ville fin juin.

Autre détail, il est juif – important pour saisir certains aspects de cette image d’anthologie :

Les évènements du 14 octobre

Je rappelle que le 15 octobre correspondait au 55e anniversaire de l’assassinat de Stepan Bandera par le KGB…

Jolie synthèse de Bertrand sur son site, que je repompe honteusement (en revoyant la traduction), pour compléter le billet d’hier

Irina Farion, Kiev, le 14.10.2014

Certains d’entre vous se souviennent certainement d’Irina Farion, député de la Rada [P1]  suprême ukrainienne, numéro trois du parti pas-nazi-selon-béhachelle « Svoboda » et surtout « directrice adjointe de la Commission du conseil sur l’éducation et la science. » Ses multiples déclarations enflammées, ses appels au meurtre ou son obsession particulière pour la dérussification des prénoms d’enfants ukrainiens dans les écoles ont fait d’elle une figure amusante et populaire, véritable passionaria des « patriotes ukrainiens » [l’expression ukrainienne commune pour « nazis »].

Je ne résiste pas au plaisir de vous offrir ici quelques-uns des extraits les plus croustillants de son désormais mémorable discours du 14 octobre dernier à Kiev, devant tout son fan-club réuni pour célébrer « l‘Armée insurrectionnelle d’Ukraine » (UPA) créée en 1942 par Stepan Bandera et qui combattit les Soviétiques (les Russes).

Selon Irina Farion, les Ukrainiens qui crient des slogans nationalistes « Gloire à l’Ukraine ! Gloire aux héros ! » sont les seuls Ukrainiens libres. [P2] Ceux qui ne crient pas ces slogans sont des esclaves.

« Des pharisiens et des hypocrites ont repris ces slogans dans leurs sales bouches, nous devons être prudents, nous devons être sans pitié envers eux. Nous ne devons croire en aucun cas un seul mot de ce qu’ils disent. […] Je prie la Sainte Vierge : bénis nos plumes et nos épées, car seuls les peuples qui ont la Sainte Parole vivent avec dignité dans ce monde[P3] . »  

“Dieu et l’Ukraine au-dessus de tout!” (Kramatorsk, le 14 octobre 2014)De droite à gauche : l’ancien chef de l’UPA dont on parlait hier,
Stepan Bandera et Konovalets (le montage avec Adolf est un faux)

 

« Cette guerre [elle parle de la guerre avec la Russie] était tout à fait inévitable en termes historiques.

Désolée, je ne cite pas volontiers Hitler ici, mais il avait raison quand il disait que les guerres sont gagnées avant le déclenchement des hostilités.

Les guerres sont perdues d’avance quand les enseignants et les prêtres ont déjà perdu. Les enseignants et les prêtres ont été défaits en Crimée, à Lougansk et à Donetsk. Il n’y avait pas de livres ukrainiens, pas de mots ukrainiens, de musique ukrainienne, d’idées ukrainiennes. C’est pourquoi Poutine y règne [P4] aujourd’hui.

Tout dans notre vie dépend de la façon dont nous pensons, des objectifs que nous nous fixons et à quel point nous sommes ukrainiens dans nos âmes. Méfiez-vous de ceux qui portent désormais la ‘vichivanka’ [chemise nationale ukrainienne, très prisée chez les nationalistes], car ces chemises brodées cachent l’absence d’âme ukrainienne. »

vishivanka matelassée spéciale “hiver post-maidan”

« Nous nous battons non seulement sur le front extérieur contre l’agresseur Poutine, ce qui est absolument inévitable. Une seule issue s’offre à nous : détruire Moscou. C’est pourquoi nous vivons, c’est pourquoi nous sommes venus en ce monde : pour détruire Moscou, ce trou noir dans le système de sécurité européen. Même s’il en va, bien sûr, avant tout de notre sécurité.

Nos plus grands ennemis ne sont pas les Russes qui se tiennent à nos frontières. Nos plus grands ennemis vivent ici, chez nous. Ils portent des noms ukrainiens typiques qui se terminent en « -enko », en « -tchouk », en « -youk », en « -ouk », en «-ichine »  [P5] ou en « -iv ». Voilà les janissaires, les voleurs, les lèche-culs, les opportunistes, les corrompus [P6] ! Mon vœu est d’abord que, lors des prochaines élections, nos bulletins de vote les abattent [sic] tous, chacun de ces déchets. D’abord avec nos bulletins de vote. » Puis elle répète : « abattez-les bientôt ! »

Et Irina Farion d’accuser les infortunées personnes affublées de ces patronymes [P7] de tous les maux de l’Ukraine depuis 1917.

Parce que ces opportunistes ont fait échouer l’indépendance ukrainienne en 1917. Ils ont démilitarisé la société ukrainienne. Ils ont renoncé à une armée ukrainienne forte. Ils ont parlé de prétendue « démocratie ». Le brillant Kotchoubinsky a dit à une occasion : « La démocratie est un mot risible, un mot romantique drôle.[P8]

En fait, notre gouvernement doit avoir une forte et puissante conscience militariste. Et c’est notre devoir à nous, l’authentique noyau ukrainien, contrairement à ces répugnantes âmes démo[P9] -libérales de tout acabit. »

« [Je souhaite plus] de pouvoir pour nous, la confiance, la foi, l’offensive, l’amour de soi et la haine de l’ennemi ! Gloire à la nation ! » S’adressant aux néo-nazis ukrainiens, Farion leur dit : « Vous êtes le noyau autour duquel doit tourner l’État ukrainien »[P10]  « Vous devez être sans pitié envers l’ennemi… nous devons lutter sur de nombreux fronts… Dans l’esprit et les mains de chacun de nous, il doit y avoir la compréhension que seule la force militaire sera capable de vaincre cette horde étrangère et intérieure. Sommes-nous prêts pour cela ? » [P11] La foule lui répond : « Oui ! »

Farion déclare ensuite que : « Le plus terrible poison, c’est le libéralisme. C’est pourquoi nous devons les [les libéraux] rejeter lors des élections hors de notre Histoire ! »

La foule lui répond : « Mort aux ennemis ! »

[P1]Ou le Conseil suprême (voir l’allemand Rat = conseil, en russe soviet…) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rada_(Ukraine)

 [P3]Ou « sont dignes de vivre » (lebenswert) apparemment selon le site allemand une citation de la poétesse ukrainienne Lina Kostenko.

 [P4]En allemand plus neutre « est » (Poutine y est aujourd’hui). Mais l’ukrainien à l’audio semble bien ajouter « bottes ».

 [P7]Quasiment tous les Ukrainiens ont des noms qui se terminent en –enko, -youk, -iv, etc. Elles visent les « faux » ukrainiens qui ont des dehors ukrainiens (nom de famille, chemise brodée) mais qui sont russes de cœur (esclaves pour elles).

Le discours d’Iryna en V.O. ukrainienne sous-titrée par Vincent Parlier

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 20, 2014 dans Uncategorized

 

Pourtant il est facile de les combattre… C’est à vous de choisir…

4

Voilà l’analyse que je reçois de l’un de ces escrocs de l’extrême-droite, un ami de Soral et Dieudonné, qui comme Soral prétend à la fois avoir été membre du parti et être juif, deux affirmations que je mets en doute…

http://www.alain-benajam.com/2014/10/communistes-nationalistes-vers-un-compromis-historique-contre-l-imperialisme.html

Cette analyse vous décrit l’état de ces gens là et le fait qu’ils affirment avoir pris le relais d’un PCF devenu inexistant.. Si j’éprouve pour ces gens là du mépris et de l’indignation, ils ne cachent pas la place laissée vide qu’ils prétendent prendre… Pendant que certains membres du PCF en sont à la confusion la plus totale : comme eux faisant du sionisme la catégorie centrale du capitalisme impérialiste… que d’autres n’osent pas soutenir les communistes massacrés à Odessa, ceux qui luttent dans le Donbass… bref qui suivent la politique du PS… Alors voilà ce que dit l’extrême-droite sur la manière dont elle est seule à mener le combat: que chacun en tire leçon si possible, moi je suis lasse d’avoir à me battre sur tous les fronts… je finis par me dire que je suis la dernière des communistes…

Pourtant grâce à ce combat que nous avons menés Marianne et moi, avec l’aide d’une poignée de communistes, ces gens là ont été isolés…  la liste qu’ils avaient fondée a été désertée de tout ce qui n’est pas ce groupe putride… Sur Paris aujourd’hui même j’apprenais d’un professeur de russe la constitution d’un groupe décidé à se battre pour les populations civiles du Donbass, ce que j’ai moi-même tenté de mettre en place… et qui sans jeter d’exclusive politique refuse de faire de l’action de solidarité avec le Donbass et de la lutte antifasciste un tremplin pour l’extrême-droite… En fait il suffit d’un peu d’action, d’autres préoccupations, l’aide aux populations civiles, le refus du fascisme qui opprime les Ukrainiens, quels qu’ils soient…  le refus de la russophobie et de la guerre comme finalité du capital … Pour que s’ouvrent d’autres perspectives…

Vous avez environ trois semaines pour réfléchir et faire votre choix entre la lutte antifasciste et la soumission à leur domination en vous plaçant sur leur terrain systématiquement. ou ce qui revient au même en désertant la lutte anti-impérialiste, la lutte pour la paix…

Danielle Bleitrach

 
13 Commentaires

Publié par le octobre 18, 2014 dans Uncategorized

 

Le consul de Grèce a essuyé des tirs de l’armée ukrainienne près de Marioupol

4 

http://www.novorosinform.org/news/id/12081

 

Dans le village de Sartana les forces ukrainiennes ont tiré mardi sur un cortège funèbre. Parmi les morts il y a six Grecs. Deux des blessés sont dans un état grave. Les autres ayant reçu des éclats d’obus sont hospitalisés dans un hôpital local.

Selon l’agence «Nouvelles de Crimée» parmi les participants à la procession funéraire il y avait le consul général de Grèce à Mariupol Dimitris Papandreou, qui a échappé de justesse aux blessures.

La mission de l’OSCE a confirmé que les attaques provenaient de systèmes de lance-roquettes multiples « Grad ». Rappelons que dans ce secteur au cours des dernières semaines les affrontements entre les forces ukrainiennes et l’armée de DNR se sont intensifiées.

Le ministre grec des Affaires étrangères a exprimé ses condoléances aux familles des victimes. Le ministre Evangelos Venizelos a promis un soutien complet à ses compatriotes en Ukraine.

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 16, 2014 dans Uncategorized

 

voici ce que fut Bandera et les banderistes

U3-6] L’UPA en action et les Massacres de la Volhynie

http://www.les-crises.fr/u3-6-l-upa-en-action-et-les-massacres-de-la-volhynie/

 ATTENTION : billet contenant des images très dures

À la fin de 1942, l’UPA a participé à une campagne de nettoyage ethnique de Volhynie (où vivaient 350 000 Polonais), et au début de 1944, ses campagnes ont commencé à inclure la Galicie orientale.

On estime que près de 70 000 Polonais, principalement des femmes et des enfants ainsi que des hommes non armés, ont été tués au cours de la campagne du printemps et de l’été 1943 en Volhynie par l’UPA.

ivangorod

babi yar

execution en masse

L’holocauste en Pologne

L’idée, l’acceptation et l’exécution de l’ordre étaient conformes à l’idéologie nationaliste de l’OUN-B et l’UPA: au nom du peuple on peut tout faire et même tuer. Le résistant ukrainien Taras Borovetz a ainsi été attaqué par Bandera pour avoir refusé de se soumettre à l’OUN-B et de participer aux massacres de la Volhynie. Il écrivit d’ailleurs à Bandera pour lui dire que l’Ukraine avait des ennemis bien plus importants que les Polonais, et il critiqua les massacres qu’il qualifia d’honteux.

Taras Borovetz

À partir de 1942 et surtout l’année suivante commencèrent des actes barbares où l’assassinat était associé aux mutilations par coupe ou arrachage de membres, leur sciage, par “éventrage” et “éviscération”… Ni les Soviétiques ni les Allemands ne pratiquèrent de tels actes à une telle échelle. “Leur génocide” fut réalisé par des formations spécialisées et en uniforme : Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei et Sicherheitsdienst pour les Allemands, les NKVDs pour les Soviétiques. Dans le cas du « génocide ukrainien », à côté de l’UPA de Bandera, des dizaines de milliers de paysans ukrainiens, auxiliaires de l’UPA de fait, participèrent aux grandes actions de nettoyage des Polonais, leurs voisins, armés de haches et de fourches, dans une sorte d’arrière-ban ukrainien. Les femmes, les adolescents et même les enfants y prirent part se chargeant de voler les biens des morts, d’incendier les bâtiments et de porter le dernier coup aux blessés. Un autre problème est la spécificité des massacres des couples mixtes. En effet les bourreaux obligeaient le conjoint ukrainien à assassiner son propre conjoint polonais. Ce type de barbarie n’a jamais été relevé dans le cas de couples polono-russes ni celui de couples germano-juifs.

Pire, le génocide fut accompli par les Ukrainiens, citoyens de la République de Pologne, habitants de ses territoires orientaux, dont beaucoup, après la guerre, se firent reconnaître cette citoyenneté, parfois en utilisant les papiers de leurs victimes assassinées, afin d’être considérés comme “rapatriés” en direction de la Pologne ou des zones d’occupation occidentales de l’Allemagne pour y recevoir le statut de réfugiés et émigrer en Amérique anglo-saxonne (Canada en particulier).

La décision de nettoyer ethniquement la région a été prise par l’Armée insurrectionnelle ukrainienne au début de 1943. En mars 1943, l’OUN-B (spécifiquement Mykola Lebed) a condamné à la peine de mort collective tous les Polonais vivant dans l’ancienne partie orientale de la Deuxième République de Pologne ; quelques mois plus tard, des unités locales de l’UPA ont été invitées à accomplir l’opération à la hâte. En 1943, le chef de l’UPA pour la Volhynie, Klym Sawur (ou Savour) donna l’ordre de liquidation de la population polonaise habitant les 11 cantons de la région : hommes, femmes, enfants et vieillards.

Victimes polonaises de l’UPA à Lipniki

Victimes polonaises de l’UPA

À cette époque, Roman Choukhevytch devient le chef militaire de l’UPA. Cet ancien de l’UVO, condamné pour avoir participé à l’assassinat du ministre de l’Intérieur polonais, Bronisław Pieracki, en 1934, était en 1941 le chef politique et militaire du bataillon ukrainien de la Wehrmacht « Nachtigall ».

Signalons enfin que les Allemands proposèrent en 1943 la création d’une division de Waffen-SS composée de volontaires ukrainiens de la Galicie et destinée au combat régulier sur le front Est. La création de la Division SS Galicie fut annoncée le 28 avril 1943, et de nombreuses cérémonies se tinrent en Galicie. Cette division compta jusqu’à 26 000 soldats – 82 000 hommes ayant postulé.

Armoiries de Lviv

creation de la division SS galicie lemberg – 1943

recrutement SS par l aumonier Malinowski Sanok- 1943

recrutement SS Galicie

Division Galicie

Division Galicie

serment hitler SS Galicie

Depart SS Galicie

Division Galicie

himmler galizien – 05 1944

himmler galizien – 05 1944 – noygammer

Himmler visite la SS Galicie – 05-1944

Propagande de recrutement pour la division SS Galicie

Propagande de recrutement pour la division SS Galicie

Propagande de recrutement pour la division SS Galicie

Propagande de recrutement pour la division SS Galicie

Propagande de recrutement pour la division SS Galicie

Propagande de recrutement pour la division SS Galicie

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 18-07-1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 18-07-1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 18-07-1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 18-07-1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 18-07-1943

parade volontaires SS Galicie Lviv

parade creation volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade creation volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade creation volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

parade volontaires SS Galicie Lviv 1943

05-1943 marche des volontaires SS Galicie sur kosciuszko street a sanok

Parade de volontaires SS Galicie Lviv Opera 1943

Cette création d’une division de Waffen SS a été fortement soutenue par l’OUN-M de Andriy Melnyk, qui y vit un contrepoids à l’UPA de l’OUN-B. Celle-ci s’opposa à l’idée de la création de cette division, qui serait hors de son contrôle. Cependant, une fois formée, l’OUN-B y envoya certains de ses membres, pour qu’ils acquièrent une formation militaire. Elle combat en Russie, en Slovaquie et en Slovénie, où elle est dissoute à la fin de la guerre. Les Ukrainiens sont séparés des Allemands et envoyés dans un camp en Italie, où, suite à l’intervention du Vatican, qui estime que les soldats de ces divisions sont de « bons catholiques et de tradition anticommuniste », leur statut est modifié, passant de celui de « prisonniers de guerre » à « personnel ennemi qui s’est rendu ».

Plus largement, les données historiques s’accordent sur le nombre des légionnaires ukrainiens qui prennent part à la formation militaire aux côtés des Allemands (Wehrmacht, SS, police) durant la guerre, et qui s’élève à 250 000 hommes environ.

Le 27 juillet 1944, l’armée allemande est définitivement chassée de la ville de Lviv par l’Armée rouge. En 1945, la région est définitivement rattachée à l’Union soviétique et les Polonais survivants sont déplacés vers Wrocław (en allemand Breslau), en Silésie alors donnée à la Pologne. Sans Polonais, ni Juifs, la ville est à moitié vide d’habitants.

retour des soviétiques à lvov 1944

La défaite – quoique définitivement acceptée seulement à la fin des années 1950 avec la fin de la lutte armée de l’UPA -, allait entraîner une mise en sommeil des sombres penchants de la Galicie durant toute la période soviétique.

 
2 Commentaires

Publié par le octobre 16, 2014 dans Uncategorized

 

Washington joue ses cartes terroristes

Washington joue ses cartes terroristes

Washington joue ses cartes terroristes

16:54 14/10/2014
Par Nikolaï Malichevski, du Centre du journalisme international (Biélorussie)

Pour le sous-secrétaire américain à la Défense Robert Work, il faut une « réponse militaire » dans les relations des USA avec la Russie et la Chine. Cette déclaration a le mérite d’être claire. Reste à savoir qui sera visé par cette « réponse ».

Certains postes stratégiques au sommet de l’Etat islamique (EI), réservés alors aux Arabes irakiens, sont aujourd’hui occupés par des ressortissants du Xinjiang chinois et du Caucase russe. D’après Pékin, les terroristes présents en Syrie forment en effet des extrémistes ouïgours, envoyés ensuite dans le Xinjiang pour organiser des actes de rebellion et des attentats. La province syrienne de Hama est également un centre de transit pour les islamistes des pays de l’ex-URSS qui ont combattu au Moyen-Orient, envoyés en Ukraine et dans le Caucase. Le 26 septembre, le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev a déclaré que les terroristes ayant appartenu à l’EI pourraient représenter un grand danger lors de leur retour au pays.

La branche asiatique de l’EI est représentée par des Ouïgours et des ressortissants d’Asie centrale. En octobre 2012 déjà, les journalistes chinois rapportaient l’apparition, en Syrie, de combattants musulmans chinois basés auparavant en Turquie. A l’été 2013, Pékin a associé les émeutes de Xinjiang à la guerre en Syrie, où des séparatistes ouïgours combattent aux côtés des jihadistes. Selon les experts de l’Académie des sciences sociales du Xinjiang, l’attentat du 22 mai 2014 dans la capitale de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang a également été perpétré par des terroristes ayant combattu en Syrie.

La branche caucasienne de l’EI regroupe des « Tchétchènes géorgiens » et des islamistes azerbaïdjanais. Les premiers sont représentés par l’un des principaux chefs de guerre de l’EI Omar al-Chichani – Tarkhan Batirachvili, également connu comme Omar le Tchétchène. Ce ressortissant de la vallée du Pankissi, en Géorgie, a suivi une formation sous la direction d’instructeurs américains et a combattu en août 2008 contre la Russie en qualité d’officier du renseignement militaire géorgien. Selon le Wall Street Journal, Batirachvili a transformé la guerre en Irak et en Syrie en « affrontement géopolitique entre les Etats-Unis et la Russie ». Selon le ministère tchétchène de l’Intérieur, les islamistes locaux arrivent en Syrie via l’Azerbaïdjan, dont de nombreux citoyens – originaires des régions de Xaçmaz, Qusar, Agcabedi, Massali, Balasen, Seki et Ievklakh – combattent également dans les rangs des terroristes de l’EI, selon la fondation américaine Jamestown.

Les outils que détient Washington sont, eux, une véritable synthèse de néonazis ukrainiens et de terroristes du Moyen-Orient, du Caucase et d’Asie centrale, dont voici les principales organisations:

Etat islamique (EI). Grâce aux ventes de pétrole, rapportant à l’EI plus de 3 millions de dollars par jour, cette organisation est devenue aujourd’hui la plus riche et la plus autonome parmi ses homologues terroristes. Elle est également capable de planifier et de mettre en œuvre des opérations militaires d’envergure.

Front anti-impérialiste mondial. Il a été créé le 8 mai 2007 à Ternopol (ouest de l’Ukraine) par des néonazis ukrainiens, baltes et polonais, ainsi que des islamistes ukrainiens et russes à l’initiative du Mouvement international pour la décolonisation du Caucase (dirigé par Akhmad Sardali) et l’organisation panukrainienne Trizoub (Trident), mouvement extrémiste inspiré de l’idéologie nationaliste de Stepan Bandera, sous la direction de Dmitri Iaroch.

Emirat du Caucase. Créé le 7 octobre 2007. A la même époque le « président de l’Itchkérie » autoproclamé, Dokou Oumarov, déclare le jihad à « l’Etat occupant » (la Russie) comme étant le « devoir sacré de tous les musulmans du Caucase ».

Hizb ut-Tahrir (Parti de la Libération). Organisation terroriste qui n’est pas reconnue comme telle en Ukraine. Elle contrôle près de 20% de la population tataro-criméenne. Près de 500 de ses membres ont combattu en Syrie.

Il existe également le Mouvement islamique d’Ouzbékistan. Cette organisation terroriste internationale est étroitement liée à l’Opposition tadjike unie, tournée vers l’Afghanistan. « Alimentés » depuis la Syrie, les terroristes du mouvement sont susceptibles de s’activer non seulement en Ouzbékistan, mais partout en Asie centrale.

Washington veut empêcher la Russie de se concentrer sur le règlement de problèmes concrets isolés et veut la mettre face aux plans agressifs des forces terroristes « unies ». Objectif final: ouvrir un nouveau front antirusse. Et les sponsors islamo-nazis des « combattants pour la liberté » ne le cachent pas.

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 16, 2014 dans Uncategorized

 

Un monument sera érigé à la mémoire du jeune Komsomol mort dans la Maison des syndicats

 4

http://www.novorosinform.org/news/id/12015

Dans la région de Lipetsk (Russie) on a commencé à recueillir des fonds pour l’érection d’un monument à Vadim Papoura, 17 ans, victime de la tragédie dans la maison des syndicats à Odessa. L’initiative appartient à l’Union de la jeunesse communiste léniniste, transmet le portail d’information de Lipetsk, se référant au chef du Comité régional des komsomols Sergei Gridnev.

« Le gars était au Komsomol du Parti communiste ukrainien, il est donc de notre devoir de perpétuer sa mémoire. Le Comité central du Komsomol a pris la décision de lui ériger un monument et a annoncé une levée de fonds. Où se trouvera le monument, c’est ce que décidera cette semaine le plénum de notre organisation, qui se tiendra à Moscou. Il serait logique que ce soit dans son Odessa natale, mais nous savons quels événements se produisent là-bas et ce qui peut arriver à ce monument, donc le plus probable, c’est que le monument sera installé quelque part en Russie, et seulement un peu plus tard, peut-être à Odessa « – a déclaré Gridnev.

Le jeune Odessite Vadim Papoura est mort tragiquement lors des événements du 2 mai, en essayant d’échapper à la Maison des syndicats incendiée par les nationalistes ukrainiens.

 
Un commentaire

Publié par le octobre 16, 2014 dans Uncategorized

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 372 autres abonnés