RSS

Archives de Catégorie: Europe

Les habitants de Mikhailovka protestent contre la présence de militaires dans leur école

Pietro

15/10/2014

http://www.kpu.ua/ru/78894/hersonschyna_zhytely_myhajlovky_protestujut_protyv_prysutstvyja_voennyh_v_shkole

http://youtu.be/FU0sFVtahoU

Le 12 octobre, dans une école de Mikhailovka (région de Kherson) sous le couvert de la nuit se sont installés des militaires de l’armée ukrainienne. Leur arrivée nocturne a été « signalée » par des beuveries et des bagarres, il a fallu appeler la police. Les valeureux combattants ont immédiatement menacé d’abattre la statue de Lénine dans le village, et de faire la peau aux communistes.

Ils n’étaient pas entrés sur le territoire du village sous les couleurs du drapeau national, mais avec la bannière noire et rouge de Bandera. « Nous sommes l’armée de l’UPA – ont-ils déclaré aux gens du pays – et nous sommes venus vous libérer. » Très vite, par le « bouche à oreille » l’information a circulé sur les hôtes indésirables qui avaient envahi le village. En signe de protestation, les parents n’ont pas envoyé leurs enfants à l’école et ont demandé que soient libérés les lieux de l’établissement d’enseignement. Les villageois ne veulent pas que les enfants étudient dans des locaux où se trouvent des militaires. Les gens ont demandé le retrait du drapeau de Bandera, rappellant aux intrus qu’ils sont sur le territoire de l’Ukraine, un Etat souverain qui possède son propre drapeau.

Dans la matinée, tout le village s’est réuni sous les murs du conseil municipal. Les gens de différentes tendances politiques ont été unanimes: les militaires n’ont pas à être basés dans une école rurale. Après beaucoup de cris et de discussions, le chef d’état-major de la formation mobile-opératoire « Polésie » Igor Fedorov est venu s’expliquer.

Il a déclaré qu’ils étaient venus pour libérer et protéger les habitants. Les manifestants ont demandé: «De qui ? » Il a dit alors que dans la région de Kherson peuvent se reproduire les événements du Donbass. Après cela, les villageois étaient difficiles à calmer. Cependant, on peut les comprendre, parce qu’ils craignent pour la sécurité de leurs enfants. Ils sont indignés de ce que l’on soit venu briser la tranquillité de leur village, car dès le premier jour cette unité de paramilitaires ne s’est pas montrée sous son meilleur jour.

Bureau de presse du Parti communiste de Kherson

 

La situation en Ukraine au 14 octobre : les fascistes tentent d’accroître leur emprise par Danielle Bleitrach.

4-sebastopol-marine-russe-cassini

La journée de hier, à Kiev mais aussi à Kharkov a témoigné de la volonté insurrectionnelle des fascistes, des défilés avec le portrait de Bandera à l’émeute devant le parlement, cela nous sera présenté comme un corps étranger mais il n’en est rien. Le gouvernement de Porochenko cède constamment du terrain à ces voyous. Ainsi il vient de nommer à la tête de la garde nationale le Colonel général Stepan Poltorak, qui est un vrai fasciste. Une telle nomination signifie que Porochenko cherche la conciliation avec les néonazis et cela confirme les nouvelles en provenance du front où il n’y a pas de véritable cessez-le-feu et où se poursuivent les attaques d’artillerie sur Donetsk, des nouvelles parviennent également concernant les concentrations de blindés ukrainiens et l’arrivée de troupes fraîches. Ceux parmi les gens de Novorossia qui dénoncent le cessez-le-feu et les accords de Minsk y voient une manœuvre combinée avec la préparation d’une zone tampon qui en fait serait un prétexte.

Dans le contexte également dénoncé des futures élections en Novorossia qui même si elles ne coïncident pas avec celles prévues pour le reste de l’Ukraine polarisent les tensions. A ce propos, la commission électorale a fait une annonce hier:  Zakhartchenko que nous avions présenté sur information erronée du blog de Nicolas Maury comme le candidat du parti communiste est un candidat indépendant et le parti communiste de Donetsk récemment créé n’a pas encore désigné son candidat.
Pavel Goubarev, ancien  gouverneur de Donetsk a été victime d’une tentative d’assassinat à bord de sa voiture. Bien qu’il n’ait pas été touché par les balles, il a subi un grave traumatisme crânien provoqué par la collision de la voiture. Il est actuellement hospitalisé en Russie et il vient à peine de se réveiller. Beaucoup de gens auraient intérêt à assassiner Goubarev . Les plus vraisemblables sont les oligarques ukrainiens dont Goubarev a promis à confisquer les propriétés et leurs hommes de main néo-nazis.  Ce qui est sûr est que cet attentat dans le contexte que nous venons de décrire est nuisible aux insurgés du Donbass et que l’essentiel est à qui profite le crime. Autre constat Goubarev est soigné dans un hôpital russe ce qui prouve que pour lui et ses proches l’ennemi n’est pas de ce côté. Toute  spéculation qui n’a pas manqué de filtrer concernant des luttes internes à Novorossia ou même dans l’entourage de Poutine, ne sont étayées par rien et ne servent qu’a affaiblir les combattants.

Le contexte c’est aussi la visite surprise et dont les résultats n’ont été publiés nulle part de Victoria Nuland. Qu’il s’agisse de l’une de ses visites, de celle du responsable de la CIA, voire de Joe Biden, ce genre de visite a toujours coïncidé avec des événements désastreux allant non vers la paix mais vers une intensification de la guerre. Ici aussi les spéculation vont bon train et des bruits de remplacement de Porochenko par des serviteurs prêts à tout comme  Yatsenyuk ou Tourtchinov se font jour. Mais pourquoi? Pour quelle politique? D’un côté les Etats-Unis font pression pour une offensive et un durcissement de la situation mais dans le même temps ce faisant ils sont de plus en plus obligés de s’appuyer sur les néonazis. Les événements de hier au parlement prouvent que les dits néonazis risquent très rapidement de se transformer en nouveaux frankenstein que les Etats-Unis ont le don de provoquer sur leurs pas. Sont-ils désormais en mesure de faire autre chose que de céder à ces brutes.

La situation économique et sociale en Ukraine ne cesse de se dégrader et le fascisme, la guerre contre le Donbass sont de bien dangereux exutoires, la montée du fascisme va certainement se traduire dans les urnes ; comme toujours ce fascisme n’est pas majoritaire, mais il est dominant c’est-à-dire qu’il est en situation par la peur et la violence d’imposer ses orientations, qui sont aussi celles des oligarques entrés en querelles internes pour le pouvoir.

Dans l’ensemble de la population, le mécontentement, le refus de la guerre civile sont grands et c’est tout le sens de la campagne héroïque du parti communiste d’Ukraine, mais la peur que fait régner le fascisme est contradictoire avec une consultation populaire, toutes les forces en présence, hormis les communistes et certains candidats du parti des régions, étant plus ou moins contraintes de pactiser avec ces brutes.

Ces fascistes prétendent régner non seulement à Kiev et dans l’ouest mais faire peur aux populations civiles non organisées de l’est et du sud, comme cela a été fait à Odessa et comme cela se fait de plus en plus à Kharkov et à Marioupol. On mesure mieux encore que les combattants du Donbass ont légitiment pris les armes contre ces néonazis. De ce point de vue le moral des combattants du Donbass reste très élevé et la situation militaire demeure en leur faveur. Il faudrait également analyser ce qu’il en est des déclarations des Russes et des occidentaux concernant le retrait des troupes russes et la fin des sanctions. Tout cela ne semble pas changer grand chose mais donner prétexte aux Européens de revoir leur stratégie qui leur est nuisible. En fait il n’y a pas une grande évolution simplement comme nous venons de le voir, la fascisation du gouvernement ukrainien sous la pression des créatures auxquelles ils se sont donnés.

Danielle Bleitrach

4

 

Le Parti Communiste de la République Populaire de Donetsk officiellement créé !

0

Comme nous vous l’avions annoncé, la Republique de Donetsk a son parti communiste depuis hier… Les bruits (démentis)  qui ont couru  hier sur la démission de son candidat Alexander Zakharchenko (1) ne sont peut-être pas sans relation avec cet événement important…
Il s’agit d’un moment politique important pour la jeune République Populaire de Donetsk puisque son premier parti créé est le Parti communiste. Lors du congrès de fondation, le Président du Soviet suprême de la RPD, Boris Litvinov, a été élu à sa tête – article et traduction Nico Maury

Le Parti Communiste de la République Populaire de Donetsk officiellement créé !
C’est à Donetsk, capitale de la République Populaire de Donetsk, encore sous les bombes de la junte fasciste de Kiev, que s’est tenu le congrès de fondation du Parti Communiste de la République Populaire de Donetsk. Il s’agit du premier parti politique créé depuis la sécession de cette région au printemps 2014 après le coup d’état d’EuroMaïdan.

C’est l’agence de presse russe ITAR-TASS qui rapporte cette information. Boris Litvinov, Président du Soviet suprême de la RPD et ancien responsable du Parti communiste d’Ukraine (KPU) sur Donetsk, a été élu à la tête du parti lors de ce congrès. Lors de ce congrès, les communistes ont annoncé soutenir la candidature de l’actuel Premier ministre de la RPD, le communiste Alexandre Zakharchenko, pour les Présidentielles.

Le Parti communiste a soumis les documents nécessaires à la Commission électorale centrale de la République populaire pour son enregistrement légal. Roman Lyagin, Président de la Commission électorale, a déclaré avoir « reçu l’ensemble des documents ».

4-sebastopol-marine-russe-cassini

Alexandre Zakharchenko, candidat des communistes
(1) à la suite d’un interview dans lequel Zakharchenko faisait part de ses critiques sur le processus de Minsk et marquait son refus d’accepter une exigence de l’adversaire d’obtenir le retrait des troupes de Novorossia par rapport aux terres reconquises, il avait dit qu’il avait de part vers lui sa lettre de démission. Ce qui était devenu sur les réseaux sociaux une démission effective. L’ensemble de l’interview était une sorte de portrait d’un homme, centré sur ce qu’il vivait, sur ses sentiments par rapport à la guerre mais aussi par rapport à ce qu’il voulait pour le Donbass. C’était plus l’article d’un candidat qu’une volonté de démission.

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 9, 2014 dans Europe

 

Chroniques de guerre à l’Est, de Malaparte : la Volga naît en Europe

seconde_guerre

La Volga naît en Europe, Curzio Malaparte

C’est par un ouvrage presque introuvable que les éditions Les Belles Lettres ont choisi d’ouvrir leur nouvelle collection de Mémoires de Guerre. La Volga naît en Europe – qui rassemble les reportages effectués par Curzio Malaparte à partir de 1941 durant la campagne d’Ukraine et le siège de Leningrad- n’avait pas été publié en France depuis 1948.

Au long de ces chroniques, l’écrivain italien, correspondant de guerre pour Le Corriere della Sera, suit les troupes roumaines et allemandes dans les plaines d’Ukraine en flammes. Il y découvre des champs de bataille nettoyés par des troupes soviétiques qui reculent en emportant leurs morts et jusqu’aux traces de la guerre, rencontre des paysans inquiets pour l’avenir de leurs récoltes avec la disparition de l’administration de l’URSS, assiste à l’étrange remise en état d’une église, se perd dans des villes en ruines où il dîne avec de vagues fantômes de l’ancien régime. Puis, plus au nord, depuis les tranchées finlandaises, il observe la ville de Leningrad assiégée et les navires de Kronstadt pris dans la mer gelée. Il se perd dans les forêts de Carélie où les soldats finlandais évoluent en silence, étonnamment légers sur leurs skis, tandis que sur le lac Ladoga, qui garde l’emprunte des visages des morts, les soviétiques tentent de ravitailler la ville agonisante par un dangereux pont de glace.

ADVERTISEMENT

Au fil des pages, l’écriture de Malaparte devient plus lyrique, annonçant par endroits le ton baroque et fantastique de Kaputt, le roman qu’il tirera peu après de cette expérience sur le front de l’Est.

Mais ce livre n’a pas qu’un intérêt littéraire. L’auteur de Technique du coup d’Etat, qui tient à se présenter comme un observateur objectif, y insiste sur la « morale ouvrière » des soldats soviétiques, de cette armée qui, au même titre que l’armée allemande, est une armée dont la discipline est «centrée sur la machine» contrairement aux armées vaincues par l’Allemagne au début de la guerre. Dans la préface rédigée en français pour l’édition française de 1948, il souligne le «sens social de cette guerre, dans laquelle, à côté des armes et des éléments se rapportant à l’art militaire […] prédominaient tous ces éléments sociaux de la lutte de classes et de la technique de l’action révolutionnaire ouvrière». Sens social que l’on retrouve dans les titres des deux grandes parties de l’ouvrage. La première est «La guerre et la grève». Ce titre était à l’origine le titre de l’ouvrage, titre qui a été interdit, explique l’auteur, par la censure italienne, et remplacé par le titre La Volga naît en Europe (allusion à un ouvrage de Boris Pliniak) pour indiquer que le communisme est un phénomène européen et non asiatique, et montrer que la guerre contre l’URSS, et pas uniquement la guerre décrite dans ces reportages, ne doit pas être vue comme une guerre contre l’Asie, mais comme une guerre contre une autre Europe et contre d’autres idéologies européennes. Il rassemble les reportages réalisés durant la campagne d’Ukraine. La seconde partie, «La forteresse ouvrière» relate le siège de Leningrad.

Dans sa préface –qui doit sans doute être examinée avec une certaine prudence, en gardant en mémoire les différentes facettes de l’écrivain– Malaparte invite le lecteur à lire entre les lignes de ces chroniques dont peu de passages avaient à l’époque été censurés, et à y voir l’annonce de la défaite de l’Allemagne contre une armée formée par vingt-cinq ans de communisme… et peut-être plus encore.

Virginie Bouyx

http://www.slate.fr/tribune/83899/chroniques-de-la-guerre-est-malaparte

 
5 Commentaires

Publié par le octobre 2, 2014 dans civilisation, Europe, histoire, litterature

 

Comprendre à travers Karkhov, ce qu’est le fascisme en Ukraine et ce depuis le maïdan, le maire…

4-sebastopol-marine-russe-cassini

Le maire de karkhov

Au-delà des évenements de ces derniers jours intervenus à Kharkov la grande ville industrielle du sud du pays, il faut bien mesurer le contexte, celui des élections proches, celui d’une terrible crise qui cherche à provoquer partout la violence comme réponse à la dite crise en désignant un ennemi intérieur cause de tous les maux: les Russes. Il faut bien mesurer que nous sommes en plein fascisme et que les élections ne sont qu’une palinodie destinée à l’occident, même plus l’UE, l’interlocuteur c’est l’OTAN, la force qui va les aider dans le guerre. La guerre contre la Russie et le génocide contre les Russes d’Ukraine considérés comme des « sous hommes ». Le fascisme est là, avec ses bataillons de voyous, une police qu’ils ont investie, des gouverneurs nommés par la junte qui organisent les exactions et pillent le pays, un ministère de l’intérieur qui s’allie avec l’oligarque fou Kolomojskij pour abattre ses ennemis personnels et cautionner les crimes. Pour bien comprendre ce qui se passe à kharkov, il faut remonter au mois d’avril et à l’après maïdan.

Le ministre de l’Intérieur Arsène Avakov (Svoboda) sur son compte Facebook avait déclaré « Lénine? Laissez tomber. Tant que personne n’est blessé. Tant que cette raclure d’idole communiste n’ajoute pas encore au bilan des victimes ». La plus grande statue de Lénine encore debout en Ukraine a été déboulonnée dans la nuit de dimanche à lundi à Kharkov, par des manifestants néonazis.

Une centaine d’habitants de Kharkov sont venus ce matin déposer des fleurs au pied de la statue de Lénine qui a été détruite hier soir par des activistes néonazis ukrainiens. Les résident de cette ville sont venus nettoyer les stigmates nationalistes, ils ont retiré les symboles nationalistes collés sur le piédestal, ils ont retiré les drapeaux ukrainiens.

Les communistes et le maire de Kharkov, Guennadi Kernes, ont promis de restaurer le monument

Le maire de Kharkov, Gennady Kernes (Parti des régions), déclare, dans un communiqué officiel de la mairie de Kharkov, que la démolition du monument à Lénine est une violation directe de la législation de l’Ukraine. « Ce qui s’est passé la nuit dernière est une violation directe de la loi sur la sécurité des réunions pacifiques des citoyens. Dans l’obscurité des radicaux ont détruit un monument. Nous voulons comprendre pourquoi aucun des responsables de la police n’a mis en garde ces personnes qui viennent de détruire le monument ».

Le maire rappelle que cette statue de Lénine est classée comme objet du patrimoine culturel « c’était le plus grand monument de Lénine en Ukraine, un monument d’importance artistique important … Mais le monument a été détruit, les débris de ce dernier ont été distribué comme souvenir … La police ne protège pas les intérêts des collectivités territoriales, elle a autorisé sa destruction. »
Le maire de Kharkov a conclut en déclarant que « la statue de Lénine sur la Place de la Liberté à Kharkov sera reconstruite ».

Les communistes ukrainiens ont promis de restaurer le monument à Lénine à Kharkov, ainsi que les autres statues détruites. Petro Simonenko déclare à la radio que « les militants pro-ukrainiens organisent depuis ces six derniers mois à la construction du fascisme, ainsi qu’à la destruction de l’intégrité territoriale du pays. »

« Je suis convaincu que les citoyens ukrainiens soutiennent notre idée de restaurer les monuments. Nous allons faire tout notre possible pour restaurer ces monuments  » déclare Petro Simonenko.

Qui est le maire de Kharkov, bref rappel

Nous voudrions rappeler à nos lecteurs qui est le maire de Kharkov  Guennadi Kernes, disons tout de suite que des femmes de kharkov avec lesquelles nous avons discuté nous ont dit leur attachement à ce maire, parce qu’il a tout fait pour protéger sa ville disait-elle. Depuis les événements du Maïdan il est dans le viseur du ministre de l’intérieur néo-nazi et de l’oligarque Kolomojskij qui se sont vantés dans leur compte twitter de l’avoir fait abattre en avril dernier.. Guennadi est un fidèle, un des rares de l’ex-président déchu, mais ce personnage haut en couleur, est aussi un fin manoeuvrier qui joue des contradictions entre ses adversaires. C’est un oligarque, juif comme Kolomojskil, après l’attentat dont il a été victime il s’est réfugié en Israël, pour s’y soigner mais a géré sa ville depuis son lit d’hôpital avec des vidéos. Mais revenons sur les faits.

Guennadi Kernes a été victime d’un attentat le 28 avril après que la ville ait connu des manifestations violencte la veille, 27 avril. Ce dimanche avait  eu lieu à Kharkiv un match de club de football entre Metalist de Kharkiv et Dnipro de Dnipropetrovsk. Les supporter de Dnipro se sont avérés des hooligans qui détruisaient les automobiles avec des battes, frappaient aux hasards (ceux qui avaient l’air de russes) ou qui portaient le ruban de la victoire sur le nazisme. Il y a eu 14 blessés au hasard dans la population de Kharkov, dont certains grièvement.

Ces « affrontements » ont été provoqués par les fans de l’équipe de football FC Dnipro et les agresseurs sont arrivées de Dnepropetrovsk. Nous rappelons que « Dnipro » , ce club de fotball, appartienne à l’oligarque Kolomojskij, nommé gouverneur de Dniepropetrovsk par la junte et financier des bandes de majdan. La semaine d’avant le match, Kolomojskij avait lancé la « chasse aux Russes » Il avait accueilli les troupes de Pravy sektor qui ont quitté Kiev et en a fait sa garde prétorienne, il leur offre des primes pour toutes les exactions qu’ils commettent à l’est. Donc des supporters un peu éméchés sont devenus en fait des hooligans cassant tout sur leur passage et créant une émeute dans la ville,cet assaut intervient donc avec celui que subira peu de temps après la ville d’Odessa, par les mêmes troupes de hooligans. Celles que l’on retrouve dans la destruction de la statue comme le lendemain dans la crucifixion du jeune homme soupçonné de sympathies pour les gens du Donbass.

L’attentat contre le maire de Kharkov a eu lieu dans le cadre de cette émeute et a donc été provoqué par les troupes de Pravy sektor lancées par l’étrange oligarque qui agit le plus souvent pour ses propres intérêts autant que par haine, la communauté juive l’accuse d’être fou et de se prendre pour Hitler.  Ce serait donc une bataille entre oligarques pour le pillage , en fait la situation est plus complexe si l’on regarde qui est le maire de Kharkov et qui il pouvait gêner; Parce que l’embrasement de l’est a lieu sur un fond de rivalité politique et de gros sous dans le cadre des batailles pour l’élection du 25 mai à la présidentielle. C’était tout à fait dans les mœurs du pays, où quand un clan est élu il n’est pas rare qu’il mette en prison le clan adverse sous accusation tout à fait légitime il faut l’avouer de corruption. ce qui apparait avec le maïdan c’est l’idéologie nazie qui a été entretenue dans le pays et qui devient dominante non en nombre mais en violence, avec un ministre de l’intérieur qui cautionne les néo-nazis, les intégre dans la police.

Le haut en couleur M. Kernes, 54 ans, a été élu maire en 2010, en battant de peu Arsen Avakov, qui est maintenant ministre de l’intérieur. M. Avakov et ses alliés ont dit alors que le vote avait été truqué, démentis par M. Kernes.
M. Kernes a été un allié indéfectible de l’ancien président Viktor Yanukovych. Lors des manifestations antigouvernementales, cet hiver, M. Avakov a allégué que M. Kernes a aidé à recruter des bandes de civils qui ont été envoyés à Kiev pour attaquer les manifestants. Ce que nie la maire de Kharkov. Nous avons donc une vieille querelle entre monsieur Kernes et le ministre de l’intérieur dont on connait les mœurs expéditives puisqu’il n’a pas craint de faire liquider récemmment un des dirigeants de Secteur droit devenu un peu encombrant (peut-être avait-il quelque chose à voir avec les snipers du Maïdan) et il a tenté de faire attribuer l’assassinat aux Russes vu que l’homme, un voyou inquiétant avait contre lui un mandat d’arrêt pour ses exactions en Tchétchénie.

Les trois personnages Kolomojskij, l’oligarque de Dniepropetrovsk, Kernes, le maire de Kharkov et l’actuel ministre de l’intérieur Arsen Avakov appartiennent tous les trois au même monde, celui qui ne cesse depuis la chute de l’Union soviétique de pillerr l’Etat. Comme le disait dans un interview un député des Régions, les partis en Ukraine ne sont que des regroupements d’intérêts autour d’oligarques qui utilisent leurs postes politiques pour piller l’Etat et en détruire les ressources à leur profit. Le même ajoutait que seuls les communistes échappaient à ce quasi destin politique et il se moquait de leur idéologie qu’il résumait par un « les capitalistes tous à la mer! » Ces trois hommes sont à la foisdes relations d’affaires, des concurrents impitoyables et chaque élection ou intervention étrangère est l’occasion de régler des comptes et de s’emparer de l’argent des voisins.

Une stratégie de paix est-elle encore possible?

Mais il s’est avéré que les communistes ont noué une sorte d’alliance avec le maire de Kharkov en cherchant comme lui à préserver la paix. Les récents événements, les désordres provoqués  dans la ville avec la destruction de la statue mais aussi les violences contre les habitants, les arrestations de communistes pour une marche pacifique donneront sans doute raison à l’aile des communistes qui reproche à la direction du parti communiste d’Ukraine un pacifisme qui laisse désarmés et désorganisés les Résistants au fascisme. Déjà, dans Kharkov des troupes de guerilla ont commencé à se constituer pour résister à la violence fasciste. Elles se réfèrent expressement à Novorossia.

En effet, nous avons des bataillons de voyous, les sections d’assaut de jadis, une police directement liée au ministère de l’intérieur néo-nazi et criminel, et des forces mercenaires qui passent comme le batailon Azov des combats dans l’est à la terreur urbaine… laissant derrière eux les charniers que l’on découvre dans le Donbass.

Mais ce n’est pas tout, le processus de fascisme consiste également à intégrer la justice à ce dispositif de terreur .

« Nous avons créé un bataillon de procureurs à la demande de ces derniers. Ils passent actuellement un cours de formation militaire dans la région de Dniepropetrovsk. Nous avons chargé des militaires de carrière d’entraîner les procureurs pour qu’ils soient capables de prendre une part active aux opérations en cas de besoin », a indiqué M.Iarema lors d’une conférence de presse.

Dniepropetrovsk , vous avez bien lu c’est la ville et l’oblast où l’oligarque qui se prend pour Hitler, Kolomojskij a été nommé gouverneur et où il a recueilli Pravy sektor et dirige les supporter hooligans du club de foot dont il est propriétaire pour organiser des émeutes  et couvrir des meurtres de Karkhov à Odessa. C’est dans ce lieu que les procureurs vont recevoir une « formation militaire ».

Selon le procureur général, près de 600 employés du Parquet ont souhaité participer à l’opération spéciale que les forces armées du pays mènent dans le Donbass depuis le 15 avril en vue de réprimer la révolte qui a éclaté suite au renversement du régime du président Viktor Ianoukovitch….

Pour le moment héroïquement, les communistes mènent une campagne sur le fnd, réclamant la paix, dénonçant les mesures du FMI et le rôle de l’oTAN… Mais les  événements de Karkov témoignent sans doute de la difficulté à continuer à se battre dans de telles conditions… Les communistes qui dans le Donbass ont choisi de prendre les armes et qui affirment que tant qu’ils ne seront pas allés mettre de l’ordre à Kiev, le danger perdurera pour les populations civiles revendiquent une autre stratégie…

Ce qui est sûr c’est que le fascisme est là en Europe et que nous ne pouvons pas faire, nous Français comme si cela n’existait pas… Les communistes en particulier.

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 1, 2014 dans Europe, extrême-droite

 

Une babouchka donne des conseils à Obama

4 at Une grand-mère russe en appelle au Président Obama, Une vidéo drôle et touchante: les conseils d’une grand-mère russe à Obama

Russia Insider-TV., 27 septembre 2014

http://russia-insider.com/en/politics_ukraine_opinion_christianity_society/2014/09/27/03-11-04pm/funny_and_touching_russian

La Babouchka Russe – l’âme de la société russe.

Cette vidéo est très populaire sur l’Internet russe. Une babouchka russe (grand-mère), donne des conseils à Obama, en rimes ! dans la meilleure tradition russe. Elle l’appelle Obamashka, un terme affectueux de son nom en russe. Elle propose de prier pour lui, lui a préparé des blinis (crêpes) et des cakes, pour l’emmener à l’église afin de rencontrer son prêtre et qu’ils puissent ensemble prier pour l’Amérique, et elle déconseille l’acoquinement aux nazis, expliquant que cela finit toujours mal. Elle explique que la Crimée est russe, et a toujours combattu aux côtés de la Russie. Enfin, elle lui recommande vivement de lier d’amitié avec Volodia (nom affectueux pour Vladimir), et lui souhaite bonne chance. Nous sommes experts de la Russie, et nous pouvons vous assurer, il n’est aucune force sur terre qui puisse résister au charme et à la bonté de la babouchka russe.

La vidéo sur youtube

Lena Vasilek présente: Obama, ne va pas à la guerre! Une grand-mère russe en appelle au président des Etats-Unis.

Monsieur le Président Obama-mon petit!

Dear President Obama-child ! Cette grand-mère dit “Obamamuschka » en parlant à Obama. Elle exprime ainsi je crois l’empathie à son encontre, quelque chose comme « mon petit », non seulement comme une grand-mère à son petit-fils, mais comme l’aïeule de la société aux plus jeunes avec le souci de la perpétuation de l’humanité. C’est quelque chose de symboliquement fort.

C’est une humble grand-mère russe de la province d’Orenbourg qui vous parle.
Je m’adresse à votre conscience.
Pourquoi ne pouvez-vous pas vous arrêter, mes chéris, vous suffoquez de sang étranger, après tout.
Nos Petits ne sont pas à blâmer parce que la guerre a été lancée par les riches.
Le diable s’est glissé dans votre tête, mais les Russes devraient aimer les os coincés dans leur gorge.
Obama-mon petit, pardonnez-moi, mais j’ai des parents en Crimée aussi.
Vous pouvez crier tout ce que vous voulez, mais la Crimée a toujours été  Russe!
Vous persistez à parler de Démocratie, mais à vos côtés il y a un gang fasciste.
Vraiment, soyez prudent avec Bandera (Le Parti Svoboda), je connais moi-même ces visages. Comment ils sont venus dans nos villages (Seconde Guerre mondiale) et n’ont pas hésité à nous assassiner.
Je vous parle comme si j’étais votre propre grand-mère affectueuse, il y a trop de méchanceté en vous, Obama-mon petit!
Vous devez prier un peu, vous repentir et changer vos habitudes, vous ne seriez pas alors si tourmenté. Je vous promets, je vous le jure: je prierai pour vous dans la maison de Dieu. Je vais prier pour que ces fascistes disparaissent tous. Vous devriez vous réconcilier avec Vladimir.
.

 
Un commentaire

Publié par le octobre 1, 2014 dans Amérique, civilisation, dialogue, Europe, femmes

 

LES ETATS-UNIS SONT EN TRAIN D’INVENTER UN AUTRE MONSTRUOSITE NAZIE POUR L’EUROPE

Semyonchenko en visite à l’Institut International des Républicains. Derrière lui, sur la droite,  le sénateur Robert Corker du Tenessee.
Le  commandant des néo-nazis ukrainien « nous avons une formation et un finacement US »

Le commandant d’un des bataillons néo-nazi ukrainien, le Donbass, Semen  Semyonchenko, vient de rentrer des États-Unis, où il a rencontré des hauts sénateurs des deux partis et  a reçu le soutien et l’engagement de livraison du  matériel.

Il a posté un commentaire sur  Facebook dans lequel il donne une explication détaillée de cette aide.

Il a été également reçu par l’IRI (International Republican Institute) et NDI (National Democratic Institute), les branches internationales des deux principaux partis politiques américains, et il a rencontré rencontré  le sénateur démocrate  Robert Menendez et le sénateur républicain Robert Corker.

« Menendez et Corker sont les deux sénateurs qui ont parrainé l’Ukraine Freedom Support Act, un projet de loi qui va allouer de l’argent pour fournir une assistance à l’Ukraine, y compris la fourniture d’armes. Radar, des armes antichar, drones, systèmes de communication et bien d’autres choses utiles pour notre armée. « 

Un des principaux objectifs de son voyage était d’obtenir une formation et beaucoup plus de l’armée américaine. A en juger par son poste FB, il semble qu’il ait réussi..

« Hier,  j’ai signé un contrat pour organiser des cours de formation pour les chasseurs et les officiers du bataillon Donbass par des groupes mobiles d’instructeurs aux États-Unis, tenue par les militaires qui ne sont pas actuellement en service.

Ils travailleront sous le système de formation traditionnel utilisé par les Navy Seals et la Delta Force. Normes qui ont été conçues pour chaque département (reconnaissance, forces spéciales, sécurité, etc.) et pour chaque sous-officier.

Une attention particulière sera apportée à l’instruction individuelle et le travail d’équipe. Nous utiliserons le nombre maximum d’exercices pratiques.

Un autre point important est la formation des sergents (sous-officiers) pour leur permettre d’agir de façon indépendante et gestion d’une équipe.

Les instructeurs serviront également à préparer les forces de sécurité intérieure, et que la formation est l’une des formes d’aide indirecte que l’Ukraine reçoit.« 

« Nous avons eu des discussions très utiles. Nous leur avons expliqué  la situation en Ukraine aussi objectivement que possible. Nous sommes confiants que tout ira selon le plan, que nous avons envisagé.

traduit pour histoire et societe de  

http://russia-insider.com/en/politics_ukraine/2014/09/26/06-54-29pm/ukrainian_neo-nazi_commander_us_training_and_funding_us

Est-ce que nous mesurons bien ce que signifie un tel compte-rendu ? Semen Semyonchenko , un pseudonyme est un banderiste convaincu, un néo-nazi. Au moment où on découvre dans le Donbass des charniers qui témoignent de l’étendue des crimes de ces individus et de leur capacité à reproduire les crimes des nazis ukrainiens auxquels ils se référent, les Etats-Unis lui apportent une aide en matériel et en formation. Ces gens ne sont pas moins dangereux pour l’Europe que les djihadistes dont tout le monde se préoccupe et contre lesquels on veut lutter. Ces nazis ne font pas mystère de leur volonté de répandre leur idéologie et leur violence dans toute l’Europe. Qui demandera des comptes aux Etats-Unis pour être en trai d’ensemencer notre continent de la merde qu’ils ont déjà créé au Moyen Orient ?

 
Un commentaire

Publié par le septembre 28, 2014 dans Amérique, Europe, extrême-droite

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 375 autres abonnés