RSS

Archives de Catégorie: cadeau de Maria

Le crépuscule du vieil homme blanc par Mark Morford

ce texte amusant et surtout éclairant sur l’état d’esprit en Californie face à la victoire d’Obama nous a été proposé avec sa traduction par Marie Vicente, nous saluons cette nouvelle collaboration qui connaît bien les Etats-Unis et qui nous a déjà envoyé deux ou trois reportages sur la Chine, expérience que j’espère elle va renouveller. Maria participe elle-même de tant de cultures et parle tant de langue qu’elle est déjà un peu à l’image de la mosaïque qu’elle décrit. (note de danielle Bleitrach)

Le crépuscule du Vieil Homme blanc

Rien ne dit que cela sera facile. Rien ne dit que ça ira comme sur des roulettes, ni même  que ce sera amusant ou qu’on y trouvera une cohérence quelconque. Rien à voir avec un coup de dés. Et ça prendra très très longtemps.

Mais d’un bout à l’autre du pays et au final, l’étonnante et historique réélection d’Obama s’est faite sur la même base : L’Amérique est plus diverse que jamais, d’une manière plus large et plus inattendue aussi. Ces voix diverses ( latinos, gays, noirs, immigrants, femmes ), toutes formant en quelque sorte une puissante coalition, vociférante, et chaudement instable, votant plus en force et plus passionnément que jamais dans notre courte histoire. Dans sa majeure partie ces voix n’ont jamais existé en tant que coalition efficace, jusqu’à aujourd’hui.

Ceci est ce que les experts républicains et bien des vieux démocrates  en sont arrivés à conclure : l’Amérique n’est plus un génial melting pot, couleur sépia, maintenu dans l’anodin et le marginal par les riches, dominé par la classe dirigeante blanche engoncée dans son amidon délavé.

N’est-ce pas là le plus étonnant ? Le pays n’est pas en train de devenir plus blanc, les vieux blancs bigots sont de fait en train de mourir, et nous avons maintenant un bordélique et assez incompréhensible kaléidoscope  de minorités non blanches ( et de femmes) toutes tournoyantes, dansantes et déboulant sous les feux de la rampe – sans parler des métissages, ceux déjà mixtes, les races non identifiables qui sont, par exemple, un quart noir, un quart chinois, un quart indien, un tiers amoureux polymorphe  et un dixième professeure-cubaine -lesbienne aux goûts bizarres  et branchés, avec une non affiliation religieuse marquée. Exquis !

C’est votre nouvelle majorité Américaine dans laquelle chacune des minorités,  en particulier et toutes en général, terrifient la vieille garde, les blancs riches, Ted Nugent, Bill O’Relliy, ceux de l’époque. Et c’est pourquoi le parti républicain a utilisé toutes leurs répugnances contre Obama pour essayer d’éviter l’inévitable ; profondément, ils ont construit leur propre imminente obsolescence, même s’ils ne croyaient pas cela possible.

Et ils ont tout essayé! Racisme, droit du sol, sexisme, avortement, contrôle des naissances «  viol légal » et irresponsables « salopes ». Intolérance religieuse, homophobie, socialisme, communisme, Nazis, Kenya, singes, Big Bird ( l’équivalent de Casimir en France ) droits aux ports d’armes, lois fiscales, droits sociaux, élitisme, pénuries de pétrole, réforme du système de santé qui secrètement parquerait et tuerait les personnes âgées. et ainsi de suite et j’en passe.

Le visage de l’imminente obsolescence?

Cela n’a  pas marché. Ou plutôt tout a fonctionné mais pas aussi bien qu’avant. Comme disait  un activiste, éperdument fondamentaliste chrétien «  ce n’est pas notre message qui n’a pas été entendu, il l’a été, mais c’est notre message qui a été rejeté. »

Est-ce une bonne chose ? Oui, bien sûr, c’est une très bonne chose. Par ailleurs, il y a là aussi tous les bruits et  toutes couleurs d’un charivari potentiel, chaque groupe et chaque région exigeant représentation, voix et droits propres,  afin de faire bouger les choses et  d’être entendu. Ou peut être veulent-ils avoir juste ce que les hommes blancs ont depuis longtemps : une chance plus honnête et des règles de jeux qui ne les condamnent pas d’avance. Je sais ! Quel culot !

Bon, nous avons donc maintenant L’ Amérique d’Obama 2012, une explosion de couleurs et de bruits, une clameur mélodramatique et fière qui attire et réclame l’attention. Est-ce que la cohabition est possible ? Non il n’y a pas l’ombre d’une chance. Est-ce que pour cohabiter sans risquer l’implosion nous devrions aller plus avant dans le melting pot ? Oui sans l’ombre d’un doute !

Et c’est pour cette raison que la réaction à  Rainbow Bright America ( référence à L’Amérique haute en couleurs de leurs défilés nombreux et divers ) , a été, et- c’est peu de le dire -, vivifiante et étrange à travers tout le pays. Que pouvez vous attendre d’hommes blancs  grincheux qui gouvernent depuis 200 ans (ou 2000 ans ). Au moins ils avaient de la constance. Constamment intolérants, patriarcaux, oppresseurs, cruellement capitalistes, et aussi un peu tristes ? C’est évident ! Que diable attendiez-vous de tels paranoïaques, chrétiens monochromatiques ? Des Lumières ?

Tout le monde est d’accord  sur un point : Toutes les voies doivent s’ouvrir, nous devons élargir les perceptions de cette société multiple, élargir plus les spectres l, nous devons comprendre qu’il n’y a plus désormais une seule religion, voix, sexe, couleur, attitude, et même un seul mariage conforme et standardisé qui soient l’unique norme réglant la vie du pays. Certes, nous avons toujours été diversifiés. Mais cela n’a jamais été vraiment un principe directeur.

Plus de muti-culturalité, de pluralisme linguistique, et d’ouverture serait il  une part de la réponse ? Cela devrait aller sans dire. Il semblerait qu’il faille commencer par l’éducation,  et exiger immédiatement l’apprentissage de l’Espagnol, du latin,   la maîtrise de l’allemand, peut être un peu de chinois, au cas où. Est-ce que vous ne le pensez pas ?

Grâce à Dieu, nous n’avons déjà plus une seule religion. Même Noêl, qui était autrefois relativement charmant, vieillot et même un  peu sacré, a été vendu aux grandes surfaces il y a déjà une trentaine d’années. Tout le monde sait que nous n’avons plus de fêtes majeures qui ne soient la propriété commerciale de grands groupes et entreprises qui vous haïssent ouvertement.

Dorénavant, est-ce que cela nous tuerait d’apprendre à connaître des petites choses comme disons Diwali la fête indienne ( à vous couper le souffle )du Festival des Lumières ? Et pourquoi pas Le Jour des Morts  et Shamhain et celle de l’anniversaire de Buddha ? Et pourquoi ne  pas enseigner aux enfants un peu de mysticisme chrétien, un peu de traditions des déesses,  Wicca, une goutte dans un océan de plus de 3 millions de dieux hindous ? Pourquoi pas ?

Vous désapprouvez? Oh oui, comme de les avoir assommés avec des doctrines chrétiennes rigides et étriquées et ce pendant des siècles et avec succès. Voulez vous regarder à nouveau le résultat des élections ? Parlerons-nous du taux de grossesse chez les adolescentes ? du taux de divorces et de qui a envoyé les Tweets les plus intolérants, racistes, haineux après les élections ? Vous ne pensiez pas qu’il aurait pu en être ainsi ?

Je sais un peu de quoi je parle. N’étant pas moi-même un jeune blanc indo-européen. Je peux témoigner qu’il est à la fois effrayant et bizarrement rafraîchissant de glisser si dramatiquement dans une de ces cultures minoritaires. Et nous ne sommes certainement pas tous mauvais, loin de là. Bien sûr, je suis loin d’être aussi en danger que, disons, l’Eglise catholique qui tente à l’heure actuelle et sans grand succès de tordre le coup de ses mains misérables et jusqu’à mort s’en suive au mariage gay.

Oh, à propos, c’est ainsi que vous savez, et que vous comprenez que vous êtes du bon côté de  l’Histoire, de la culture, de l’amour. Quand le pape et ses armées de singes s’agitent, fulminent les yeux révulsés face à une autre conception et définition de l’amour. Alors oui vous savez que vous êtes dans le vrai et que ce que vous faites est juste, en effet.

Ne nous emballons pas. La classe blanche dirigeante n’est pas encore moribonde. Obama a encore gagné avec un pourcentage relativement normal de votes blancs, et Romney en a eu un peu plus. ( bien qu’il soit intéressant que les 4 états avec le plus haut pourcentage de votes  blancs votent tous les quatre pour Obama : Maine, Vermont, Iowa, New Hampshire )

C ‘est que cette fois ils n’ont pas eu la même importance. Pas autant que pour Mitt Romney et le GOP ( Group of People ) pour qui en particulier ces mâles blancs effrayés  représentaient le socle fondateur , le sang, le souffle , le sens même de toute cette satanée existence. Et quand ce sens est ôté? Quand cette sempiternelle vieille politique guindée dans son armure est déracinée et n’est plus fiable,  et ne le sera plus à nouveau ?

Choqués. Effrayés. Perplexes.   Avec environ 4000 experts politiques des différents  médias valsant sur la tombe de leurs analyses?  Magnifique !

Mais plus que tout, nous avons créé de fait une situation dont nous n’avons pas si souvent eu  l’occasion de jouir en Amérique : Nous avons créé le magnifique, et  terrifiant frisson, celui d’avoir pu nous renouveler nous même, changeant notre discours, faisant exploser l’Amérique stagnante, en réassemblant ses composantes , ce que nous n’avions jamais pu faire jusqu’à présent.

Cela n’est-il pas fantastique? N’est-ce pas déstabilisant ? N’est-ce pas après tout,  ce que l’on peut attendre de l’esprit non conformiste Américain ?

Mark Morford

SF Chronicle Columnist

Traduit par Maria Vicente pour Histoire et société

Twilight of the old white guys

This doesn’t mean it’s going to be easy. This doesn’t mean it’s going to be smooth or fun or make any sort of cohesive sense. Not by a long shot. And not for a long, long time.

But across the board and down the line, the take on Obama’s astonishing, historic re-election is the same: America is more wildly, unexpectedly diverse than ever, and those diverse voices – Latino, gay, black, immigrant, female, et al – somehow coalesced into a potent, vociferous, albeit hotly unstable coalition to vote more powerfully and more passionately than any time in our short history, mostly because they never really existed as a functioning coalition in our short history, until now.

This is what the Republican punditry and even many old-timer Dems are coming to terms with: America is no longer a nifty, sepia-toned melting pot kept anodyne and marginal by the rich, starchy bleach of the white ruling class.

Is it not the most astonishing thing? The country is not getting any whiter, older white bigoted people are helpfully dying off, and we now have a messy and nearly incomprehensible Catherine wheel of assorted nonwhite minorities (and women) all spinning, dancing and surging into the limelight – not to mention the cross-breeds, the already mixed, the racially unidentifiable who are, say, a quarter black, a quarter Chinese, a quarter Indian, a third polyamorous and a tenth Cuban kinky hipster lesbian schoolteacher, with a no-religious-affiliation kicker. Sweet.

This is your new American majority, each and every one of whom terrifies the old guard, the rich white guys, Ted Nugent, Bill O’Reilly, and the way it used to be. And this is why the Republican party threw every repulsive weapon it had at Obama to try and avert the inevitable; deep down, they sensed their own imminent obsolescence, even if they didn’t quite believe it was possible.

And oh, they tried everything. Racism. Birtherism. Sexism. Abortion, birth control, “legitimate rape” and irresponsible “sluts.” Religious intolerance, homophobia, xenophobia, Socialism, Communism, Nazis, Kenya, monkeys, Big Bird, gun rights, tax laws, welfare, elitism, oil shortages, health care reform that would secretly herd up and kill the elderly. Just for starters.

Nothing worked. Check that: It all worked. Just not as well as it used to. As one distraught fundamentalist Christian activist said, “It wasn’t that our message didn’t get out. We got the message out. But our message was rejected.”

Is this a good thing? This is, of course, a very good thing. On the other hand, it’s also all flavors of potential bedlam, with every group and region now demanding its own representation, its own voice, its own right to stir things up and be heard. Or maybe they just want what the white menfolk have had all along: a more honest chance, and a game that’s not rigged against them from the start. I know! The nerve!

So here we have Obama’s 2012 America, a riot of color and noise, melodrama and fierce clamoring for attention. Can it all possibly hold together? Not a chance. Does it have to hold together lest we implode and melt down even further? Without a doubt.

This is why the reaction to Rainbow Bright America has been, to say the least, exhilarating, and strange, and all over the map. Say what you will about unhappy white males running the joint for the last 200 (or 2,000) years. At least they were consistent. Consistently intolerant, patriarchal, oppressive, ruthlessly capitalistic and just a little bit sad? Of course. What the hell do you want from paranoid, monochromatic Christians, enlightenment?

One point everyone agrees on: The channels must open. We must broaden the social lens, appeal to the wider spectrum, understand there is no longer a single religion, voice, sex, color, attitude, or even standardized marriage format that rules the land. Sure, we’ve always been diverse. But we’ve never been completely guided by it.

Is part of the answer to become more multicultural, multilingual, open-ended? It would seem to go without saying. It would seem we should begin, quite directly, with education, and immediately require Spanish, Latin, passing fluency in German, maybe a little Chinese, just in case. Don’t you think?

Praise Jesus, we no longer have a single dominant religion. Even Christmas, which used to be relatively charming and quaint and even a tiny bit sacred, was sold to Wal-Mart for scrap something like 30 years ago; everyone knows we have no major holidays left that aren’t owned by corporations that openly hate you.

Hence, would it kill us to learn a little about, say, Diwali, India’s breathtaking festival of lights? How about Dia de Los Muertos, and Samhain, and Buddha’s birthday? How about teaching kids a little about Christian mysticism, goddess lore, a hint of Wicca, toss in a few of the 3 million Hindu gods? Why not?

You disagree? Oh right, like hammering them with uptight Christian doctrine for all these years has worked so well. Do you want to see the election results again? Shall we talk teen pregnancy rates, divorce rates, just who it was who sent out the most racist, hateful, intolerant Tweets after the election? Didn’t think so.

I know a little of what I speak. As a not wildly young, indo-European white guy myself, I can testify that it is both scary and oddly refreshing to slide so dramatically into the cultural minority. And we’re certainly not all bad – far from it. Of course, I’m nowhere near as endangered and obsolete as, say, the Catholic church, who is right now trying – quite miserably – to wrap its crusty, blood-caked talons around the throat of giddy gay marriage and choke it to death.

(Oh, by the way? This is how you know. This is how you understand you are on the right side of history, culture, love. When the pope and his armies of flying monkeys shake and fume so violently over a new definition of love that their eyeballs curdle, you know you’re doing something very right indeed).

Let us not get too carried away. White ruling classes aren’t quite gone yet. Obama still won a huge and relatively normal percentage of white voters, and Romney got quite a bit more (although, interestingly, the four states with the highest percentage of them – ME, VT, IA, NH – all went for BO).

It’s just that they didn’t matter as much this time around. Not nearly as much as they mattered to Mitt Romney and the GOP, for whom scared white males in particular were the foundation, lifeblood, the meaning of all goddamn existence. And when that meaning is removed? When that long-standing, ironclad political underpinning is uprooted and proven no longer reliable, and never will be again?

You get shock. Awe. Bewilderment. And roughly 4,000 political pundits from every media outlet spinning in the grave of their stunned analysis. Awesome.

But most of all, you get to experience something we in America just don’t get to enjoy all that often. We get to experience the wonderful, terrible, completely disorienting thrill of remaking ourselves anew, changing the conversation, exploding the stagnant American experiment and assembling it into something we just haven’t had the parts to attempt before.

Isn’t that fantastic? Isn’t that destabilizing? Isn’t that what the warped American idea is supposed to be about, after all?

Mark Morford

SF Chronicle Columnist

 
 

Tribulations de ma copine Maria en Chine (Haiyang) les conditions de vie et de travail

bonjour ma copine,

 Le festival des lanternes et

bien sur ce n est pas Haiyang Shanghai mais Haiyang province de Shandong (c’est presque la Chine profonde).
c’ était hier soir,
 il est maintenant six heures du matin, ( 11 h du soir en France ) dehors la neige tombe en fine pluie et le froid humide fait perler les vitres de vapeur. faut dire qu ici le double vitrage n’ existe pas, donc dans cet hôtel pour l’ instant encore le meilleur de la ville, des double rideaux isolent des phénomènes météorologiques. mais j’ ai lu que vous n étiez pas épargnés non plus en matière de neige et de froid…..
je te joins ci après un texte explicatif sur le Festival des Lanternes, dernière grande fête de la Fête du Printemps. en regardant la tele j’ai pu voir notamment sur la chaine de télé militaire… des reportages opérés dans différents lieux a travers la Chine et certains étaient magnifiques. ici a Haiyang, Shandong, tout le monde était agglutine sur la grande place face a mon hôtel et aux fenêtres de ma chambre, donc bien au chaud, j’ai pu assister aux feux d’artifices, tous privés sans coordination dans un joyeux chaos et sans l’ombre d un pompier à l’horizon.
La grande place est illuminée d’arches de dragons tigres et autres décoration aux formes et couleurs a dominante rouge, jaune et or, typiquement chinois.
Toute la journée cette place est illuminée, ce qui fait qu’a part les feux d artifices et l invraisemblable bruit rien de différent des autres jours. Mais les chinois eux ont continué par un repas de fête ou simplement en mangeant ces friandises poudre de riz enrobant une mixture faite de noix de jujubes de sésame  d’écorces de mandarines confites. Dans le sud de la Chine ces friandises peuvent être salées et donc mixture de viandes et de légumes hachées  et assaisonnée.
Par contre toute la ville déambulait dés le matin sur cette place et aux alentours , apparemment attendant les festivités qui commencèrent a !8 heures.
 Tiens il est sept heures, et l horloge type années 50 qui trône au centre de la place vient de sonner et curieusement avec des sons et harmonies d une église bien de chez nous. A tel point que je pensais, le lendemain de mon arrivée, qu il y avait dans le voisinage une église qui, comme a Mormoiron dans mon  village , compte toutes les heures de 6 heures a 22 heures a quelques différences près : à Mormoiron nous avons droit aux matines, aux vêpres, aux demies heures, et a tous les événements religieux, en plus. et je dois dire bien que parfaitement athée, cela me plait et tout, Comme les horloges domestiques, le tic tac semble ralentir le temps, mon temps, en me faisant prendre conscience de façon sonore de son existence, c’est rassurant. Longue parenthèse. Il continue a neiger le jour s ‘est maintenant levé, quelques klaxons etouffés, beaucoup plus de motocyclettes électriques  et ça c’est un bonheur pour l environnement …..
Je reviens a la place XinYuan d Haiyang, donc hier plus qu’a l’accoutumee dès le matin, la population a commence a affluer et surtout la population des villages alentours, paysans, pêcheurs, visages tannes, burines par la vie au grand air…. Tous affluant sur leur mobylette tractant une petite remorque ou toute la famille prend place, du plus jeune au plus vieux, emmitoufles dans d’incroyables parkas , couvertures bariolées, chaussures doublées de  fourrure synthétique. les femmes enceintes poussant un cri d effroi a ma vue et dans un geste de protection placent leurs mains sur leur ventre en se détournant aussitôt comme pour éviter qu a ma seule vue un sort soit jete sur leur enfant a naître, qui sait avec des yeux bleus peut être….
La grande occupation est de déambuler de voir et d être vu, pour cela les filles de l’hôtel par exemple ont passe la journée a se maquiller , se coiffer, les serveurs leur coupant les cheveux avec force rire et cris. donc, photos par ci photos par la avec toujours le sempiternel V de la victoire qu ils apprécient faire tout particulièrement. Bien sur tout le long de l avenue principale qui borde la place, les vendeurs ambulants de jouets, de ballons, les tirs a la carabine sur des ballons de baudruche, les vendeurs de poisson rouge, les photographes avec arche confectionnée avec des tiges de métal utilisées dans les bétons dits armes, et elles meme entourées de fleur en papier rose, vert, bleu, et ou trônent aussi deux splendides paons,
 ( Ah, voila que commencent ici et la les premiers pétards et canonnades de la journée, c’est bizarre comme cela peut ressembler au niveau sonore a une ville en guerre )
 Donc les vendeurs, ceux de canne a sucre, de fraises qui sentent bon , énormes mais qui n ont pas de goût, d ananas, qu’ils épluchent et sculptent en spirales, très joli, les vendeurs de cacahuètes qu ils torréfient sur place dans de petites machines fonctionnant au charbon, des vendeurs d’azalées en fleur, et des vendeurs de brochettes en tous genres, friandises pommes caramélisées, pop corn d ailleurs ils ont des hauts parleurs qui hurlent toutes la journée les memes mots : nian bang, accent 1 sur le a de nian, accent 2 sur le a de bang, mais avec l accent local……, en fait POP CORN.
L’ autre mot que l’on entend toute la journée c’est celui qui est comment dire….. hurle au telephone portable lorsque celui ci sonne a tout bout de champ et auquel ils s empressent  de répondre meme s ils sont entrain de vous parler,ou en pleine séance de massage chez le médecin acupuncteur du coin! Donc ce mot qu au début j’avais identifie comme TAGALAAAAA  est en fait SAMALAAAAA dont je ne connais pas l’écriture pinyin mais qui se prononce ainsi et qui veut dire suivant les interlocuteurs: Qu est ce qui va pas ? ou traduit par eux What s wrong pour les rares qui baragouinent quelques mots d anglais. pour d autres cela serait Que veux tu? mais tous crient très fort, j ai eu une explication car je parle fort, oui bien sur en viellissant je ne m entends plus aussi bien alors …. mais ici tout le monde parle hurle a des degrés inimaginables, sans aucune retenue ni discrétion et souvent même ils déclenchent le haut parleur, ainsi tout le monde en profite, multiplié par la masse on obtient un chaos qui oblige a toujours crier plus fort…..C’est très drôle à l hôtel…de luxe, les serveurs, caissières, et autres personnels s’interpellent a tout bout de champ en hurlant dans les couloirs. une des explications serait aussi que compte tenu des 4 tons plus le ton neutre voire six tons a Taiwan, ils soient obliges de parler fort pour faire entendre la différence…..
Une autre de leur spécialité est de dire toujours oui a une demande et de faire ce que bon leur semble. Vous commandez un taxi oui oui ok demain 6 heures, le lendemain personne, faut dire qu il neige, ou alors ils vous emmènent mais déposent ou vont chercher un membre de leur famille, ami ou eux seuls savent qui, ou vont faire le plein a l’autre bout de la ville. par contre jamais ils ne refusent une toute petite distance.
Dimanche, aucune incidence sur leur vie de tous les jours, les magasins ouverts, administrations aussi, faut dire qu en parlant avec la caissière du resto de l hôtel qui a etudie un peu d anglais et qui est la seule d ailleurs à baragouiner j ai appris pas mal de choses concernant les us et coutumes du labeur salarial:
Heures de présence de dix h du mat a  22 heures, avec pause de trois heures pour cette caissière et s’il n y a pas d événement particulier, le restaurant de l’hôtel étant compose de très nombreuses salles a manger privées pour toute sorte de repas et de célébrations. étant dans l’année du Dragon , meilleure année pour se marier et pour naitre,  toute la journée on peut entendre les canonnades saluant chaque mariage, donc ma caissière qui comme la majorité des urbaines a choisi un prénom occidental soit Alice, a suivant les jours trois heures de pause ou pas. elle travaille sept jours sur sept et a trois jours de congés par mois. salaire 1600 RMB soit 200 euros , a 8 RMB pour 1 euro suivant le cours BOC ( banque de Chine ) son mari chauffeur de taxi tout comme son père, sa mère a un petit restaurant et gagne  m’a t elle dit 800 euros par mois! donc elle pense qu elle a un bon salaire. elle est propriétaire de son logement de 90 m2 qui a coûte 160 000 RMB soit 20 000 euros. En faisant les courses au supermarché du coin j’ai pu constater que les fruits et légumes y étaient de 8 a 10 fois moins onéreux qu en France. de même pour quasi la totalité des marchandises et parfois meme les importations sont a un cout égal voire moindre !
Un vol Qingdao Shanghai 1ere classe A/R 120 euros ! pour une distance equivalente Paris Marseille.
Pour revenir a Alice, oui meme avec la pause qu elle passe a l hôtel et j’imagine a la belle saison à se promener sur les berges des rivières qui traversent la ville, elle, comme tous les travailleurs ici, n ont pas un rendement productif équivalent aux nôtres. Là ou nous avons un travailleur ils en ont une dizaine pour le même
rendement, ce qui donne pléthore de personnel dans les restos, hôtels, magasins, et qui souvent sont derrière les vitrines a fumer, ou boire du thé ou se coiffer ou téléphoner ou papoter ou même dormir tout simplement en ayant meme oté leur chaussure pour plus de confort.
Aussi  les journées sont longues et maussades surtout en hiver et apres le premier de l’an ou la ville s est vide de ses consommateurs et tous ne sont pas encore revenus, cette période étant pour eux celle ou ils reçoivent 4 jours féries donc avec cumul de jours de congés dus ils arrivent pour certains a prendre deux ou trois semaines, et certains ne reviennent plus et restent dans leur lointaines campagnes, ce phénomène s’evalue a hauteur d environ 30% de la population ouvrière urbaine. si bien qu a partir de mi février c est l embauche a tout va. faut dire que le paysan déçu par les conditions de vie non compensées par un salaire décent préfère rester dans son bled.
Ainsi, me promenant en espérant en vain trouver un bar, un beau salon de thé, je jette un oeil sur les vitrines, aussitôt une vendeuse un vendeur se précipitent m’ouvrent la porte en grand, dans une cascade de sons entre quelque chose de guttural pour les hommes et de miaou miaou pour les femmes qui peuvent devenir des qu’elles s adressent a leurs hommes ou enfants de formidables cris stridents. et si j’ai dépasse le magasin ils n hésitent pas a m’interpeller d un formidable Hollow en fait hello.
il arrive parfois que faisant suite a une demande d’adresse de restaurant ou de banque, ils n hésitent pas a vous prendre par le bras et vous y accompagner et avec force explication et cris a tout un chacun et ceci aussi a Shanghai ! faut dire que compte tenu du nombre d employés cela n a pas trop de conséquences….
Tous les jours a Haiyang je vais au musée, tous les jours je trouve porte close , sans aucune explication….. je suis allée a l office du tourisme…… personne ne parle anglais, aucune carte, aucun dépliant sur la ville mais quelques brochures pour des voyages organises avec  3 a 4 heures de route aller et autant retour, stations de ski, sources d eaux chaudes, parcs d attraction entre disneyland et parcs aquatiques sous bulle tropicale avec force bactéries…. bref culturel….. rien a Hayang.
Que dire de plus si ce n est que l’urbanisme sévit, immenses pâtés d immeubles à l américaine, larges avenues, trottoirs très larges et vides….. en fait les avenues ont sur les côtés un couloir pour les vélos ou tous les piétons marchent. très étonnant jusque a ce que vous empruntiez ces memes trottoirs en plein hiver….. revêtements disjoints, voitures garées en toute simplicité, aucun parking ni parcmètres en vue, immenses parking de cycles en tous genres avec leurs invraisemblables habits d hiver et autres papiers cartons ou détritus alimentaires recouverts par une fine couche de neige, le tout sur des revêtements souvenus extrêmement glissant type comblanchien, marbre, grès polis qui font rire la population locale a la moindre de vos glissades et qui rapidement vous font opter pour le bas cote de la rue en espérant qu une de ces motos électriques ou voitures d ailleurs ne viendra pas vous percuter parce que le conducteur est au telephone tout en mangeant des brochettes . le plus étonnant sont les conducteurs de motocyclette entrain de conduire et déguster leur brochette.
Les seuls casques que j ai vu sont d occasions, poussiéreux a vendre dans des ruelles de commerces bric a brac au milieu de quartier de petits immeubles ouvriers appelés a disparaitre a très court terme et ceintures par les réalisations de la nouvelle Chine.
Plus que trois jours et demi a Hayang gros village de 700000 habitants, vendredi a 16 h je prends le bus pour Qingdao, deux heures de route, Qingdao ville modeste de 5 millions d habitants. j espère trouver un musée ouvert. je sais qu il y a des bars. quoique lors d une conversation avec des expatriés américains travaillant a la construction d’une unité de production d énergie civile nucléaire j ai appris qu il y avait une avenue avec plus d une centaine de bars mais seuls
trois étaient ouverts en cette période.Samedi un peu de tourisme urbanistique, samedi soir hôtel a l’aéroport meme parce que dimanche décollage a 7 h 30 heure locale pour arrivée Marseille a 21h30 heure française….. j espère la première classe comme a l aller avec KLM bravo pour l amabilité et compétence des hôtesses KLM, bien supérieure a Air France meme si maintenant elles ont fusionnées…..
Donc week end d adieux et tristesses en tous genres.
Bonjour la France, Sarko et ses acolytes, les pantonymes pre-electorales, les médias mediatant, les assedics, les jours rouges d edf, la secu, la retraite, les vieux, les augmentations des impôts indirects, la fuite des capitaux, les footballeurs, la meteo, ma voiture toujours pas réparée, mon jardin brule par le gel, mes plantes d intérieur déshydratées…. les factures impayées, la maison glacée, je n ai pas envie de rentrer j ai envie de déserter.
Mais pour nager dans ces eaux je suis trop albinos ,mes ecailles trop décaties et les mailles des filets  très serrées.  donc condamnée a l exceptionnel toujours détermine dans le temps et reste le reve, l espoir pour le quotidien.
heureusement, j ai ma copine et c’est une chance et une grande chance meme d être ta copine,
A bientôt, autour d un bo bun au Saigon a défaut de Pnom Penh…. et en attendant l Espagne au printemps?
9h 30 , je n ai pas mis tout ce temps seulement a t écrire, je me suis fait plein de cafe Nescafe, j ai mange des kakis seches, des jujubes mi secs, des litchis secs, des jus d oranges exceptionnellement douces a 50 centimes d euro le kilo….la neige ne tombe plus, le soleil fait une timide apparition, le thermostat de la chambre,  est programmé a 24 degrés, mais la température est de 21,5 et je sens le froid passer sous la porte, les couloirs, ascenseurs, escaliers ne sont pas chauffes, la cafétéria pour le petit déjeuner non plus.les restos non plus, se contentant de vague tour de clim réversibles, et surtout il vaut mieux y aller quand c’est plein, la vapeur des plats pantagruéliques, une portion pour une personne ici vaut deux ou trois des nôtres et si on parle de nouvelle cuisine au moins quatre. La chaleur humaine aussi aide bien et a travers les vitres crasseuses et embuées on a vite fait de connaitre les écarts de  température et s il y a du monde ou pas.
Je vais aller vers 11h30 faire mon tour habituel au musée, peut être sera t il ouvert aujourd hui, puis j irai déjeuner dans un resto cuisine du Guizhou ( keyjo orthographie dune manière inapproprié dans mon precedent mail ) province du Sud entourée du Yunan et Sichuan au sud et nord Ouest, du Chongqing au Nord, du Hunan et Guangxi au Nord et Sud Est. cuisine epicee, toutefois un peu moins que celle du Sichuan. les serveurs sont habilles en tenue du Guizhou, certains dont mon admirateur Sun ( prononcer Soun )environ 18 a 20 ans, est un étudiant travaillant a mi temps et je compte bien l’emmener boire un the et avoir une conversation pour en apprendre un peu plus et fumer ces longues cigarettes très fines de Nanjing le paquet de 20 a 2,50 euros. Mais contrairement  a nos messieurs occidentaux je n en ferais pas mon petit chinois….. meme les pub entourant les chantiers des futurs grandes résidences hôtelières ou pas, de luxe, illustrent leurs futures prestations de couples dansant style valse, elle chinoise ,jeune jolie toute souriante, en robe longue rouge satin, pied nus , cheveux longs noirs, lui occidental la quarantaine conquérante….la réalité c est plutôt la cinquantaine soixantaine et plus, pas très athlétique non plus. la chinoise elle correspond plus a la réalité, quoique certaines ne sont pas forcement jolies mais leur qualité étant surtout d être très jeune.
Bon, terminons sur une note mignonne, un soir je suis allée diner dans un resto dit Hot Pot, je ne sais pas si cela correspond a une appellation occidentale ( car américaine) pour eux ou si c est le nom chinois, va falloir que je me renseigne. Ces restaurant servent un plat servi dans un plat en pierre sur une sorte de feux a gaz de table et une fois le poisson ou viande dégustée dans le bouillon on y plonge des pates fraiches faites a la main strictement . c est délicieux en ce qui me concerne avec du poisson.ces restaurants ont des tables au centre et des boxes semi ouverts en pourtour. nous étions dans un de ces boxes dont les cloisons montent environ a 1m50 du sol, très vite un gamin d environ huit ans est venu nous saluer en anglais, nous a demande si on avait besoin d’aide dans un anglais sommaire mais correct et avec une prononciation assez juste. avant de partir avec ses parents et alors que je sortais des toilettes ( tout un programme ) il m ‘aborde et me demande quelque chose que j’ai mis quelque temps a identifier….. mon adresse email…….  record battu messieurs les occidentaux !
bon j y vais, zaijian,( accent 4 sur tous les a )
 
Un commentaire

Publié par le février 7, 2012 dans Asie, cadeau de Maria

 

Le triple A de la dame de Shangai…

Le triple A de la dame de Shangai…

tandis que moi je joue les petites vieilles rondouillardes et bavardes, mes amies un peu plus jeunes que moi il est vrai vivent l’Aventure avec un grand A, triple A, Amour, Aventure, Aphrodisiaque en Chine… Sur fond d’explosions du Nouvel An, l’année du Dragon de l’eau, impériale et mystérieuse, alors voici de la dame de Shangai… (danielle Bleitrach)

bonjour , 

 
j ai tellement de choses a raconter que je ne sais pas par ou commencer.
 
je  t ecris depuis l ordi de Mon Homme , un Mac avec clavier qwerty et sans accents bien que pour quelque raison il lui arrive de mettre parfois des accents et plutôt a bon escient.
 
Donc j arrive a Shanghai le dimanche 22 janvier onze heures moins le quart apres avoir voyage comme une reine en première classe, service de reve, espace siege inclinable en position lit, Mon Homme a l arrivée… taxi  ……hotel 4 etoiles dans la concession française. suite , service impeccable, deco chinoise , pétards a tous les coins de rue, rues curieusement vides, mais c est la grande fete du printemps, nouvel an chinois et Shanghai s est vide de ses habitants….. repas dans un resto du voisinage, copieux et peu onéreux, retour a l hôtel, retrouvailles amoureuses et re taxi pour rv avec L ( son grand amour chinois ) et son mari. Elle se fait appeler Maria et son mari hollandais de 55 ans immense gaillard très sympa, crâne rase comme mon homme ! que dire ? rustique, vigoureuse, commandant en chef, et me prenant aussitôt sous sa protection et disant a Mon Homme qu il se devait de me protéger, aider et arranger la situation pour que je puisse vivre en Chine…..
 
Shanghai, magnifique, la ville ancienne, les jardins de YuYue, avec ses palais, la foule immense, les palais délicats, le bariolage des rues avoisinantes, tel que l on peut se l imaginer en Europe. une apres midi entière a déambuler dans ces jardins et pavillons palais , 
 
le soir comme tous les soirs, diner plutôt occidental a la Shangai cad nourriture mixte occidentale et chinoise, clients a 80 % chinois , serveurs, serveuses, personnel pléthorique, amabilités, et orchestre le plus souvent philippin, sauf pour les clubs jazz ( cubains….. blacks américains,  )  pistes de danse improvisées .  beaucoup de chinois et oises, quelques couples mixtes, vieux 50 a 80 ans avec moumoute et petite chinoise, pathétiques le plus souvent, des mecs qui n auraient aucune chance chez nous, très peu de couples tous deux occidentaux du meme âge…..aussi nous avions un succès fou auprès des chinois reconnaissants de ne pas venir leur piquer leurs femmes si peu nombreuses, les chinoises curieuses de voir une femme d expat si différente, j étais maquillée, chapeautée, habillée pour faire honneur a l élégance française, non mais ! succès garanti et meme auprès des femmes occidentales, anglaises, espagnoles, allemandes, toutes travaillant en Chine ou accompagnant leur hommes. elles étaient toutes admiratives et je m en donnais a coeur joie de danses, de ni hao , de hello what s your name, bref opération Charme Seduction  surtout pour faire tomber la Tour Imprenable….. je te passe les différentes anecdotes dont je te parlerais plus tard, mais une phrase m a fait comprendre que mon but était atteint ….. dorénavant  il va y avoir matière a s inquiéter et être jaloux…….
 
 Le soir de mon arrivée, nous sommes rentres tôt a l hôtel t de 22h 45 jusque a 1h30 cela a été un type, bouquet final, feux d artifice tous azimuts, chaque rue, immeuble, quartier s embrasant dans un vacarme assourdissant, invraisemblable, saisissant, j ai fini par éclater en sanglots d émotion. c était trop, de plus les pétards lances par des lances roquettes, plus le bruit de canons que de ce que chez nous on appelle pétard, réveillent ma mémoire d enfant et des nuits d explosions, de mitraillages, et autres bruits meurtriers de guerre. d ailleurs beaucoup comparent cette nuit du Nouvel An au bombardement de Beyrouth, et toute la semaine du matin au soir et meme la nuit , sporadiquement les quartiers retentissent de pétarades et le ciel s embrase de nouveaux feux d artifice.
 
le quartier ou nous logions est celui ou Mon Homme vivait, l ancienne concession française, jardins, très beaux, belles propriétés, souvent transformes en immeubles officiels, ou école type Montessori ou en resto de luxe, boutiques n ayant rien a envier a celles d Europe, bien sur des petites echoppes par ci par la, des centres commerciaux invraisemblables, adverbe qui est celui qui me vient continuellement a l esprit chaque fois que je dois décrire un moment, un espace, une expérience chinoise>
 
jeudi dernier nous sommes allés en grande banlieue de Shanghai environ 5o km plus loin, et nous avons visite la ville ancienne de Zhujiajiao, environ 47KM2 de maisons anciennes rues étroites et canaux avec gondoles chinoises. très joli et très très populeux.
toute une série de ponts construits a l époque Ming et Qing, pont de l Eternelle Prospérité, pont de la Paix et Sécurité,etc,  pont des Trois Arches, pont du Benevolat   construit au 16 eme siècle et dont le nom est du aux moines bouddhistes qui y pratiquaient la charité et rendaient a la liberté poissons et crevettes , aujourd hui depuis le sommet on y jette des petits sacs remplis d eau ou nagent des poissons rouges qu on libère ainsi en signe de chance , splendide et je souhaite y retourner mais pas en hiver afin aussi de profiter des jardins.
 
Visite du Bond, sorte de Promenade des Anglais mais au bord du PU, rivière de Shanghai qui divise la ville en deux PUdong et Pushi, cote Pudong c est le Bond des années occupation occidentale et de l autre c est le riverside du 21 eme siècle. ferry pour traverser, bien sur métro, taxis, ponts, mais nous privilégions les transports en commun , modernes, et surtout reflet de la population locale. Mon chéri a beaucoup de succès auprès des jeunes hommes qui veulent ressembler aux critères americano occidentaux et moi auprès de tous. nous avons été mitrailles et très très souvent meme j étais demandée pour poser avec eux sur leurs photos. les moins hardis se contentant de se faire photographier le plus près de moi, nous. mais en général ils ne sont pas discrets et n hésitent pas a se coller a vous et font les choses de manière naturelle et deliberee.
 
visite du musée de Shanghai, énorme collection de bronzes, céramiques, calligraphies, peintures, aquarelles, sculptures, ivoire, jade, roseaux, laques, costumes ethniques,  temoignage sil en était besoin de l incontestable culture et raffinement d une culture multimillenaire. le dos en compote, les pieds en charpie, je me suis promise d y revenir afin de mieux en profiter en visitant qu une seule collection a la fois, tant la masse est énorme .
 
je me suis promise aussi d y revenir assez rapidement tant Shanghai est en mutation et les quartiers populaires en voie de destruction, ou de gentrification. 
 
Depuis dimanche 29 nous sommes a Hayang, province de Shandong environ 600 km de Pekin et autant de Shanghai. que dire ,un autre choc, peux tu imaginer une ville presque 
aussi grande que Marseille avec pas un seul bar. toujours hôtel a l occidentale chinois, meilleur hôtel de la ville , suite de luxe 50 m2 23 euros la nuit négociée de 38 a 23 !
pléthore de personnel, nettoyage sommaire des chambres,détails surprenant, surchauffes, contraste avec froid sibérien, mais j ai vu qu aix aussi souffre le froid en ce moment,
bref ici maintenant c est le froid sibérien, mes sorties, seule, Warren a repris le travail, part a six heures le matin et reviens vers six heures le soir.donc mes sorties sont limitées a aller a la banque, au resto, au super marche, et aux heures les moins froides. j ai expérimente une heure de massage a domicile ( l hôtel ) pour 10 euros, génial. 
que dire de cette ville, le style , selon l imaginaire occidental serait une ville moyenne au milieu de nulle part en Europe de l Est communiste des années 50 avec internet, 
ordinateurs, un peu de voitures, et le tout saupoudre même très saupoudre de Disneyland….
des trottoirs gigantesques , des places immenses, des immeubles recouverts de panneaux publicitaires en caractères chinois multicolores, des hauts parleurs beuglant toute la journée, des motocyclettes pouvant accueillir trois personnes, électriques, et habillées pour se protéger du froid, des revendeurs de fruits, gourmandises et de brochettes a tous les carrefours, des chauffeurs pour qui les feux de circulation comme les lignes continues semblent n être que des suggestions, les boutiques, plus magasins que boutiques remplies de marchandises dans un capharnaüm invraisemblable et pour les moins modernes encore avec unique chauffage le petit poêle a charbon ou trône une bouilloire, une odeur de choux et d urine. des dizaines d yeux qui regardent cette apparition occidentale et pour certains les vieux ou les tous jeunes enfants ou les derniers arrives des campagnes c est la première fois qu ils contemplent en chair et en os un occidental. cela fait maintenant quatre jours que je suis ici je n ai pas vu un seul occidental !
l autre jour je marchais le long d un trottoir en regardant ce qu il y avait a l intérieur des magasins quand tout a coup une petite fille fille d environ huit ans est sortie en courant et est tombée nez a nez avec moi. elle a pousse un cri d effroi et est retournée se réfugier vite fait dans son magasin sous les jupes de sa mère. quoique en fait de jupe je n’ai vu qu une femme en jupe toutes portent des pantalons et a la manière qu elles ont de crier je pense pouvoir dire sans me tromper qu elle porte LE pantalon !     
quand n’en pouvant plus de froid je m aventure dans un magasin-maison de thé, je dois boire des dizaines de tasse de thé vert de Chine, sans sucre que l on m offre évidemment et avec le rituel on trinque  tout le temps…..Gambei !
tiens il est huit heures trente du matin et déjà les pétarades ont recommencé…..
souvent les portes de magasin s ouvrent de manière intempestive pour me dire HOLLOW qui dans leur bouche veut dire Hello parce que évidemment tout ce qui est occidental est forcement anglais américain .
 
aujourd hui je vais tenter d aller au musée, et peut être faire un tour de la ville en taxi, une demie heure de taxi coute environ 4 euros la prise en charge étant de 70 centimes.      
 
pas loin de l hôtel j ai découvert un resto, j y entre on essaie de me parler mais devant la barrière des langues on m envoie un des innombrables serveurs avec tenue de la région de kejio je ne garantis pas l orthographe mais disons que c est une province du sud a l ouest du Yuhan. très chinois, très bride, très mignon aussi. il baragouine quelques mots d anglais et étudie la biologie dans le domaine de lanourriture a l université d Hayang ais je appris quelque temps plus tard>
tres aimable, tres aidant, me gratifiant d un you are very beautiful et quand j ai voulu lui laisser un pourboire il l a refuse en disant que c était son plaisir mais qu il peut me donner son numéro de telephone, je déclinais son offre pour l instant en disant que je reviendrais avec mon mari diner et qu on parlerait, ok ok en chinois haode . bon….. depuis je sais qu on ne laisse pas de pourboire le gouvernement ne voyant pas trop cela d un bon oeil> quand nous sommes avec mon chéri allés diner , il était deja allé la bas et était aussi très apprécie avec son serveur attitré. quand ils nous ont vu ensemble, les femmes patronnes du resto ont bien ri aux dépens de mon admirateur, c était tellement évident , aussi nous avons eu droit a deux serveurs attitrés mon chéri le sien Mr Chang Dong ( nom et prénom ) et moi le mien Sun Guo Chan. chacun ne voulant pas abandonner son client a l autre. ce qui donnait dans la pratique, un portait les plats , l autre servait son client et vice versa. puis debout près de nous surveillant tous nos faits et gestes et si on passait un texto ou consultait nos mobiles, comme c est l habitude ici ils se penchent et regardent par dessus ton epaule ce que tu es entrain de faire ou de lire……
 
c est difficile d imaginer que ce peuple a pu crever de faim tant la nourriture y est abondante les portions pantagruéliques. nous hésitons a diner a l hôtel car les salles a manger sont privées et pour un minimum de quatre personnes. cependant je me suis fait une copine qui baragouine l anglais et nous avons pu y être servi. pour commander nous sommes allés en cuisine, soit une salle ou lon choisi sa nourriture…… une poule en cage, des aquariums avec toute sorte de poissons, fruits de mer, crustacées, mollusques, anguilles, des tortues, des crapauds, des ……je ne sais pas quoi qui ressemblent a d énorme larves, et le plus couteux, des langoustes énormes style cigale de mer, a 38 euros le kilo, cuisson comprise bien sur. les chinois adorent les crevettes cela tombe bien moi aussi. par contre pas de cafe, ni de vin et encore moins de fromage. sauf a Shanghai bien sur>
 
les repas s accompagnent d une tasse de…..the très dilue voire simplement d eau chaude. et pour que le cycle soit complet, a Shanghai les toilettes plutôt occidentales, vaut mieux prévoir d avoir son papier avec soi et surtout on ne le jette pas dans les toilettes mais dans la corbeille voisine ! une dame pipi passe la journée a laver le sol vider les corbeilles et te donner du papier pour t essuyer les mains au lavabo, eau froide en général sauf bien sur a Shanghai. ailleurs c est a dire ici a Hayang par exemple c est la meme chose, chiots turques en plus ( si on peut appeler cela un plus ) papier et dame pipi en moins……
 
parfois dans les halls d hôtels, taxis, rues , souvent meme les hommes et femmes se raclent la gorge, crachent ou meme se mouchent dans leurs doigts , meme mais moins souvent a Shanghai,   bien sur !  pratique populaire, les bourgeois sont plus dans nos standards, mais a Hayang je n ai pas encore vu de bourgeois….
 
voila un peu de mes premières impressions , expériences, il faut que je laisse décanter car j ai eu la bêtise de ne pas écrire au jour le jour et maintenant mon cerveau sature.
je me sens bien ici, j ai adore Shanghai et j ai eu le sentiment d avoir 23 ans et de me retrouver a NYcity , meme électricité , meme énergie dans l air, meme sentiment d opportunités, et peut être encore plus de challenge compte tenu de la barrière linguistique.
 
j adorerais passer du temps ici avec mes filles , et j aime plus que jamais Mon Homme.
 
je termine ici le reportage en espérant t avoir intéressée et divertie. 
 
 bises .
Maria 
 
Poster un commentaire

Publié par le février 2, 2012 dans Asie, cadeau de Maria

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 280 followers