RSS

Archives de Catégorie: Uncategorized

Les résidents de l’est de l’Ukraine a RT: « même le bétail vit maintenant mieux que nous

 2

des habitants  de la ville ukrainienne de Yasinovataya, région de Donetsk, racontent à  RT leurs souffrances dans la zone de conflit.

 Les Bombardements de l’armée ukrainienne dans le cadre des opérations militaires dans le sud-est de l’Ukraine ont gravement affecté la ville Yasinovataya, à 12 kilomètres de Donetsk. La population locale a dit RT tout ce qu’ils ont eu à souffrir.
.Les combats a laissé cette paisible ville pratiquement en ruines. Des Fissures dans les murs causées par des missiles ouvrent une vue panoramique sur une scène de destruction totale. Aucun endroit ne demeure intact. Les villageois se sont cachés dans les sous-sols, ils ont préparé leur repas sur des feux de bois, et ils ont été  forcés à faire le ménage dans des conditions peu domestiques . « Même le bétail vit mieux que nous maintenant », se plaint une habitante à RT. "Maintenant, il n’y a plus qu’à réparer tout ça. Il faut que les bombardements cessent  pour commencer. J’ai trois enfants en bas âge et ne veux pas être tout le temps en train de bâtir", affirme dans le même temps, Yulia, une autre habitante..

". "Ca a commencé à bombarder à six heures du matin et ça  continuait sans arrêt  pendant 14 heures par jour et ce pendant une semaine et demie", rappelle une des femmes interrogées sur les attaques. .

"Nous étions terrifiés parce que nous avons vu comment les innocents mourraient, y compris les enfants. Nous avons vu tuer un sauveteur. Il Travaillait  dans les services d’urgence pour nous protéger. Il est allé à sa maison pour nourrir les chiens et il est passé vers deux heures et  il est mort . Il est tombé sur la place près de la boutique", a dit une autre habitante  

Beaucoup de gens ont fui la ville avant l’offensive militaire. les Témoins racontent qu’ils eont du quitter   leurs maisons, même sous les balles. Alors que les explosions ne sont plus entendues dans la ville, les gens craignent toujours de quitter leurs abris.

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 23, 2014 dans Uncategorized

 

Kolomisky est une belle ordure…

« Privat » Banque de l’oligarque Kolomoisky vient d’éditer une carte de crédit d’un genre très particulier.. Rappelons que cet hommes a un triple passeport israélien, suisse et ukrainien et il a des néo-nazis comme garde prétorienne, il finance des armées pour commettre des crimes dans le Donbass (il se rembourse sur les fournitures). C’est l’ami de BHL. Il  a publié une carte de crédit avec le slogan des néo-nazis ukrainiens "gloire à l’Ukraine !  gloire aux héros!" des banderistes auteur des massacres de juifs….
"Privat" bank owned by Kolomoisky oligarch issued a credit card with Ukrainian neo-Nazi "Glory to Ukraine! Glory to heroes!" slogan on it. (Sept 23, 2014)
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 23, 2014 dans Uncategorized

 

Ah, au fait, Poutine a tiré du nucléaire ce week-end

 000_Mvd6580355_0

Le ministre de la défense ukrainien, le Colonel-Général Valery Geletey, vient d’effectuer un voyage en Pologne, chez les amis. Des journalistes l’accompagnèrent, pour recueillir précieusement ses confidences. L’une d’elles concernait l’aéroport de Lougansk, où des forces ukrainiennes avaient tenu bon contre l’encerclement des forces de Novorussia, avant, semble-t-il, d’en être délogées. C’est alors que Geletey expliqua la perte de l’aéroport par le fait que les Russes vinrent à l’aide de Novorussia en amenant un mortier 2S4 Tyulpan, avec au moins deux obus à charge nucléaire de 3 kilotonnes, puisqu’effectivement, toujours selon les précisions du Colonel Général, ils utilisèrent deux obus nucléaires de 3 kilotonnes, forçant la défaite ukrainienne dans cette bataille. «S’il n’y avait eu les Tyulpan [et les deux obus nucléaires, cela va de soi], nous aurions pu tenir l’aéroport pendant des mois et personne n’aurait pu nous en déloger». Voilà… Cela aurait dû être le Fort Alamo de la vaillante armée de Kiev-la-vertueuse mais l’immonde Poutine, bousculant toutes les règles de la civilisation et envahissant l’Ukraine une fois de plus, façon-Stealth, a tiré du nucléaire. Il y avait Hiroshima et Nagasaki (dont la destruction pourrait bien avoir été manipulée in vitro par une action de désinformation prémonitoire du futur bébé Vladimir Vladimirovitch), il y a désormais sur le banc de l’infamie Lougansk et ses deux obus de 3 kilotonnes.

L’affaire a fait tout petit bruit tant on a admis ici et là, en-dessus et en-dessous, etc., que son ridicule était tel qu’il risquait d’emporter à peu près tout des miettes de cohérence et de bon ordre qu’on retrouve encore dans l’Ukraine de Kiev, éparses, dispersées, orphelines… Russia Today n’a tout de même pas résisté, le 21 septembre 2014, à nous en faire un compte-rendu où le sarcasme côtoie les yeux grand ouverts d’ébahissement…

«The allegations, by Col. Gen. Valery Geletey, were first reported by Roman Bochkala, one of the Ukrainian journalists accompanying the minister in his recent trip to Poland. “So Russia did use tactical nuclear weapons against Ukrainian troops,” the journalist wrote on his Facebook page, citing Geletey’s words.

»The nuclear weapons in question are rounds for 2S4 Tyulpan self-propelled mortars. The journalist reported the minister as saying that Russia supplied some of those to rebel forces and used at least two 3-kiloton nuclear rounds in the battle for Lugansk airport. “If it were not for the Tyulpans, we could have been holding the airport for months and nobody would have ousted us from it,” the general was cited as saying…»

• Réactions diverses chez les Russes, de l’incrédulité à l’ironie, et jusqu’à la défense du ministre ukrainien (“non, il nous paraît impossible qu’un général ait dit une chose pareille…”).

«The allegations understandably provoked a small media storm in Ukraine and even comments from the Russian Defense Ministry, which expressed doubt that a general could actually have said it. If the minister did say all that, the Russians joked, then “the Ukrainian security service should investigate what the Polish friends slipped into Geletey’s glass.” “Speaking seriously, Geletey’s habit of justifying the failures of the punitive operation in southeastern Ukraine with the alleged actions of the Russian armed forces start to resemble paranoia,” the Russian ministry added…»

• Devant les premières réactions suivant ses affirmations, le Colonel Général ukrainien a songé à rétropédaler. Ses explications sont embrouillées, difficilement compréhensibles sinon inaudibles. Elles ont au moins l’avantage de donner du crédit à cette succulente et étrange histoire postmoderniste, dans la mesure où lorsqu’un ministre dément, essentiellement à Kiev, c’est que l’histoire impliquée nous a rendu compte d’une vérité par inadvertance. Impitoyable avec ses explications, Russia Today prend tout de même la peine de réduire à bien peu de chose l’argumentation “nucléaire” du ministre («The minister apparently is not completely honest, since direct access is not required to collect evidence of a nuclear detonation, even a small one»).

«The Ukrainian general himself later denied the nuclear allegations, saying that the journalist had misinterpreted his words. “Everyone knows that Russia is de facto using Ukrainian territory as a testing range for its new weapons,” Geletey wrote on his Facebook page. “What else than for testing did the Russians send 2S4s into our territory?” “I stress that only competent specialists armed with special equipment may test whether or not a nuclear or any other weapon that we don’t know of was used. In particular they need to take radiation samples on the ground. Unfortunately, we cannot do that because Lugansk airport is currently under control of the terrorists and the Russian military,” he added…»

• Les déclarations du ministre ont attiré des réactions à Kiev même, du côté du ministère de l’intérieur, sous la rubrique “à force d’être ridicule, le ministre de la défense va finir par ridiculiser l’Ukraine aux yeux de la Russie et du reste du monde”. Il semble en effet que le Colonel-Général, nommé à la va-vite en mai dernier pour tenter de redresser la situation militaire, n’en soit pas à son coup d’essai, du moins aux yeux du ministère de l’intérieur. Il s’agit d’une confirmation parmi d’autres, derrière le ridicule de l’affaire, de dissensions sérieuses au sein de la direction à Kiev.

«If anything, the defense minister and the journalist, who misreported his words, have given ammo to critics of Ukraine, said Anton Gerashchenko, an aide to Interior Minister Arsen Avakov. “Why would anyone make such statements that can be easily checked and proven false?” he wrote on his Facebook page. “In the end Russia and the entire world will now ridicule us. Too bad, it’s nothing new for us.”

»The two Ukrainian ministries involved in the military campaign against rebel forces in the east have been trading accusations lately. The latest round of bickering this week came after Geletey said in an interview that “there were no real heroes” among the commanders of the Interior Ministry’s National Guard, who are now seeking seats in parliament. Avakov responded with a demand for an apology from his fellow minister.»

Cet épisode représente, dans son outrance même, un excellent symbole de la situation en Ukraine-Kiev, d’une part par rapport au sérieux qu’on peut attribuer aux représentants de la direction, d’autre part par rapport à la stabilisation-confusion de la situation dans la partie du pays “sponsorisée” par le bloc BAO. Mais il s’agit d’abord de distinguer dans quelle mesure le procédé de la narrative, passant ici de la “fantasy-narrative” (l’“invasion-Stealth” et le reste) déjà largement utilisée à la “narrative-ridicule”, finit par coûter de plus en plus cher à ceux qui l’utilisent, dans un gracieux mouvement d’inversion selon le grand art de la surpuissance du mensonge engendrant l’autodestruction par le mensonge. Il y a là une limite de capacité et de validité à déterminer, c’est-à-dire une limite de mesure du mensonge qui doit être appréciée en fonction des possibilités que la situation puisse ou non l’absorber, et si cette possibilité est dépassée les dégâts engendrés pour celui qui les émet. La sortie du Colonel-Général a notamment provoqué cette réaction cynique d’une source européenne indépendante, dont on pourrait observer qu’elle allie dans ses jugements fatalisme et ironie méprisante : «Il faut savoir bâtir des scénarios-bidons dans les limites des possibilités et de la crédibilité, si l’on veut parvenir à susciter un engagement des alliés extérieurs, même les plus crédules, ou même simplement maintenir leur niveau d’engagement… Il faut être vague, lancer des accusations difficilement vérifiables, donc difficilement niables, et vraiment la sortie du ministre de la défense, qu’il ait été ou non mal compris, est à cet égard complètement contre-productive.»

La question du mensonge dans la partie qui se joue en Ukraine devient un cas de plus en plus délicat pour la direction de Kiev, de plus en plus Kiev-guignol, et de plus en plus divisée à mesure qu’on approche des élections, avec une opposition farouche entre le président Porochenko, qui aurait parfois des velléités d’arrangement de la situation, et son premier ministre Yatsenouk, qui est plutôt de la partie extrême alimentée par les neocons et tous leurs relais de type “société civile” ou centre d’agitation type-Soros. Dans ce cadre général, le Colonel-Général Geletey, recruté en hâte en mai dernier comme on l’a dit et ainsi insuffisamment rôdé au jeu de billard à multiple bandes qu’est la politique à Kiev-guignol avec les multiples influences du bloc BAO, fait plutôt figure d’“électron libre” un peu irresponsable, prenant la licence du mensonge, que ce soit indirectement et presque toujours sans conscience réelle de ce qu’il déclenche, pour un jeu sans limites ni bornes d’équilibre et recherche d’une certaine apparence de cohérence. La sortie “nucléaire” de Geletey, qu’elle ait été exprimée comme telle ou bien interprétée par un journaliste parce que Geletey laissait la place à l’interprétation, montre que le poids du mensonge en politique, notamment par le biais de la “narrative-ridicule”, risque de mettre dans l’embarras même les forces les plus disposées à soutenir cette politique dans le cadre d’une communication russophobe à outrance. Même l’outrance, et nous dirions même “surtout l’outrance” a ses règles, ce que Geletey semble ignorer ; plus l’on ment outrageusement, plus l’on est tenu à une grande rigueur morale dans l’observation des règles opérationnelles de la chose.

Depuis le mois de mars où le courant de la narrative antirusse avait de la tenue, jusqu’au paroxysme de la destruction du vol MH17 en juillet, la narrative antirusse, passant à la phase-fantasy puis à la phase-ridicule, est en train de perdre son efficacité et sa puissance d’impact. C’est une orientation dangereuse. Lorsqu’on monte des narrative à ce point mensongères, effectivement, une tension psychologique extrêmement forte est nécessaire, pour étouffer dans l’intellect des protagonistes divers toute velléités l’esprit critique, pour ne pas prendre le risque de passer pour un constructeur de fausses-vérités de situation, notamment auprès de certains segments du système de la communication puis auprès des électeurs quand il s’agit d’hommes politiques qui tiennent à leur onction démocratique vertueuse et régulière. Des “coups” comme celui du Colonel-Général avec ses obus poutiniens de 3 kilotonnes, avec cette allure de tragédie si énorme qu’on croirait une tragédie-bouffe (de l’italien buffo, pour “ridicule”), font brusquement tomber la tension, faisant passer la gravité tragique qui compose habituellement le masque de carnaval des réunions de l’OTAN, en un éclat de rire nerveux qu’on n’arrive plus à retenir. Il y a un risque sérieux de “dérapage”, comme on dit dans les salons de la politique politicienne et parisienne ; il y a le risque très préoccupant que, soudain, la vérité de la situation apparaisse plus crédible, plus “vendable”, voire plus sexy (cela pour la presse-Système), que les déclarations des ministres amateurs du type Kiev-guignol. Il s’agit là d’un sérieux problème stratégique qui devrait déclencher une réflexion approfondie à l’OTAN et une revue critique de la doctrine de défense du Monde Libre Postmoderniste.

… Effectivement l’OTAN, exactement l’OTAN, – où existent quelques spécialistes de la narrative qui pourraient servir de coaches aux ministres-guignols de Kiev. C’est le cas du général Breedlove, de l’USAF, détaché comme proconsul de la Pax Americana auprès de l’OTAN, comme SACEUR et commandant en chef des forces alliées en Europe. Sur Strategic-Culture.org, le 22 septembre 2014, Finian Cunningham nous rapportait la dernière sortie de Breedlove, – un excellent exemple de l’art consommé de la “fantasy-narrative”, exercée par un vrai professionnel. Au Colonel-Général Geletey, ci-devant ministre de la défense de l’Ukraine démocratique, d’en prendre de la graine.

«Given the appalling humanitarian situation in eastern Ukraine, an observer would think that all reasonable parties should be striving to bolster the chances of success for any ceasefire initiative. Moscow has evidently demonstrated its political commitment. But not, it seems, Washington or its General Breedhate. The American military commander was speaking at a NATO military conference in the Lithuanian capital, Vilnius, on Saturday just hours after the latest peace plan was unveiled in Minsk. The General dismissed the ceasefire as being “there only in name” and he repeated unsubstantiated claims that Russian forces were operating in Ukraine. That’s hardly a constructive attitude.

»As German newspaper Deutsche Welle reported, the Four-Star General “could not pinpoint how many” or where exactly these alleged Russian soldiers are operating in eastern Ukraine. “The fluidity of movement of Russian forces and Russian-backed forces back and forth across [the Ukrainian] border makes it almost impossible to understand the numbers,”said the General with telling, and conveniently, vague assertion. “The ceasefire is still there in name, but what is happening on the ground is quite a different story,”Breedlove added.»

Mis en ligne le 22 septembre 2014 à 16H53

http://www.dedefensa.org/article-ah_au_fait_poutine_a_tir_du_nucl_aire_ce_week-end_22_09_2014.html

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 23, 2014 dans Uncategorized

 

Moscou 1993, Donetsk 2014 par Pierre Olivier Poyard

2

Un jeune poète rencontré à la fête de l’humanité, et qui avait repris un de mes textes pour dire le Donbass, les insurgés, un poème qui parle aussi de trahison, de celui qui a vendu l’Union soviétique et fait tirer sur les députés du peuple … en 1993…

/

Respire prolo: respire, ça empire; respire ça:

La fumée, l’enfumage de l’empire US, USA,

Les écrans de fumée sur ton écran de télé;

L’enfumage impérialiste sera télé-réalisé;

Ça fume, les fumigènes, sans autre gêne:

Cette propagande de guerre qui se propage.

Moscou 1993, Donetsk 2014: le mensonge

N’est pas un songe: il se répète, se reflète

Sur ton écran: l’empire US c’est la guerre:

La guerre de classe, classe contre classe,

La guerre civile, contre tous les peuples civils.

L’empire US c’est la guerre contre toi, prolo.

 

1993: La Maison Blanche est bombardée

Quoi? La Maison Blanche est bombardée?

Quoi? Non, pas celle de l’empire US, USA,

Pas celle de l’OTAN, pas celle de la guerre;

Non, l’autre: la maison blanche de Moscou,

Du parlement russe alors soviet suprême.

Les députés communistes, élus du peuple,

Révoltés contre le choc capitaliste en échec,

Contre la dissolution des conseils par décret,

Contre la dissolution de l’économie concrète,

Contre les technocrates US de l’USA, USAID,

Conseillés des bureaucrates ex-soviétiques;

 

Les députés communistes sont bombardés:

Bombardements sur le parlement des élus:

Meurtres des révoltés. Qui est le meurtrier?

Derrière la fumée, Eltsine surgit, à la charge,

Derrière la fumée, qui s’agite, sur son char;

Eltsine, le démocrate libéré, comme ils disent:

1993: guerre civile à Moscou, Eltsine alors

Suprême suppôt de l’économie capitaliste

En Russie, supprime les élus du peuple et

Que disent les rapporteurs policés des tués?

Ils médisent, les reporters policiers: le tueur,

Eltsine, est le chantre de démocratie-liberté!

 

Chantez le canon de la démocratie;

Chantez: « DEMOCRATIE-LIBERTE »!

Vive le son, vive le son du canon!

 

Donetsk 2014: le même enfumage, le même

Écran de fumée sur les écrans de téléréalité:

Les mineurs du Donbass reprennent les mines,

Reprennent l’économie: A bas les ploutocrates!

A bas les autocrates! Vive la démocratie vraie

Qu’USAID ne peut acheter, ne peut s’attacher!

Et que disent les rapporteurs policés, policiers:

Les prolos qui combattent les nazis, les vrais,

De SVOBODA, « liberté », comme ils disent,

Ce sont des prolos à abattre, à tuer tous; ainsi,

Prolos et enfants, mourront sous les bombes;

Enfants aussi, sous les bombes démocrates.

 

Chantez le canon de la démocratie;

Chantez: « DEMOCRATIE-LIBERTE »!

Vive le son, vive le son du canon!

 

Merci la Maison Blanche: non, l’autre, celle

De l’empire US, celle de l’OTAN démocrate:

Merci pour les tank US, THANK YOU liberté;

Merci de votre aide à la mort; merci US, USA;

OTAN, NATO nationaliste américain USAID:

Aide à l’américaine des nationaux-socialistes.

 

par Pierre-Olivier POYARD

dans le « Dernier numéro » de La Répétition Générale

http://larepetitiongenerale.e-monsite.com/

 

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 23, 2014 dans Uncategorized

 

Il y a une prise de conscience grandissante du caractère criminel de l’effondrement de l’URSS

 4-sebastopol-marine-russe-cassini

Rosh Hashana, le nouvel an juif, je crois que c’est la 5772ème année, mais je ne garantis rien… et comme j’en ai ras la tasse d’Israël, de l’antisémitisme et des fous de Tsahal… je m’étais juré de le laisser passer sans rien dire, pas de vœux… de toute façon je suis athée enfin je crois, spinoziste plutôt… fâchée avec à peu près tout le monde à commencer par ma famille, avec ceux qui me parlent de la Shoah à propos de gaza, avec ceux qui dénient l’existence d’un  peuple juif, avec ceux qui veulent lui donner un Etat et une armée et l’enfermer dans des murs… … plus Racha que jamais… Mais Marianne me découvre un poète israélien qui écrit en Russe et qui, comme moi, pense que nous avons failli réaliser le yiddishland de nos rêves, à savoir l’Union soviétique et que nous avons été trahis… Alors j’ai au moins quelqu’un à qui souhaiter la bonne année… un frère, mieux un camarade obstiné… à notre rêve messianique, celui de Karl et de Rosa, qui n’eut jamais dans son cœur de place pour le ghetto… (note de danielle Bleitrach)

Par le poète israélien Shmuel Yerushalmi

http://trueinform.ru/modules.php?name=News&file=article&sid=29930

Depuis le début des événements en Ukraine, où un coup d’état a amené au pouvoir un régime fasciste oligarchique – de plus en plus de gens commencent à réaliser la nature criminelle des accords de Belovej et de l’effondrement subséquent de l’Union soviétique. Il existe différentes façons d’évaluer la période d’histoire soviétique des désormais ex-républiques soviétiques. On peut (et on doit) critiquer cette période historique. Mais une chose ne fait aucun doute – dans les années du pouvoir soviétique, même dans les pires cauchemars, on ne pouvait imaginer que ne serait-ce que dans une république de l’Union, ou dans une seule ville se promèneraient dans les rues des processions festives de néo-nazis. Les vaillants tchékistes soviétiques veillaient avec doigté et professionnalisme afin de prévenir toute tentative des Bandéristes, des «frères de la forêt » baltes et autres fascistes de relever la tête et maintenant, une vingtaine d’années après le sabotage délibéré appelé "effondrement de l’URSS", dans l’une des anciennes républiques soviétiques – l’Ukraine – sont parvenus au pouvoir les adeptes de ceux qui ont collaboré avec les nazis de 1941 à 1945. Et les «Juifs» d’aujourd’hui qui se disent « judéobandéristes » peuvent toujours nous raconter des fables sur le «bon oncle» Stepan Bandera qui, voyez-vous, ne tuait pas les Juifs, mais de toutes autres personnes, les faits historiques sont incontestables – Bandera tuait et les Juifs, et les Russes, et les Polonais – ainsi que les Ukrainiens soupçonnés de communisme.

Aujourd’hui, quand dans une ancienne république soviétique, on n’érige pas simplement des monuments aux collaborateurs de l’Allemagne nazie, mais les descendants de ces mêmes collaborateurs sont au pouvoir, il est devenu de plus en plus évident que les agissements politiques de Gorbatchev et de son entourage représentent un véritable crime, je dirais même une trahison. Ces coquins ont accompli effectivement le rêve de Hitler lui-même – détruire l’Etat soviétique. Aujourd’hui, il est évident que, dans les rangs du Parti communiste a agi une «cinquième» colonne de l’Occident, des impérialistes occidentaux, pour mener à bien l’ordre de détruire les pays socialistes d’Europe de l’Est.

Heureusement, en raison des événements en Ukraine grandit le nombre de personnes qui sont en désaccord avec les tentatives occidentales d’imposer leur volonté aux peuples du monde, en utilisant à ces fins même les fascistes et les organisations néo-nazies. Même ici, en Israël il y a des gens qui protestent contre la junte fasciste oligarchique arrivée au pouvoir en Ukraine. Par exemple, jeudi dernier (19/09/2014), j’étais (et j’ai même prononcé un discours) à une manifestation devant l’ambassade d’Ukraine à Tel-Aviv. Cette manifestation était organisée par les anti-fascistes russophones d’Israël sous le slogan: "Le fascisme ne passera pas!". Et on y voyait clairement un grand nombre de  « rouges ». De même, j’ai entendu parler de manifestations similaires dans d’autres pays (y compris les pays d’Europe occidentale et en Pologne). Et aussi, plus récemment, le mouvement américain "Parti communiste des Etats-Unis" m’a envoyé une déclaration officielle de l’organisation sur la situation en Ukraine, qui exprimait sa vive condamnation des autorités ukrainiennes actuelles, qui procèdent à la persécution des communistes et essayent d’établir en Ukraine un régime oligarchique-fasciste.

Tous les faits ci-dessus montrent qu’un nombre croissant de personnes dans le monde commence à comprendre le véritable état des affaires en Ukraine. Un nombre croissant de gens commencent à comprendre la nature criminelle de l’effondrement de l’Union soviétique et le lien entre l’effondrement de ce dernier et les événements d’aujourd’hui en Ukraine – ce qui me rend vraiment heureux. Il est à espérer que finalement le fascisme moderne sera battu comme il a été défait dans la victoire de 1945. Je suis convaincu que la génération actuelle de personnes (dans le monde entier) ne sera pas prête à accepter le nouveau phénomène de l’idéologie fasciste, comme nos pères et grands-pères n’étaient pas disposés à composer avec le fascisme pendant la Seconde Guerre mondiale.

21/09/2014

 
1 commentaire

Publié par le septembre 23, 2014 dans Uncategorized

 

Refus de livraison des Mistrals: la véritable guerre se prépare-t-elle?

Source ici
La France a affirmé ne pas être disposée à livrer les Mistrals à la Russie. Alors que, officiellement, un cessez-le-feu est en cours dans le Donbass. Enfin, pour l’instant, puisque la Russie essaie autant qu’elle le peut de ne pas voir les violations effectuées par l’armée ukrainienne. Conclusion: le mythe du cessez-le-feu va rapidement tomber et la guerre, la vraie, va commencer?

La position officielle du Ministère des affaires étrangères français est qu’il est pour l’instant toujours impossible de livrer même le premier Mistral, tant qu’il n’y a pas de certitude que la Russie ne va pas violer le cessez-le-feu.

Mettons en parallèle cette information avec la déclaration de Poroshenko selon laquelle l’Ukraine a perdu 60 à 65% de son matériel militaire sur le "front de l’est". Or, maintenant il est possible de le dire, car les stocks sont presque remis à niveau par les différentes livraisons qui ont été faites à l’Ukraine.
En y ajoutant les rapports journaliers que les combattants envoient à l’OSCE sur les violations par l’armée ukrainienne du cessez-le-feu, le recours à l’artillerie lourde, l’emploi de missiles pour détruire une usine chimique, l’attaque des quartiers d’habitation. On saupoudre le tout du regroupement des forces militaires ukrainiennes, de la préparation et de l’arrivée de forces toute fraîches. Sans oublier que d’ici 10 jours, des instructeurs américains doivent commencer à entraîner le bataillon ukrainien de nettoyage "Donbass", selon les paroles de Semion Semiontchenko (le commandant de ce bataillon qui revient juste de sa tournée américaine) sur sa page Facebook.
La recette est effrayante: on prépare la guerre. La vraie. L’armée se prépare à attaquer les combattants et il est clairement demandé à la Russie de ne pas intervenir, sous peine d’être considérée par les Etat-Unis et l’Europe dominée comme un ennemi. Dans le sens premier du terme, loin très loin du postmodernisme.
Question dérangeante posée par El Murid, analyste politique russe : comment interpréter le refus de la France de livrer les Mistrals sinon comme une quasi-déclaration de guerre? On ne livre pas ce type d’armement à des pays que l’on considère comme des ennemis, et contre lesquels on risque d’avoir à se battre, d’une manière ou d’une autre, très prochainement. Pour que ses propres armes n’aient pas à se retourner contre soi.
Alors, la France se prépare-t-elle à entrer en guerre contre la Russie, directement ou indirectement, pour le plus grand bonheur de la politique américaine? Le simple fait que la question puisse se poser montre à quel point les dirigeants de notre pays l’ont trahi.
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 23, 2014 dans Uncategorized

 

Strelkov: Je ne foutrai pas la paix à ce ramassis de pervers dégénérés, de ripoux et de traîtres

Strelkov: Je ne foutrai pas la paix à ce ramassis de pervers dégénérés, de ripoux et de traîtres

hier dans 23:48
Strelkov: Je ne foutrai pas la paix à ce ramassis de pervers dégénérés, de ripoux et de traîtres

J’ai lu les commentaires avec attention. Avant cela, j’ai "passé au peigne fin" les commentaires chez le colonel Cassad et El-Murid (NDT: Deux bloggeurs et analystes politiques de renom soutenant le combat de la Novorossia et de Strelkov). "C’est à briser le coeur…"

Le leitmotiv de tout cela: "Mais en fait c’est un abruti, ce Strelkov (variantes: "pleurnichard", "hâbleur", "menteur", "ruban blanc" (NDT: libéral militant contre Poutine), "pro-poutine", "con", "pas fait pour la politique," etc.). Tantôt "j’agis strictement selon les ordres", tantôt c’est l’inverse "les services secrets m’ont mis à la porte, ma femme m’a plaqué et ainsi de suite".
On a l’impression que la Marmotte (NDT: "Sourok" en russe, allusion à un homme politique, conseiller de Poutine, Sourkov. D’où le terme "bête à fourrure" précédemment utilisé par Strelkov) aurait ordonné de frapper sur tous les fronts et pour chaque "public cible" avec une accusation spécialement adaptée"… Une autre variante, je me suis abruti à toute allure et me suis mis à écrire et m’exprimer d’une façon considérablement plus molle et plus médiocre.

Des amis qui étaient passés me voir ont exhibé ma photo avec un chaton dans les bras, sans même se donner la peine de demander mon accord pour publier des clichés privés. Et certains y ont vu "un coup de pub’ minable"…
Bon… je vais répondre à tout le monde d’un seul coup : je n’écris que ce que je pense et ce que j’estime nécessaire. Si je ne peux pas écrire certaines choses, pour des raisons de sécurité par exemple, je m’abstiens de le faire. Après avoir écrit, je me prépare à l’avance à ce que mes propos soient largement diffusés et commentés. Et je n’adapterai jamais mes propos (dans le but de lui plaire) à quelque "public cible" que ce soit…

De toute façon, je ne foutrai pas la paix à ce ramassis de pervers dégénérés, de ripoux et de traîtres, dont Sourkov est le représentant-type. Tout simplement parce que je trouve inadmissible de faire l’impasse sur leurs tours de passe-passe en Novorossia (non pas me concernant, mais concernant mes camarades et la population). Ils doivent, à défaut d’être tenus responsables de leurs actions, du moins comprendre qu’ils n’arriveront plus à "escamoter" les Russes du Sud-Est de l’Ukraine

PS.Sourkov est un proche de Poutine et surtout de Medvedev, il a fait ses classes dans les allées du pouvoir depuis Eltsine… Sa réputation est celle d’un spin doctor particulièrement cynique… On voit que quand Strlekov parle de 5 e colonne, il vise directement les cercles du pouvoir qui auraient pesé dans la mise en place du groupe de Minsk. Sourkov est lui-même l’objet de sanctions de la part des Etats-Unis.

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 23, 2014 dans Uncategorized

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 354 autres abonnés