RSS

Archives de Catégorie: cadeaux Constance

Mes jeunes amis, le fascisme rouge-brun, l’homosexualité et Cuba, ou comment démêler le vrai du faux ? par danielle Bleitrach

article_photobaiser1[1]Voici ce que je réponds sur le mur face book d’une amie Constance FV lancée dans un débat avec un disciple de Soral à propos du mariage pour tous . Celui-ci non content d’énoncer des contre-vérités sur le danger d’un tel mariage réclame benoitement  le débat sur ses mensonges au nom de la « démocratie », un peu à la manière dont la droite et l’extrême-droite qui au Parlement refusent de participer aux auditions parlementaires sur le sujet, essaient de l’imposer sous couvert de « démocratie » dans la rue alors même qu’il s’agit d’une promesse présidentielle et que le débat est ouvert au parlement. Il s’agit en fait d’une opération politicienne dont les homosexuels sont doublement victimes.

Le « moule » de l’appel à la démocratie pour défendre l’indéfendable

C’est une stratégie bien connue de l’extrême-droite et de Soral, il suffit de voir la manière dont celle-ci tente la réhabilitation du nazisme  dans le négationnisme. Un type comme Bricmont est spécialiste de la chose. Il s’agit de réouvrir un pseudo débat tranché par tous les historiens sur l’extermination et les chambres à Gaz (en fait une opération de réhabilitation du nazisme) non pas avec les dits historiens qui s’y refuseraient, mais bien ans le cadre d’une opération politicienne visant un grand public en utilisant ses préjugés. Il s’agit  pour les négationnistes de réhabiliter le nazisme en profitant de la situation créée par le deni de droit des palestiniens. Il s’agit pour ceux qui réclament un référendum sur le mariage pour tous d’ouvrir un front de rassemblement à droite contre le PS.  C’est de la manipulation et l’on prétend la justifier sous l’idée qu’en démocratie aucun débat ne doit être interdit, on peut même comme le dit Bricmont et ses copains de Grand soir pousser un double front, le premier est la référence à Voltaire, défendre le droit de mes ennemis à l’expression, le second est l’analogie injustifiée entre ce qui se passe en Palestine et la Shoah.

Sur le premier point,la référence à Voltaire est complètement erronée, il ne s’agit pas d’une opinion qui appelle le débat mais bien d’une contre-vérité visant à diffamer un peuple et des individus. Sur le second , la référence à la Shoah par rapport à la Palestine relève du même abus de vérité. Quel que soit le caractère abominable de la politique des dirigeants israéliens, leur mépris du droit international, il n’y a pas génocide de palestiniens et cette comparaison est paradoxalement utilisée à la fois pour stigmatiser les juifs, vivants et morts (vous l’avez mérité) et pour les apeurer pour qu’ils appuient tous les viols de la légalité.

C’est un mode de pensée qu’il faut dénoncer parce qu’il nourrit les haines et les illusions, les stéréotypes et constitue un obstacle à la paix, une paix qui passe non par des fantasmes mais par des choix politiques clairs. Cela ne m’étonne pas que l’on le retrouve chez les disciples de Soral cet appel au débat à propos du mariage pour tous et  il à son équivalent dans la demande d’un référendum sur une proposition présidentielle. Mêmes les  fausses vérités assénées, le mariage pour tous déboucherait sur la polygamie et l’inceste par exemple, la nature interdit l’union dans le même sexe, et appel à la démocratie référendaire, l’opinion que l’on travaille dans le sens des stéréotypes les plus ignobles. On feint de n’avoir rien contre les gays mais on tente de pousser vers leur exclusion.

Il s’agit de mobiliser le ban et l’arrière ban de la réaction. Les églises sont appelés à rompre avec la  laïcité et les églises sont appelés dans un débat où elles ne devraient pas intervenir (à leur charge de refuser le mariage religieux). Nous sommes bien devant une situation antidémocratique, réactionnaire, réactives jusque dans un passé fictif où l’on recompose les camps et fascisante qui se masque sous le droit au débat et sous des analogies foireuses.

Des jeunes gens qui ont besoin de chercher leur vérité sur l’Histoire.

C’est à ce titre que j’interviens dans le débat menée par une jeune amie Face book et ses copains d’une vingtaine d’années. J’appuie les propos de Constance dénonçant Alain Soral mais je me permets de corriger sa vision de Cuba. La plupart des lecteurs de ce blog n’ignorent pas que j’ai renoncé à défendre Cuba et même l’Amérique latine. Y compris quand je suis indignée par des émissions sur Arte, de véritables infamies, des dénis de réalité, une opération de propagande anti-cubaine comme récemment. Il m’est alors  trés dur de ne pas intervenir, mais je considère que les Cubains se sont mal conduits envers moi, ce qui a peu d’importance, mais surtout envers ma famille disparue dans les camps de concentration et même mon pays. Je le dis avec d’autant plus de force que mes grands parents se sont réfugiés à Cuba pour fuire le nazisme, y ont été accueillis et sont morts cubains. Jamais je n’accuserai les Cubains du moindre racisme, cette nation s’est construite contre le racisme esclavagiste, a conquis son unité sur un grand idéal celui de José Marti.

Mais je considère comme inadmissible que quelles que soient les alliances anti-impérialistes et leur soutien au peuple palestinien, les Cubains se déshonorent en acceptant de cautionner des propos antisémites et négationnistes que l’on trouve à profusion dans des sites comme le réseau Voltaire de Thierry Meyssan, mondialisation.ca et tant d’autres. Ils n’y sont pour rien si Alain Soral utilise le portrait de Fidel et celui de Chavez, mais ils affaiblissent le communisme en France en bradant leur prestige par de tels compromis, en tolérant la confusion, en publiant des textes émanant de telles officines. Outre le fait que ces « aventuriers » d’extrême-droite qui la jouent révolutionnaire ont souvent un fil à la patte et mangent à tous les rateliers.  la pourriture négationniste a envahi peu à peu tous les sites, Grand soir, Bellaciao qui à l’origine je peux en témoigner n’avait rien à voir avec de telles errances et le positionnement anti-impéraliste est de plus en plus vérolé . Le parti de gauche admet dans son sein des gens qui à l’instar de René balme sont complétement dans cette mouvance et en assurent la promotion. Certains courants « staliniens » ont complètement perdu l’esprit dans ce domaine… En Belgique en particulier mais la France connaît les mêmes dévoiements…

C’est d’autant plus dangereux que la france est devenu le terrain privilégié (à cause d’une forte population musulmane et juive souvent rapatriée) des appels à la haine et de la confusion raciale… C’est trés dangereux on l’a vu récemment à Toulouse et Montauban.L’analyse de ce qui se passe au Mali et sur le continent africain est plombée par ce vice de perspective où l’on finit par confondre les mafieux fascistes et les mouvements de libération, ce que ne font pas les Cubains qui ont une simple position de principe anti-intervention impérialiste, mais qui prennent garde de tout confondre. Le mouvement de la paix est bloqué par ce mélange d’ignorance et de haine sans perspective. J’attendais des Cubains qu’ils nous aident par leur perpicacité et leur expérience.

Cela dit si je ne décolère contre cette mauvaise action cubaine qui  consiste à ne pas être trés regardant sur ceux qui se prétendent leurs alliés et je m’interdis à ce titre de les défendre, je refuse de contribuer à quelque chose d’aussi préjudiciable qui est l’offensive parfaitement injustifiée sur la réalité cubaine, sur l’histoire de ce pays et plus généralement sur l’Amérique latine.

Voilà donc ma réponse à mes jeunes amis qui ignorent un peu toutes ces questions et parlent à partir d’une désinformation orientée. Je trouve remarquable leur tentative de » chercher la vérité là où il y a tant de manipulations, je me dois au moins à eux de répondre parce que ce monde que nous leur laissons est le leur, nous avons des reponsabilités pour le leur avoir donné dans cet état.

Le fascisme est là dans toute situation de crise pour trouver des boucs émissaires

La crise est d’abord celle d’un système social qui est entré dans un profond ébranlement, accroit les inégalités d’une manière monstrueuse, entretient les guerres de pillage et fait peser sur la jeunesse la violence de ce que ce sytème exige pour perdurer en leur faisant miroiter de pouvoir s’en sortir individuellement, en écrasant les autres… La crise est économique, financière mais aussi politique, éthique, partout il y a aspiration au changement vers l’égalité et partout il y a refus du changement en développant des peurs imaginaires en désignant des boucs émissaires.

Constance a parfaitement raison sur Soral, ce type est  proche du Front National, il fait partie de ce qu’on appelle les identitaires.Sa haine à lui ce sont les juifs et il utilise le combat des Palestiniens pour revitaliser les thèses de l’extrême-droite sur la non existence des chambres à gaz, idée proche de celles de Le pen et de son petit copain Dieudonné, complètement obsédé par l’antisméitisme au point d’en perdre tout talent,  condamné plusieurs fois pour incitation à la haine raciale.

Soral tente de créer la confusion avec les communistes en expliquant qu’il a été au PCF, c’est faux, il n’est même pas un Doriot. De même il place sur son site les portraits de Fidel Castro et Chavez, ce dont ces derniers ne sont en rien responsables, pour entretenir cette confusion.

Mais les communistes que l’on soit ou non d’accord avec eux ont pour adversaires non des individus mais une classe sociale capitaliste et à l’échelle mondiale l’impérialisme, ses invasions comme en Irak, le colonialisme et le néo colonialisme qui pille des pays. Alors que des gens comme Soral, et en ce sens ils sont proches des nazis qui procédaient de même, cherchent dans les races les boucs-émissaires. Ainsi les nazis étaient contre « le capitalisme juif » ce qui permettait d’appuyer le capitalisme non juif, de piller les biens des juifs sans toucher au contraire au capitalisme en général et en faisant par leur guerre la fortune des marchands d’arme. Faire d’une catégorie hétérogène, les juifs, les arabes, les noirs, les homosexuels, une catégorie homogène permet de lui attribuer des crimes imaginaires. Ce n’est pas un hasard si la matrice de tous les stéréotypes est une opposition homme-femme fondée sur une pseudo-nature qui voue la femme à la soumission. Le nazisme joue une virilité qui transforme ses ennemis en esclaves ou en chose à partir d’individus transformés en espèce.

Soral agit de même, ses ennemis ce sont les juifs, même pas les Israéliens mais les juifs.Mais on retrouve pour se faire le même appel à « la virilité » et Dieudonné ne cesse de dénoncer la lâcheté du juif qui aurait peur de la confrontation physique. Pour Soral on n’échappe pas plus à sa race qu’à son sexe,  Il m’a consacré une vidéo dans laquelle il explique qu’en tant que juive non sioniste je suis pire que les autres parce que je veux répandre partout ma saloperie judaïque. A qui s’attaque Thierry Meyssan? A Dominique Vidal qui a consacré sa vie à la défense des Palestiniens… Non seulement tous les juifs sont semblables (comme les noirs étaient considérés par les esclavagistes comme soumis à la servitude naturellement)… mais ils le sont depuis des millénaires ce qui bien sûr minimise le crime nazi… Faut le faire ! Comme Dieudonné qui accuse « les sionistes » d’avoir tué Jésus Christ ou encore d’avoir été des esclavagistes, ce qui est faux et la simple analyse de qui étaient ces esclavagistes à Bordeaux ou à la Rochelle le prouve. Mais ce sont des malades comme pouvaient l’être certains nazis type Himmler, la vérité leur importe peu.

La méconnaissance de Cuba comme modèle de résistance

La seule remarque que je ferai sur les propos de Constance concerne sa méconnaissance de qui est Fidel Castro, de l’admiration qu’il suscite en Amérique latine et en Afrique comme d’ailleurs face au rôle héroïque de Cuba, qui a aidé à libérer l’Afrique du Sud.Le premier pays qu’a visité Mandela à sa libération a été Cuba pour remercier l’héroïsme des Cubains.  J’ai vécu à Cuba et pas dans les hôtels, j’ai écrit trois livres sur ce pays et je m’inscris en faux contre la propagande immonde contre ce pays. Deux points parmi d’autres, premièrement quand on parle de la situation difficile économique des Cubains, jamais on ne dénonce l’infamie du blocus américain qui est pourtant chaque année condamné par la totalité des pays de la planète y compris la France et l’étranglement de ce pays qui a subi de la part de son puissant voisin, attentats, épidémies… Avec un tel blocus dans l’Irak de Saddam Hussein, il mourait 5000 enfants par an, alors que Cuba a un meilleur taux de mortalité infantile que les Etats-Unis. En outre Amnisty international a reconnu que le seul endroit où l’on torturait à Cuba était Guantanamo. Donc il est absurde de comparer Cuba avec le président iranien qui est une franche canaille même si ces deux pays ont le même ennemi. Enfin, sur le points dont il est question l’homophobie, l’Iran pend les homosexuels alors qu’à Cuba, ils sont parfaitement accepté désormais et où la sécurité sociale rembourse le changement de sexe pour les transexuels. Fidel Castro a fait son autocritique sur les débuts de la Révolution et la fille de Raoul Castro, Mariela, a joué un rôle immense dans la défense des droits de homosexuels sans équivalent dans le monde.  Cela va de pair avec la défense des droits des femmes dans ce pays et ça dès le début de la Révolution, dans un pays de tradition masciste, le viol a été puni de la peine de mort et Cuba est un des pays les plus surs pour une femme…

Voilà Cuba n’est pas un modèle comme l’URSS a prétendu être un modèle, c’est tout au plus un modèle de résistance et de ça nous avons besoin, dans un monde qui pratique toutes les exclusions, les exploitations en inventant une légitimité absurde des pires oppressions. Continuez à vous battre vous les jeunes, parce que le seul combat que l’on est sûr de perdre c’est celui que l’on ne mène pas…

 

Le mouvement étudiant chilien ne fait pas partie des indignés. Ce n’est pas un mouvement spontané, mais plutôt un long processus basé sur une analyse approfondie

Le mouvement étudiant chilien ne fait pas partie des indignés. Ce n’est pas un mouvement spontané, mais plutôt un long processus basé sur une analyse approfondie
 
Camila vallejo à Paris photo de Constance Fremiot Vincente
 
Samedi 29 octobre 2011 6 29 /10 /Oct /2011 00:10

 BBC World a parlé avec Camila Vallejo à Paris

 La dirigeante de la FECH a déclaré que les revendications des étudiants n’ont pas émergés spontanément, mais obéissent à « un long processus basé sur une analyse approfondie de ce qui se passe au Chili, de l’injustice » et que désormais « il faut regarder au-delà et construire une alternative au pays ». Elle a également exprimé son désir de « projeter le mouvement politiquement, car pour la première fois, une demande sectorielle est devenue un mouvement social qui comprend de nombreux secteurs.

Après environs six mois de protestations, le mouvement étudiant, qui exige une éducation publique gratuite, continue de définir l’agenda politique du pays. Ce mardi commence une nouvelle grève de 48 heures. Les étudiants, les enseignants, les écologistes et la Centrale Unitaire du Travail, principal syndicat chilien, soutiennent la manifestation dont l’événement majeur se tiendra mercredi après-midi.

A la veille de ces jours de mobilisation, BBC World a parlé avec Camila à Paris Vallejo, présidente de la Fédération étudiante de l’Université du Chili et l’une des faces visibles du mouvement. Vallejo, 22 ans, étudiante de géographie, est en Europe avec trois autres représentants étudiants chiliens, pour exprimer leurs revendications et tenter d’« internationaliser » le mouvement.

- Vous avez voyagé en Europe pour rencontrer les institutions internationales et des intellectuels. Quels sont les conseils qui vous ont été donné par les intellectuels, qui vous plaisent le plus ?

Le philosophe Edgar Morin nous a donné confiance. Il nous a dit que l’enseignement supérieur ne peut être légué au marché, il doit être garanti à travers un enseignement public car les pays en ont besoin pour leur développement.

Et Stéphane Hessel (l’auteur de « Indignez-vous ! ») Nous a poussé à renforcer les communications et l’installation de nos idées dans le monde entier pour diffuser nos propositions par tous les moyens.

- En parlant de Stéphane Hessel, pensez-vous que le mouvement étudiant chilien en quelque sorte se connecte avec les mouvements sociaux comme Occupy Wall Street ?

Le mouvement étudiant chilien ne fait pas partie des indignés. Ce n’est pas un mouvement spontané, mais plutôt un long processus basé sur une analyse approfondie de ce qui se passe au Chili, au niveau de l’injustice.

Nous comprenons la lutte des indignés, mais au Chili nous avons dépassé le stade du mécontentement. Maintenant, nous devons regarder en face et construire une alternative pour le pays.

- Prenant en compte des protestations étudiantes existantes dans d’autres pays comment pensez-vous que vous pouvez internationaliser le mouvement ?

Les différents mouvements – au Chili, Colombie, Brésil, France, Espagne – ne surgissent pas par mimétisme, ils ont des particularités.

Mais il peuvent-être vu comme un tout. C’est la lutte de ceux qui se sont éveillés pour construire un modèle différent de la société au niveau national et international. Il y a une cohérence, c’est la résistance à un modèle de privatisation ou d’une étape vers la conquête de ce droit.

En France, nous avons rencontré l’UNEF (Union Nationale des Etudiants de France). Ils nous ont rapporté la prise de conscience qu’ils font pour résister à la privatisation déguisée généré par le gouvernement. Nous sommes dans des processus différents, mais on a les mêmes objectifs, et il y a des liens de solidarité internationale chez les jeunes.

- Quel modèle éducatif pour le Chili ?

Aucun élève n’a jamais voulut copier quoi que ce soit. Le Chili croit en son propre modèle, qui permet l’intégration de tous et gratuitement. Nous voulons une éducation qui puisse transformer la société et que des professionnels surgissent pour construire la démocratie.

- Comment sera l’avenir du mouvement étudiant ?

Le mouvement étudiant se débat dans une conjoncture déterminée, après cinq mois de mobilisation. Il faut maintenant penser comment avancer tactiquement pour qu’il continue.

Aujourd’hui, le dialogue avec le gouvernement est rompu. Ils veulent réformer les bourses des étudiants au parlement et nous excluent de cette discussion. Donc, même si nous ne faisons pas confiance dans le Parlement, nous devrons travailler vers eux. Nous ne voulons pas que la loi budgétaire de la nation légifère tant qu’il n’y aient pas des propositions de lois élaborées en accord avec les étudiants en matière d’éducation.

- Ne pensez pas que votre leadership est au détriment du mouvement étudiant dans son ensemble ?


La personnification du mouvement est due aux politiciens et aux médias. C’est une stratégie qui est utilisé très fréquemment auprès de ceux qui se lèvent et ont des revendications sociales. Au Chili cela s’applique beaucoup, et je pense que dans d’autres pays du monde aussi.


Pour Cuba, on parle de Castrisme, au Venezuela de Chavisme. Tout est personnifié avec les supposés dirigeants, et l’on ne voit pas que c’est un processus qui est partagé par une majorité. Dans le fond il s’agit de les détruire pour ainsi détruire le mouvement.

Aussi, nous semblons être plus vulnérables. J’ai été accusé d’être manipulé par le Parti communiste, de faire payer les entrevues que je donne. On m’a dit que je profite de tout cela.

- Vous êtes sur le point d’être diplômés. Est-ce que le mouvement continue malgré tout ?

Sur le thème étudiant, je vais continuer à participer, cela dépendra aussi des prochaines élections de la Fech. Nous allons construire, avec tous mes camarades qui n’ont pas de face visible. Et nous voulons projeter le mouvement politiquement, car pour la première fois, une demande sectorielle est devenue un mouvement social qui regroupe de nombreux secteurs.

- Pensez-vous à une carrière en politique ?

Je suis une militante, je suis prêt à mettre à la disposition des besoins de la construction de ce mouvement, comme un autre.

Dans le contexte des prochaines élections, je pense qu’il ne s’agit pas de moi en particulier, mais les jeunes doivent s’inscrire dans les registres électoraux comme candidats pour conseillers. Qu’ils aillent disputer les municipalités à la droite, ou à ceux qui ne sont pas d’accord pour répondre à nos propositions qui sont justes.

Maintenant les jeunes commencent à s’intéresser à la politique, et doivent assumer cette responsabilité. Nous devons prendre en charge et conduire un projet participatif. Et pour cela nous devons avoir une vocation pour le pouvoir, mais dans le bon sens du terme.

La Revolucion Vive

Sur Cri du Peuple 1871 : http://www.mleray.info/article-chili-87403544.html

Le mouvement étudiant chilien ne fait pas partie des indignés. Ce n’est pas un mouvement spontané, mais plutôt un long processus basé sur une analyse approfondie

 

Lucrèce, pour une autre vision du devenir… rien ne se perd, rien ne se crée…

Lucrèce, pour une autre vision du devenir… rien ne se perd, rien ne se crée…
 j’en profite pour vous montrer quelques photos de Constance, toujours aussi belles, aussi pleines d’espoir…
 

 Rien ne retourne au néant. La nature forme les corps, les uns avec l’aide des autres [1,215-264] 

[1,215] Ajoutons que la nature brise les corps, et les réduit à leurs simples germes, au lieu de les anéantir. En effet, si les corps n’avaient rien d’impérissable, tout ce que nous cesserions de voir cesserait d’être, et il n’y aurait besoin d’aucun effort pour entraîner la dissolution des parties et rompre l’assemblage. Mais comme tous les êtres, au contraire, sont formés d’éléments éternels, [1,220] la nature ne consent à leur ruine que quand une force vient les heurter et les rompre sous le choc, ou pénètre leurs vides et les dissout.D’ailleurs, si les corps que le temps et la vieillesse font disparaître périssent tout entiers, et que leur substance soit anéantie, comment Vénus peut-elle renouveler toutes les espèces qui s’épuisent? comment la terre peut-elle les nourrir, et les accroître quand elles sont reproduites? [1,230] Avec quoi les sources inépuisables alimentent-elles les mers et les fleuves au cours lointain ? et de quoi se repaît le feu des astres? Car si tout était périssable, tant de siècles écoulés jusqu’à nous devraient avoir tout dévoré; mais puisque dans l’immense durée des âges, il y a toujours eu de quoi réparer les pertes de la nature, il faut que la matière soit immortelle, et que rien ne tombe dans le néant.

Enfin, la même cause détruirait tous les corps, si des éléments indestructibles n’enchaînaient [1,240] plus ou moins étroitement leurs parties, et n’en maintenaient l’assemblage. Le toucher même suffirait pour les frapper de mort, et le moindre choc romprait cet amas de substance périssable. Mais comme les éléments s’entrelacent de mille façons diverses, et que la matière ne périt pas, il en résulte que les êtres subsistent jusqu’à ce qu’ils soient brisés par une secousse plus forte que l’enchaînement de leurs parties. Les corps ne s’anéantissent donc pas quand ils sont dissous, mais ils retournent et s’incorporent à la substance universelle.

[1,250] Ces pluies même que l’air répand à grands flots dans le sein de la terre qu’il féconde, semblent perdues; mais aussitôt s’élèvent de riches moissons, aussitôt les arbres se couvrent de verts feuillages, et ils grandissent et se courbent sous leurs fruits. C’est là ce qui nourrit les animaux et les hommes; c’est là ce qui fait éclore dans nos villes une jeunesse florissante, ce qui fait chanter nos bois, peuplés d’oiseaux naissants. Voilà pourquoi des troupeaux gras et fatigués du poids de leurs membres [1,260] reposent dans les riants pâturages, et que des flots de lait pur s’échappent de leurs mamelles gonflées, tandis que leurs petits encore faibles, et dont ce lait enivre les jeunes têtes, bondissent en jouant sur l’herbe tendre.

Ainsi donc, tout ce qui semble détruit ne l’est pas; car la nature refait un corps avec les débris d’un autre, et la mort seule lui vient en aide pour donner la vie.

La lecture de celui qui nous traduisit (traducere au sens ancien transmettre) Démocrite dont Marx était si admirateur qu’il lui consacra sa thèse de fin d’étude ainsi qu’à Epicure… a toujours été pour moi une leçon d’optimisme et l’éblouissement devant la beauté matérialiste, sa spiritualité… A l’age de Constance je connaissais par coeur des parties entières de ce grand poème de Lucrèce, De rerum naturae…  des choses de la nature… J’imagine mal aujourd’hui Constance et mes jeunes amis en train de réciter face à la mer ce poème ou le rené de Chateaubriand: « l’automne me surprit au milieu de ces incertitudes, j’entrais avec ravissement dans le mois des tempêtes ». Autres temps, autres moeurs, mais je sais qu’il y a dans ce regard un souci de vérité… Quelque chose qui cherche dans le concret des choses ce moment de transcendance qui unit esthétique et éthique…

Voilà dans ces temps des enfants qui voient et qui crient leur joie…

 

cadeau Constance, manif des indignés, un clin d’oeil, suite et pas fin…

cadeau Constance, manif des indignés, un clin d’oeil, suite et pas fin…
Nom de la photo:     « OUI LE PEUPLE S’INDIGNE »
 
 » LES JEUNES SONT Là »
 
 
 » L’HABIT NE FAIT PAS LE MOINE, ou BOMPARD ».
 
Bonsoir Danielle,j’espère que tu vas bien, voici comme promis les photos,
des Indignés, beaucoup de monde, beaucoup de Jeunes,
je t’envoie les photos et te fais le compte rendu demain,
je t’embrasse.
Constancehaha pour le texte, je pense mettre plus de temps, tout est assez brouillon dans ma tête, je ne sais pas comment expliquer ce que j’ai pu ressentir,
à la fois, j’ai trouvé qu’il y avait du monde, et à la fois pas assez, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de jeunes, puis, ce qui me plait dans ce genre d’évenement, c’est d’être au contact des personnes, plus nous sommes nombreux, plus on est fort, et comme à chaque regroupement, je suis émue,
je pense qu’on peut faire changer les autres, si on se regroupe, il faut refaire mais en pls grand, en plus fort, et faire sortir les pantouflards!

J’ai aimé photographier Mme Bompard, je l’avais déjà vue sur le petit journal de Canal+, il faut dire qu’avec son style, elle se faisait vite remarquer, elle demandait que l’on vote pour Mélanchon, ce n’été ni le lieu, ni le moment de faire de la pub pour un parti!!!

Sinon, Camila la jeune présidente de la révolution Chilienne, est le genre de personne et de femme que je respecte énormément, je suis fière que ce soit une jeune, mais surtout fière que ce soit une FEMME, je suis en admiration face à sa beauté et son combat! J’ai essayé de la photographié, de façon à mettre en avant son regard rempli d’espoir.

Il y avait un type, avec un béret et une étoile rouge, et une écharpe autour du coup, il ressemblait au Ché, il faisait l’animation dans la foule, alors je l’ai pris en photo, puis il y avait un Chilien avec une casquette et une clope, son ami, avait avec lui le drapeaux de la révolution Chilienne, chaque couleurs représentées quelque chose, un peu comme le drapeaux de l’arc en ciel, alors je l’ai photographié avec ce drapeaux. Voilà ma Danielle, j’espère avoir l’honneur un jour de me rendre à un événement de cet ampleur avec toi!

une dernière photo, de maman.
Je t’embrasse,
C.

MAMAN, C’EST MA COPINE…..

 
 

cadeau Constance, manif des indignés, suite 2

cadeau Constance, manif des indignés, suite 2
 
 
« GROS BATARDS BANQUE ET CLOCHARDS »… » WOMEN ARE HEROES « 

 » VIVA LA REVOLUCION »

 
 

Cadeau Constance: manif des indignés, suite 1

Cadeau Constance: manif des indignés, suite 1

 » DO NOT « 

 » INDIGNEZ VOUS « 

 » EL CHé fake »

 » 99% »

 

Cadeau de Constance… photos de la manif des indignés à Paris: Camille Vallejo

Cadeau de Constance… photos de la manif des indignés à Paris: Camille Vallejo
Constance Fremior Vincente, un des plus éminents reporters de notre blog était hier à la manif de Paris des Indignés, elle aq fait profusion d’images. je vous les envoie et je donnerai ultérieurement des explications.
 
« Camila Vallejo »présidente de la Fédération des étudiants de l’Université du Chili,  figure emblématique de la contestation étudiante qui secoue le Chili depuis plus de quatre mois.

 

et une dernière d’elle :

 
 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 372 autres abonnés