RSS

Archives de Catégorie: actualités

La Géorgie, l’Ukraine et la Moldavie obtiendront le statut d’allié de l’Otan

4at et de l’autre côté (pacifique c’est pareil si ce n’est pire..

Cette "association"-vassalisation militaire complète l’accord du 27 juin signé avec l’UE et qui a été le prétexte de "la Révolution du Maïdan". L’encerclement et les situations explosives laissées un peu partout et qui n’ouvrent aucune perspective sinon au pillage…Une situation à l’Afghane et d’autres pays d’Asie centrale… Le plus inquiétant à cause de la Transnitrie et des prochaines élections paraît la Moldavie.

Notons également la manière dont ici aussi l’UE a joué le rôle de poisson pilote pour installer les forces de l’OTAN contre la Russie.Le 27 juin2014 en effet était signé le second volet d’un accord, d’ordre commercial, vise en particulier à supprimer l’essentiel des barrières douanières entre l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie et les pays de l’UE. Dans l’ensemble, cet accord négocié entre les deux parties (UE et pays de l’Est) depuis 2007, permet d’arrimer ces trois pays à l’UE sans pour autant leur offrir la perspective d’y adhérer un jour. Il instaure une coopération poussée dans plusieurs secteurs : énergie, justice, politique extérieure, visas, culture… Son autre ambition est de créer une zone de libre-échange, en mettant en place de normes communes. Les trois pays vont gagner un accès privilégié au marché intérieur de l’UE, «le plus grand marché unique du monde» avec 500 millions de consommateurs. En contrepartie, Kiev, Chisinau et Tbilissi devront procéder à de profondes réformes qui pourraient s’avérer socialement et politiquement difficiles.

Les trois pays peuvent continuer de commercer avec la Russie, ils ne peuvent toutefois plus se joindre au projet d’Union économique eurasiatique que tente de mettre en place Moscou et qui est également le grand projet chinois de la route de la soie. On mesure mieux comment Washington a à la fois fait avancer son implantation militaire et dans le même temps tenter de casser les relations entre l’Europe et l’Eurasie. On comprend mieux le jusqu’auboutisme et la nécessité de la guerre civile. (danielle Bleitrach)

Dossier: Renforcement de la présence de l’Otan en Europe
Kommersant

MOSCOU, 18 juillet – RIA Novosti

4at

Le congrès américain a adopté en deux lectures la loi sur l’octroi à la Géorgie (ainsi qu’à l’Ukraine et à la Moldavie) du statut d’"allié des USA" sans impliquer son adhésion à l’Otan, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

Cette loi ouvre de larges opportunités à la coopération de Washington avec ces pays dans le secteur militaire. Tbilissi considère la décision des congressistes américains comme une compensation de l’incapacité de présenter à la Géorgie un plan d’action pour l’adhésion (MAP) en raison de l’opposition de certains Etats européens.

La loi sur la "prévention d’agression" adoptée par le congrès à la première et à la seconde lecture admet l’octroi à certains pays postsoviétiques du statut d’"alliés militaires des USA" sans leur adhésion formelle à l’Otan. Elle établit une durée probatoire pendant laquelle la Géorgie, l’Ukraine et la Moldavie doivent procéder à une réforme dans la défense et se préparer à une coopération plus étroite avec les USA dans le secteur militaro-technique. Les congressistes suggèrent au président américain de renforcer immédiatement la coopération dans le domaine de l’armement avec les Etats postsoviétiques. Dans les 90 jours qui suivent l’adoption de cette loi le secrétaire d’Etat et le chef du Pentagone doivent initier la préparation aux négociations avec la Géorgie et d’autres pays pour "développer et renforcer la coopération existante dans le domaine de la défense, y compris la sécurité cybernétique".

OTAN: pays membres, forces armées, évolution

Bien que le projet de loi ne soit pas définitivement adopté mais transmis à la commission compétente du congrès pour une éventuelle mise au point, il a déjà suscité des émotions de joie en Géorgie. Les chaînes géorgiennes commençaient hier les journaux d’information par le communiqué sur cette "loi historique". "Il est à noter que ce projet de loi est adopté en prévision du sommet de l’Otan au Pays de Galles. Ainsi se renforce la composante militaire de notre coopération avec les USA", a déclaré la sous-secrétaire du Conseil géorgien de sécurité nationale Teona Akoubardia.

Mais les experts géorgiens sont plus modérés dans leurs appréciations. "Pour l’instant, cette loi n’apporte rien du point de vue pratique. Cela laisse uniquement entendre à la Maison blanche que le congrès ne s’opposerait pas à une collaboration militaire avec la Géorgie si l’administration présidentielle estimait utile une telle coopération", a déclaré l’ancien vice-ministre géorgien de la Défense Nodar Kharchiladze. Selon lui, le véritable lancement d’une coopération dans le secteur militaire nécessite la création d’outils juridiques supplémentaires, mais surtout la volonté politique du président américain. Néanmoins, le congrès se sert de ce projet de loi pour envoyer un message très clair à Moscou concernant la Géorgie. "La décision des congressistes a une importante considérable. C’est dû avant tout à la réticence de certains pays européens d’accorder à la Géorgie d’un plan d’action pour adhérer à l’Otan, chose qui n’est pas très appréciée par certains amis de notre pays au Capitole", a déclaré Irakli Aladachvili, rédacteur en chef de la revue Arsenali.

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 20, 2014 dans actualités

 

Le massacre du peuple de Palestine doit cesser maintenant

1-crimee-1980-urss-otan-cassini

Communiqué de 51 partis communistes, traduit par MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Nous, partis communistes qui signons cette déclaration commune condamnons l’offensive barbare et criminelle de l’État d’Israël contre le peuple palestinien.

Nous exprimons notre entière solidarité avec le peuple palestinien et nous appelons les travailleurs du monde entier à se mobiliser afin de renforcer la vague de condamnation d’Israël, afin que la solidarité avec le peuple palestinien trouve une expression concrète.

Les États-Unis portent une énorme responsabilité dans ces événements sanglants, ils soutiennent Israël, par tous les moyens possibles, dans sa poursuite de l’oppression et du massacre du peuple palestinien.

L’Union européenne porte également une responsabilité, en suivant la ligne consistant à mettre à « équidistance » la victime et le persécuteur, et en développant dans le même temps une coopération avec Israël dans les domaines militaire, économique et politique.

Les partis communistes et ouvriers qui signent cette déclaration exigent que :

Le crime contre le peuple palestinien soit condamné ;

Les raids aériens continus contre le peuple palestinien cessent immédiatement et qu’une offensive terrestre soit empêchée ;

Les armées d’occupation israéliennes se retirent ;

Les prisonniers politiques soient tous libérés immédiatement des geôles israéliennes ;

L’inacceptable mur de division soit démoli et toute forme de blocus contre les Palestiniens à Jérusalem, en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza soit levée ;

La fin immédiate des colonies et le retrait de tous les colons qui se sont établis au-delà des frontières de 1967 ;

Le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens chez eux, sur la base des décisions de l’ONU correspondantes ;

Les exercices militaires communs et les accords de coopération militaire avec Israël soient annulés ;

Un État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, soit institué ;

1 – Parti communiste d’Albanie

2 – PADS, Algérie

3 – Parti communiste d’Australie

4 – Tribune démocratique progressiste, Bahrein

5 – Parti communiste du Bangladesh

6 – Parti des travailleurs du Bangladesh

7 – Parti communiste brésilien

8 – Parti communiste britannique

9 – Nouveau parti communiste de Grande-Bretagne

10 – Parti communiste du Canada

11 – Parti communiste du Chili

12 – Parti socialiste ouvrier de Croatie

13 – AKEL, Chypre

14 – Parti communiste au Danemark

15 – Parti communiste colombien (et les FARC-EP)

16 – Parti communiste de Finlande

17 – Parti communiste allemand

18 – Parti communiste de Grèce

19 – Parti ouvrier hongrois

20 – Parti communiste d’Inde (marxiste)

21 – Parti Tudeh, Iran

22 – Parti communiste d’Irlande

23 – Parti communiste d’Israel

24 – Parti des communistes italiens

25 – Parti communiste jordanien

26 – Parti communiste du Luxembourg

27 – Parti communiste du Mexique

28 – Parti populaire socialiste, Mexique

29 – Nouveau parti communiste des Pays-Bas

30 – Parti communiste de Norvège

31 – Parti communiste palestinien

32 – Parti du peuple palestinien

33 – Parti communiste péruvien

34 – Parti communiste philippin (PKP-1930)

35 – Parti communiste du Pologne

36 – Parti communiste portugais

37 – Parti communiste de Roumanie

38 – Parti communiste de Fédération de Russie

39 – Parti communiste des travailleurs de Russie

40 – Parti communiste sud-africain

41 – Nouveau parti communiste de Yougoslavie, Serbie

42 – Parti des communistes de Serbie

43 – Parti communiste de Slovaquie

44 – Parti communiste des peuples d’Espagne

45 – Parti des communistes de Catalogne, Espagne

46 – Parti communiste soudanais

47 – Parti communiste de Suède

48 – Parti communiste de Syrie

49 – Union des communistes d’Ukraine

50 – Parti du travail d’Autriche

51 – Parti communiste ouvrier de Biélorussie

S’associent à la déclaration : le PRCF (France), le Parti communiste (Italie), l’Union du peuple galicien (Espagne), le Parti communiste (Suède)

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 20, 2014 dans actualités

 

ma chère jeanne, la grand mère indigne est un peu lasse…

1-crimee-1980-urss-otan-cassini

Ma chère jeanne, la grand mère indigne est un peu écœurée par moment… surtout quand je contemple ce monument aux victimes de Bandera et la photo qui lui a servi de modèle, ces enfants accrochés en grappe avec des fils de fer barbelés… des nouvelles vraiment atroces nous parviennent du Donbass… je ne peux pas les confirmer … Mais les descriptions de la répression à Slaviansk font frémir. Une jeune femme, Galina révèle dans une vidéo des détails vraiment cauchemardesques d’une cruauté exceptionnelle des soldats ukrainiens envers ceux qu’ils soupçonnent d’être des terroristes! Ainsi, la junte de Kiev aurait exécuté une famille… ils ont poignardé un gamin de 3 ans, puis ils l’ont crucifié sur un panneau de rue, forçant sa propre mère à regarder l’agonie de petits garçons!!Puis, ils ont attaché cette pauvre femme à un tank et l’ont traînée le long des rues..

Les nazis exécutaient les enfants à la scie circulaire devant leur mère dans cette même Ukraine… On a pu constater les mêmes cruautés au Chili en particulier la torture systématique des enfants devant les mères… Le summum de l’efficacité, comme le disait Brecht nous sommes un peuple de perfectionnistes dans le cirage des parquets comme dans l’extermination des juifs… Les Français ont acquis certaines spécialisations dans ce domaine durant la guerre d’Algérie et ils en ont fait profiter les dictateurs de l’Amérique latine, installés par le plan Condor et la lutte contre le communisme… A Slaviansk, la lutte contre les antifascistes qui ont parfois d’étranges adhésions à l’orthodoxie la plus archaïques, mais qui pour l’essentiel sont des mineurs, des ouvriers, de simples gens obligés de prendre les armes, des communistes, des nostalgiques de l’union soviétique, prend une tournure génocidaire… les faits sont de plus en plus inquiétants… ce qui est sûr c’est la présence de brutes comme celles de cette vidéo qui se vantent du maître américain dans une rue déserte…

Alors ces petites victimes de Bandera me paraissent si proches… c’étaient probablement des enfants juifs… et quand je songe que dans cette histoire d’Ukraine, j’ai vu des juifs qui se prétendaient de gôche, voir militant pour deux Etats, amis de la paix maintenant, qui en fait par servilité à l’égard d’Obama fabriquaient des faux antisémites contre ceux qui à Dontesk luttaient déjà contre les admirateurs de Bandera…

Tout cela sans doute sur incitation d’un oligarque juif abominable qui avait engagé ces nazis comme sa garde prétorienne… Alors là j’ai compris que cette gauche là ne voulait pas réellement des deux Etats, mais de deux passeports: israélien et américain…

Mais ce fut un choc, à peu près équivalent à celui éprouvé quand j’ai vu la direction du PCF refuser d’aider les communistes emprisonnés, interdits dans cette même Ukraine;.. je ne suis pas encore revenue de ces deux trahisons fondamentales… je n’arrive même pas à comprendre que l’on puisse agir ainsi… je suis restée très naïve sans doute…et par moment la fatigue des années me tombe sur les épaules… mais je ne veux pas devenir amère, perdre le plaisir de vivre comme un fruit que l’on grapille, un rire, un clin d’oeil et un rayon de soleil qui vous réveille… et cela signifie lutter… Comme me le disait ma mère : "au lieu de pleurnicher, remues-toi,il y a toujours quelque chose à faire dans une maison"… Elle a 96 ans, elle est quasiment aveugle et elle fait son ménage, en passant la main dans les coins pour voir s’il y a de la poussière… et pour sortir elle se fait belle… je tente d’en faire autant… mais parfois l’humanité me donne envie de dormir le nez contre le mur…

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 12, 2014 dans actualités

 

Ukraine : un photographe américain témoigne de bombardements sur les civils à Kramatorsk

Traduit par : Julia BREEN publié Jeudi 10 juillet 2014

12
Vera Graziadei est une actrice et écrivain britanno-ukraino-russe. Elle a interviewé pour son blog un photographe américain à Kramatorsk, dans le Sud-Est de l’Ukraine, sur ce qu’il se passe là-bas actuellement.

Tôt le matin du 5 juillet [après quoi les pro-russes se sont retirés de Kramatorsk, ndlr], j’appelle l’écrivain italien Christian Malaparte, qui était à Kramatorsk avec le photographe américain Patrick Lancaster. Ils ont vécu ces cinq derniers jours sous les terribles tirs et bombardements de l’armée ukrainienne. Patrick dispose de nombreux éléments prouvant que l’armée prend pour cibles, à dessein, les civils et les habitations, commettant ainsi de graves crimes de guerre.

Vera: Comment vous et Christian vous en sortez-vous là-bas ?

Patrick : Eh bien, pour le moment, c’est un peu confus. Nous avons été, il y a une demi-heure à peu près, réveillés par le personnel de l’hôtel, et ils nous ont dit que l’établissement était désormais officiellement fermé, mais que nous étions les bienvenus si nous voulions rester, aussi longtemps que nous le souhaitons. Ils nous ont dit que les gens ici avaient le pressentiment que, plus tard dans la journée, les militaires ukrainiens allaient entrer dans la ville avec des équipements lourds.

V: Et donc : vous restez ou vous partez ?

P : Je pense que nous allons rester un moment. Nous sommes ici depuis presque une semaine maintenant. Et tous ces cinq derniers jours, chaque jour et chaque nuit, la plupart du temps, ils ont bombardé la ville. La nuit dernière, les bombardements ont été particulièrement intenses entre 23h et 3h, mais ça ne retentissait pas tout à fait comme les jours d’avant, c’était un bruit… – je ne suis pas expert en sons de tirs et de bombardements –, mais ça aurait pu être un autre type de munitions, parce que c’était un son, disons… beaucoup plus ample.

V : Est-ce que des forces d’auto-défense sont aussi présentes dans la ville ?

P : Oui, oui, bien sûr. Ils sont à l’intérieur de la ville et ce matin, ils sont très actifs. C’est un peu étrange tout de même, car au cours de ces cinq jours de tirs et de bombardements, nous n’avons pas vu un seul poste de milice frappé. Tous les bâtiments que nous avons vus touchés par l’armée ukrainienne sont des habitations civiles. Nous avons vu au moins 40 bâtiments bombardés, incluant une école, un orphelinat – nous y étions la veille du jour où il a été bombardé – et un très grand nombre de grands immeubles de résidence. Je veux dire, ce n’est pas comme si l’armée ukrainienne ratait ses cibles ou quelque chose comme ça : les immeubles sont précisément visés, ils sont bombardés, et les frappes sont très fortes. Nous avons parlé à une femme qui nous a raconté qu’il y a quelques jours, pendant la nuit, son immeuble avait été frappé par dix tirs de mortier différents.

V : Vous pensez vraiment qu’ils visent exprès les habitations civiles ?

P : Eh bien, s’ils ne visent pas les habitations, c’est que les chefs des troupes ou des bataillons sont d’une incompétence rare ! En tout cas, ce sont bien eux qu’ils touchent. Ou alors c’est peut-être un enfant de trois ans jouant avec un mortier ! Je veux dire, même un enfant serait capable de viser mieux que ça, parce qu’ils ne frappent aucun bâtiment militaire.

V: Les pertes sont-elles lourdes, Patrick ?

P : Je sais qu’il y a des pertes, mais nous n’avons pas pu les dénombrer exactement. C’est difficile d’obtenir des informations là-dessus. Mais il y a eu des pertes. Dans certains des immeubles où nous sommes allés, on voit des traînées de sang. Plus tôt dans la semaine, un autobus municipal a été touché, et je crois qu’il y a eu cinq morts. Il y a eu d’autres morts, c’est certain, simplement, je ne sais pas combien au total. Je pense que la nuit dernière a été la plus violente en termes de bombardements, alors on va probablement découvrir de nombreuses pertes aujourd’hui.

V : Est-ce qu’il reste beaucoup de civils dans la ville ?

P : Oui, il y a beaucoup de civils.

V : Mais comment eux – et vous – survivent-ils à ces bombardements qui ne cessent pas depuis bientôt une semaine ?

P : Quand les bombardements commencent – une sirène retentit dans la ville, les gens descendent dans leurs caves et y restent jusqu’à ce que les tirs s’arrêtent.

V: C’est terrible. Et qu’en est-il de la nourriture et de l’eau ? Comment la ville s’en sort, en termes de provisions ?

P : Il y a de la nourriture et de l’eau dans les supermarchés, mais je pense que le problème majeur, c’est qu’une grande partie de la journée, quand ils bombardent, tout est fermé. Et le soir, c’est très difficile d’aller dans les magasins. Et puis un autre souci de taille, c’est l’argent. La plupart des entreprises sont fermées, et donc personne ici n’a de revenu, et ils ne peuvent pas payer leurs courses, même lorsqu’il y a des marchandises.

V: Y a-t-il des organisations humanitaires qui aident les gens ?

P : La seule fois où nous les avons vues, c’était dans le centre, dans le grand parc, il y avait un genre d’aide humanitaire mise en place. Ils donnaient de la nourriture pour bébés aux mères qui présentaient leurs certificats de naissance. Mais c’est la seule aide que nous ayons vue ici. Et autre chose encore : je pense qu’au moins la moitié de la ville est sans électricité, parce que quand nous sommes arrivés la première fois, nous voyions des lumières dans la ville, mais maintenant, la moitié est totalement dans le noir.

V: Est-ce que les gens sont libres de partir, s’ils le veulent ?

P : Hier, en tout cas, je sais que les bus fonctionnaient, et je crois qu’ils roulent encore ce matin, mais je n’en suis pas sûr à 100 %.

Mais en plus des habitations civiles qui ont été frappées, ils prennent aussi pour cible l’infrastructure de la ville. Parfois, l’eau ne marche pas, parce qu’ils ont bombardé des stations de pompage hydraulique. Hier après-midi, nous sommes allés voir une station essence qui a été bombardée… par deux fois – une fois dans la journée et une fois le soir.

V: Pourquoi, selon vous, visent-ils les civils ? C’est un crime de guerre, non ?

P : Oui, c’est très déconcertant. J’ai passé en Ukraine les quatre derniers mois. J’ai commencé en Crimée puis je suis allé à Donetsk, et tout le temps que je suis resté là-bas, je n’ai cessé d’entendre parler de ces choses, du fait que l’armée ukrainienne prenait pour cibles les civils et frappait encore et encore des habitations. Et réellement, je n’y croyais pas. Je pensais que c’était juste de la propagande de l’Est, mais une fois que je suis arrivé ici… Je vois ces énormes immeubles dans le centre qui sont juste bombardés sans relâche. Réellement, je ne comprends pas… Peut-être qu’ils essaient de faire en sorte que la population locale arrête de soutenir la RPD ou bien c’est une sorte de diversion… Je ne comprends pas, vraiment. Ça n’a juste aucun sens.

V : Il semble que ce ne soit pas une coïncidence qu’à Slaviansk aussi, les civils et leurs maisons soient frappés. Et donc, que ressentent les gens ? Sont-ils pro-RPD ou pro-Kiev ?

P : Depuis que les bombardements ont commencé, le sentiment qui se répand, c’est : « Que fait Porochenko ? Pourquoi est-ce qu’il nous tue ? Pourquoi est-ce que notre président assassine notre propre peuple ? » Quant aux soldats de la milice, leur première réaction, quand ils apprennent que je viens des États-Unis – c’est qu’ils essaient de me faire comprendre qu’ils ne sont pas des terroristes, qu’ils sont des gens d’ici, qui veulent simplement protéger leur pays contre le gouvernement, qu’ils appellent « les fascistes ». Et je pense qu’ils n’ont pas l’intention de se rendre, d’abandonner. Pour eux – s’ils abandonnent, leurs familles mourront.

V : Avez-vous vu des soldats russes ?

P : Je n’ai vu aucun soldat de l’armée russe, mais c’est difficile de faire la différence… Je ne peux pas réellement spéculer, et vous allez penser – comment Poutine justifie-t-il ses actes en Crimée, le fait de sauver la population russe des attaques et pourquoi est-ce qu’il n’enverrait pas, c’est ce que vous pourriez penser, des militaires ici, vu qu’il a dit qu’il voulait protéger les citoyens russes en Crimée et qu’il y a bien plus de citoyens russes dans la difficulté ici. Les gens ici pensent d’ailleurs : « Qu’est-ce qu’il attend ? Pourquoi est-ce que le gouvernement russe ne nous aide-t-il pas ? »

V: Donc, est-ce que les gens attendent l’aide de Poutine ?

P : Oui, oui. À vrai dire, les gens commencent à être un peu frustrés, parce qu’ils ont cette idée qui vient de la situation en Crimée, mais maintenant, ils ont organisé un référendum et ils ont demandé à partir… Une partie des gens se sentent abandonnés par Vladimir Poutine, et certains d’entre eux pensent qu’il est hypocrite.

V : Avez-vous quelque chose d’autre à nous dire, quelque chose que vous estimez important que nous sachions ?

P : La seule chose dont je peux vous parler, c’est du fait que les civils sont en train de mourir ici, et quelque chose doit arriver pour stopper cela.

V : C’est choquant de ne pas voir ça sur toutes les chaînes d’information du monde occidental. Pourquoi les médias bloquent-ils totalement ces informations, selon vous ?

P : Hmm. Je pense… (pause) parce que ce n’est pas la Russie qui commet ces atrocités, c’est le gouvernement ukrainien. Si c’était la Russie qui faisait ça, ce serait une toute autre histoire.

Blog de Christian Laparte : cbmalaparte.wordpress.com

Chaîne d’information YouTube de Patrick Lancaster : https://www.youtube.com/channel/UCbjTWVaRx6jMN5ZYgbqe2_w

 
1 commentaire

Publié par le juillet 11, 2014 dans actualités

 

La seule chose qui soit plus honteuse que le bombardement de l’Ukraine orientale est le Silence de la gauche

J’ajouterai à ce cri du cœur d’un Américain, en France, ce silence a été celui de toute la gôche, du PS bien sûr mais est-il encore de gauche, des écologistes dont certains retrouveront un jour leurs vieilles sympathies nazies et des communistes, ces gens qui ne sont plus que d’avoir été et qui y ont perdu leur peu de crédibilité, ils ont ouvert la porte à tous les fascismes par leur incroyable lâcheté… Il ne reste plus qu’à admirer la suite…

07.Jul.2014 | SCGSCG

The Only Thing More Shameful than the Shelling of Eastern Ukraine is the Silence
Ukraine orientale a été bombardée sans relâche, mais le Huffington Post et les autres se taisent.
5

http://www.microsofttranslator.com/BV.aspx?ref=IE8Activity&a=http%3A%2F%2Fscgnews.com%2Fthe-only-thing-more-shameful-than-the-shelling-of-eastern-ukraine-is-the-silence-from-the-left%3Futm_source%3Dshare-fb.

Après quatre tentatives infructueuses à occuper l’est de l’Ukraine avec les troupes au sol, Kiev a eu recours à la stratégie lâche et honteuse de bombardements sans discernement des villes entières. Cela s’est passé il y a plus d’une semaine maintenant.

La plupart des victimes sont des civils. Inutile de parler il suffit de regarder certaines des images (AVERTISSEMENT : graphique) ou séquences prises sur le terrain.

Bien sûr les grands noms de la presse corporative comme Fox, CNN et NBC sont muets à ce sujet. Il n’y a là aucune surprise. Les Scorpions seront des scorpions après tout. Cependant lorsque les médias « progressistes » comme le Huffington Post trafiquent l’histoire, c’est un spectacle un peu méprisable.

Pourquoi réserver une marque particulière de la honte pour la pseudo gauche ? Parce qu’ils se déguisent en champions des valeurs humanitaires et de la compassion. Si vous deviez vous laisser avoir par l’image qu’ils projettent sur leur valeur nominale, vous pourriez être enclin à croire qu’ils étaient contre toute forme de violence, de guerre en particulier. Après tout, chaque fois que quelqu’un se fait tirer dessus aux États-Unis ils le placardent sur toute leurs unes , mais en quelque sorte l’utilisation de l’artillerie lourde contre des villes entières dans l’est de l’Ukraine n’est pas du même ordre (ni le renversement de la Libye ou le financement et l’armement des rebelles syriens d’ailleurs).

En termes de politique étrangère, la gauche a pris une pause de six ans. Ne vous inquiétez pas, ils vont tous redevenir les chiens des nouvelles géopolitiques, soufflant avec indignation une fois que le prochain président de l’aile droite sera élu (tout comme les néo-conservateurs qui ont commencé à se soucier des pratiques gouvernementales dès que Bush était absent). On va bien s’amuser.

Tant pis Poroshenko ne possède pas de Hobby Lobby. Vous auriez entendu leur indignation sélective s’il le faisait.

 
4 Commentaires

Publié par le juillet 8, 2014 dans actualités

 

Les gens du Donbass ont plus que jamais besoin de nous…

1Est-ce "l’ordre règne à Varsovie" ou le bourbier russe? En attendant la population subit une terrible répression… Plus que jamais nous devons dénoncer la complicité des médias et de nos gouvernants dans ce crime fasciste contre une population affamée, désarmée, effrayée par des jours et des jours de bombardements…

Voici une vidéo qui explique l’état de la population sur laquelle s’abat la répression…

Le père parle de son fils qui se mit a loucher suite à des bombardements de l’armée ukrainienne où un obus a explosé à 3m d’eux. Le gamin en état de choc n’a qu’un mot à la bouche: on bombarde. on bombarde… Il a peur des gens et refuse de leur parler.

Une vingtaine de personnes vit dans une cave dont des vieillards et des malades, sans eau et mangent des légumes restés après le départ des voisins car le reste des aliments n’a pas pu se conserver. Leurs logements ont été détruits. Ils n’ont pas d’argent pour partir et nulle part où aller car il y a des avant-postes partout autour.

Et si vous imaginez que les brutes qui ratissent auront la moindre pitié pour eux, songez que ce sont les mêmes qui ont accompli le massacre dans la maison des syndicats… Comme me le disait un pompier du Donbass, les gens qui agissent ainsi il faudrait "leur arracher la tête" comme votre révolution avec sa guillotine…

Les nouvelles qui nous parviennent sont très inquiétantes, l’armée de Kiev… et l’on sait ce que cela représente, non pas les troupes mais les mercenaires d’extrême-droite qui sont autant d’escadrons de la mort et d’exécuteurs ont commencé à faire régner la terreur sur la population civile, donnant corps à toutes les hypothèses d’extermination… Ne nous faisons pas d’illusion ceux qui s’abattent sur Slaviansk en ce moment sont ceux qui ont accompli le massacre d’Odessa. Tandis que les médias occidentaux proclament que Kiev a donné l’ordre de rétablir l’eau, l’électricité, de reconstruire les maisons détruites, en fait c’est la chasse à l’homme qui s’organise, ne laissant plus d’autres choix que de s’enfuir et de rejoindre ceux qui se sont repliés… Semble-t-il dans l’ordre et sans lourde perte… Les populations sont affamées , épuisées et c’est sur elles que s’abattent des forces néo-nazies de Pravy sektor et autres mercenaires… Il faut que monte la protestation contre ce crime…

La violence de la répression se confirme dans l’est de l’Ukraine

L’armée ukrainienne qui a repris samedi le contrôle de la ville de Slaviansk a arrêté la nuit dernière tous les policiers de la ville et interpelle en masse des hommes de moins de 35 ans, a annoncé dimanche Oleg Tsarev, président de Novorossia (nom donné aux régions sécessionnistes de Lougansk et Donetsk, ndlr).

"Durant la nuit dernière tous les agents de police ont été arrêtés. Ils interpellent les hommes âgés de 25 à 35 ans, sans vérifier s’ils ont mis la main sur les armes ou pas. Des perquisitions sont en cours, ils tentent d’identifier ceux qui ont aidé les blessés ou soutenu les insurgés", a indiqué l’homme politique dans une interview à la chaîne de télévision Rossia 24.

Kiev a lancé le 15 avril dernier une opération militaire d’envergure visant à réprimer la révolte qui a éclaté dans le sud-est de l’Ukraine en réaction au coup d’Etat du 22 février. Les forces armées ukrainiennes utilisent des blindés et des avions.Les événements ont pris une tournure particulièrement dramatique à Slaviansk (nord de la région de Donetsk), ainsi qu’à Lougansk, Kramatorsk et Marioupol.

Kiev a annoncé samedi avoir repris le contrôle des villes de Slaviansk et de Kramatorsk abandonnées par les forces d’autodéfense du Donbass. Il a par ailleurs été précisé que les insurgés se sont déplacés à Donetsk.

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 6, 2014 dans actualités

 

Il est de plus en plus clair que les Etats-Unis veulent entraîner l’Europe dans un conflit avec la Russie

0Le Général Philip M. Breedlove, commandemen allié, commandant suprême de l’OTAN, a annoncé lundi aux Etats-Unis qu’il enverra des troupes "pour aider à répondre à l’agression russe en Ukraine," selon McClatchy.

"C’est un moment très important en Europe, probablement le plus important depuis la fin de la guerre froide, surtout en raison des récents changements provoqués par la Russie," a dit Breedlove au Pentagone.

"Dans cette opération, nous allons continuer à démontrer notre engagement continu à la sécurité collective de l’OTAN et son dévouement à une paix durable et à la stabilité dans la région, à la lumière de l’intervention russe en Ukraine, en particulier," a déclaré le général quatre étoiles.

Breedlove explique que la Russie a fourni aux séparatistes des armes anti-aériennes, chars, transports de troupes et autres armes lourdes. Il a dit qu’il y a « une très grande probabilité » qu’une artillerie antiaérienne ait été utilisée pour abattre un avion ukrainien de transport le 14 juin (en fait il s’agit de transport de troupes).

« Les Forces irrégulières russes sont très actives à l’intérieur de l’Ukraine orientale, » a déclaré Breedlove. « Les forces soutenues par la Russie sont actives à l’intérieur de l’Ukraine orientale. Et le financement russe est très actif à l’intérieur de l’Ukraine orientale. »

La Russie a nié les accusations. « C’est totalement absurde, il n’y a pas de forces spéciales, unités spéciales ou d’instructeurs dans l’est de l’Ukraine, » a déclaré en avril le Président russe Vladimir Poutine .

Breedlove fait cette annonce avant que de nouvelles violences aient éclaté après l’expiration d’un cessez-le-feu.

« La phase active de l’opération de lutte contre le terrorisme a repris ce matin, » le Président du Parlement ukrainien, Oleksandr Tourtchynov, a dit aux législateurs. « Nos forces armées sont sur les bases et les avant-postes des terroristes. »

Poutine a critiqué la reprise des actions militaires du gouvernement Poroshenko à Kiev.

« Malheureusement, le Président Poroshenko a résolu de reprendre l’action militaire, » a déclaré Poutine lors d’une réunion organisée à Moscou pour les ambassadeurs russes. « Nous n’avons pas à le convaincre que la route vers une paix sûre, stable et inviolable ne peut venir par la guerre.

 
1 commentaire

Publié par le juillet 5, 2014 dans actualités, Amérique, Europe

 

un petit répit pour ce blog, la conférence de Vénissieux et autres rendez-vous de la fin de semaine

IMG_7178 Marianne, Anton et moi devant le parlement de Crimée

Vendredi 4 juillet à Vénissieux, pour lutter contre la désinformation, celle quotidienne de nos médias et de ses pseudos experts qui "savent tout" ce qu’il faut dire pour vous empêcher de comprendre et d’agir sur le mode de tous ceux qui sont venus vous répéter comme BHL qu’il y avait moins de fascistes en Ukraine qu’en France, que le terme de fasciste pour pravy sektor était un raccourci ridicule, que Svoboda selon Fabius était un parti modéré… Tout cela pour couvrir ce qui s’avère un massacre de population qui refuse un coup d’Etat fomenté par les Etats-Unis et leurs alliés… des gens qui cherchent comme nous une issue…

Nous n’avons bien évidemment pas la clé de la solution politique urgente, mais nous avons une responsabilité. Ne pas laisser notre propre gouvernement tranquille dans son choix atlantiste de la guerre et de l’affrontement avec la Russie.

C’est pourquoi nous vous invitons à une rencontre avec Danielle Bleitrach, avec un témoignage vidéo de Oleg SOLOMAKHINE, responsable des communistes de Crimée.

VENDREDI 4 Juillet à 18h

Salle Albert Rivat, Vénissieux

8, boulevard Laurent Gerin

Rencontre JEUDI 3 JUILLET 2014 à 18h30 avec les auteurs de passage à Paris du livre sur le rôle et la place des néonazis dans la "révolution" ukrainienne du Maidan (précisions sur les auteurs et le livre ci-dessous en russe).

Lieu 26, rue Peclet (Paris 15ème) métro Vaugirard : en face de la mairie du XVème arrondissement

Présentation de la version anglaise en attendant la version française.

et enfin rassemblement à Paris le 5 juillet

3-sebastopol-armee-russe-cassini-16eb3

ARRAS Pas de Calais
La section organise une Conférence sur la situation en Crimée, en Donbass et en pays Tartar.

Le 9 juillet a la section du PCF Arras à 17h00.

Récit exposé par Marianne Dunlop, revenue après plusieurs semaines passées dans les différentes régions de la Russie.

 
1 commentaire

Publié par le juillet 2, 2014 dans actualités

 

Très important: Il n’est plus possible de « lâcher » la Nouvelle Russie. La majorité des Russes soutiennent le projet social des Républiques populaires du Donbass

1-crimee-1980-urss-otan-cassini

Il n’est plus possible de « lâcher » la Nouvelle Russie. La majorité des Russes soutiennent le projet social des Républiques populaires du Donbass

Selon un récent sondage du Centre Levada, une majorité de Russes (65%) suivent avec une extrême attention ce qui se passe en Ukraine. 59% des répondants croient que le gouvernement devrait soutenir activement le Sud-Est, et 64% approuvent l’aide des républiques autoproclamées de Donetsk et Lugansk par des bénévoles russes. Ainsi, les résultats indiquent clairement qu’une majorité de Russes soutiennent le mouvement de Résistance.
D’autre part, les données de l’enquête suggèrent que l’opinion des gens coïncide presque complètement avec la couverture des événements en Ukraine par les médias officiels russes. 91% des répondants ont admis que les informations de base sur la situation dans le pays voisin leur viennent de la télévision, et 79% pensent que l’image qui leur est donnée correspond à la réalité. Et donc la question se pose, comment changera l’humeur des Russes, si notre angle de couverture médiatique change? C’est pourtant une tendance qui se dessine.

Si il y a quelques semaines, notre télévision rendait compte essentiellement des succès dans les batailles contre les forces de l’ordre envoyées par Kiev, maintenant l’accent est mis sur la sympathie pour les victimes des mesures punitives et les réfugiés. Auparavant les présentateurs martelaient la non-reconnaissance par Moscou du nouveau gouvernement en Ukraine, maintenant nous n’entendons que des notes apaisantes sur les «plans de paix» de Porochenko. Le message est que la priorité est de faire cesser la violence. Dans le même temps on passe sous silence les idées de la Nouvelle-Russie, qui ne se bat pas que pour elle mais pour développer une large résistance à Kiev dans tout le Sud-Est.

Le projet «Nouvelle Russie» comprend non seulement la création d’une unité territoriale où le russe obtiendrait le statut de langue officielle, mais aussi la fondation d’un ordre social plus équitable. "La terre et ses ressources, ainsi que les principaux actifs industriels et financiers créés par le travail des hommes, seront la propriété de la population de la Nouvelle-Russie, et ne peuvent être privés … L’argent n’est pas une marchandise, mais seulement un équivalent de change. Les taux de prêt – sont une méthode d’asservir les entreprises et un moyen déloyal pour la redistribution des ressources en faveur du prêteur (la banque) "- c’est ainsi que l’un des chefs de la Résistance Paul Gubarev définit les contours de la structure sociale de Novorossia. Les dirigeants de la République populaire de Donetsk ont déjà décidé d’augmenter les pensions, les bourses d’études et les salaires des employés de l’État. Alors qu’en Ukraine à partir du 1er Juillet, devrait augmenter le coût des services communaux (eau, gaz, électricité) de 70% à 100%, la RPD a décidé de les geler au niveau de 2013.

Il est clair que ces idées ne sont pas susceptibles de plaire aux oligarques russes. Par conséquent, nous pouvons supposer que nos milliardaires feront tous les efforts pour empêcher de mettre en œuvre le projet «Nouvelle Russie» sous cette forme. Et donc ils disent, nous allons négocier la paix. Dans le contexte actuel cette position ne signifie qu’une perte de temps et l’occasion pour les milices ukrainiennes de se renforcer. Mais un changement de la politique d’information des médias russes suffira-t-il à affaiblir le soutien populaire russe Donbass?

Le Chef du département des études sociales et culturelles « Centre Levada » Alexeï Levinson estime que les médias peuvent sérieusement modifier l’attitude des Russes par rapport au Sud-Est:

- A mon avis, maintenant le sentiment public existant n’est pas seulement inspiré par la télévision. Par lui-même, il a un caractère ambigu. Beaucoup d’indices montrent que les opinions vont changer. Pas seulement à cause de la nouvelle orientation de la TV, mais aussi du changement de la politique étrangère de Moscou. L’opinion publique dans son ensemble est maintenant dans un état, puis passera à une autre.

"SP": – C’est-à-dire, la politique de soutien aux milices du Donbass va changer?

- Elle va évoluer vers un soutien aux initiatives de paix. Si le Kremlin se prononce dans ce sens et s’il est soutenu par la communauté internationale, la société approuvera un discours sur la paix.
L’attitude envers les milices elles-mêmes ne changera pas rapidement. Simplement elles disparaîtront du champ de vision. Les citoyens soutiennent généralement les idées qui exposent Russie sous un jour favorable. Si vous souhaitez laisser penser que la Russie est l’artisan de la paix, les gens vont soutenir ce point de vue.

"SP": – Il est dit que si la Russie ne soutient pas les milices, le gouvernement perdra toute la crédibilité obtenue après l’annexion de la Crimée.

- Les sentiments publics peuvent être modifiés imperceptiblement. Il ne convient pas d’affirmer que la lutte de la milice n’a pas de sens, vous pouvez tout simplement dire que notre pays a toujours été pour la paix. Répéter que nous voulons seulement le bien du peuple ukrainien. Vous pouvez trouver des belles formules pour plaire à l’opinion publique.
Une volte-face pourrait coûter au gouvernement russe son soutien populaire. En effet, jusqu’à récemment, la propagande de l’Etat était orientée vers le besoin essentiel d’une action résolue. Mais dans un proche avenir, le peuple continuera à soutenir les actions du président.

"SP": – Quels attrait ont les idées de la Nouvelle-Russie, plus précisément, les principes sociaux de la république?

- Pour l’ensemble de la société russe tout cela a une valeur assez symbolique. Pour l’instant on ne se pose pas la question du prix de ces projets. Quand on commencera à penser au prix à payer, l’enthousiasme risque de retomber. Les Russes sont contents de récupérer des territoires, à condition que le prix ne soit pas trop élevé. Par conséquent, les autorités peuvent jouer sur une sortie de crise à bilan nul, lorsque les anciennes exigences sont remplacées doucement par des compromis. En fait, c’est déjà le cas.

Cela provoquera un tollé du côté de ceux qui adhèrent à des positions idéologiques cohérentes. Mais la grande masse des gens n’exige pas de cohérence idéologique de la part du pouvoir.

Le Directeur de l’Institut de la mondialisation et des mouvements sociaux Boris Kagarlitskiy estime que l’attrait des projets sociaux de Novorossia est plus important que la politique gouvernementale de l’information:

- Si notre télévision change son paradigme d’information, les Russes vont encore soutenir le mouvement populaire dans le Sud-Est de l’Ukraine. Le succès actuel de la propagande du Kremlin vient du fait que la ligne politique proposée a coïncidé avec l’humeur du public. Et c’est ainsi qu’ils se renforçaient mutuellement. Mais bien sûr maintenant, si le Kremlin essaie de changer radicalement, il va devenir la victime de sa propre propagande antérieure.

C’est pourquoi, à mon avis, les autorités ne peuvent se résoudre à un changement rapide de paradigme. Ils n’ont tout simplement pas la possibilité de "lâcher" Novorossia sans se causer de dommage appréciable à eux-mêmes. Même avec l’extrême désir des élites russes de négocier avec l’Occident en abandonnant la résistance du Sud-Est. Ce serait techniquement très difficile, et, peut-être même voué à l’échec.

"SP": – A quel point l’aspect social du projet de «Nouvelle Russie» est-il important pour les citoyens russes ?
- Je pense que c’est très important. Les idées de Novorossia reflètent les besoins actuels de la société en Russie également, où le mécontentement est grand. Par conséquent Novorossia devient pour les citoyens russes une sorte de phare.
Les événements récents dans le Sud-Est de l’Ukraine sont devenus un facteur d’éveil et de prise de conscience de la société russe. Et nous allons encore en voir les conséquences. Notre politique intérieure en sera sérieusement affectée.

"SP": – Mais il est peu probable qu’une telle prise de conscience soit appréciée des oligarques russes.
- C’est certain. Mais le processus a commencé, il sera très difficile de l’arrêter.

Le plus intéressant est que si l’élite n’aide pas la Nouvelle-Russie, ce projet deviendra pour eux encore plus désagréable. Mais si elle vient pour aider, l’élite appuiera un projet de structure sociale complètement différent de ce qu’elle aimerait voir.
Je pense que les oligarques tentent de prendre les choses en main et de déformer le projet. Mais le fait est que la structure sociale alternative proposée par Novorossia correspond aux aspirations de nos gens à l’intérieur du pays.
- Bien sûr, le peuple russe est exposé à l’influence manipulatrice. Mais dans le cas du soutien aux milices du Donbass, la manipulation ne concerne que la part des citoyens qui n’a pas de point de vue précis, de valeurs idéologiques et de position dans la vie, – dit le professeur Alexander Buzgalin de l’Université de Moscou . – Dans le cadre des événements ukrainiens, à mon avis, il y a eu des avancées majeures dans la compréhension des citoyens de la Fédération de Russie de leur existence humaine. Je n’ai pas peur des mots. Les gens ont vraiment commencé à réfléchir sur les grandes valeurs, le rôle de l’État dans leur vie, de la culture nationale du pays. A réfléchir à la dignité humaine, la capacité de sacrifier leur bien-être, et peut-être même leur vie pour atteindre de grands objectifs, dépassant la valeur de la famille ou l’enrichissement personnel. Au premier plan sont passées les questions de la guerre, de la paix, de la défense de la patrie.
J’ai remarqué que la célébration du 9 mai en Russie cette année a eu lieu dans une ambiance nouvelle. Les gens étaient plus sérieux, concentrés. Il me semblait qu’ils se jugeaient à l’aune de ce qui s’est passé de 1941 à 1945 dans l’espace de nos pays.
En ce sens, l’influence manipulatrice peut changer l’opinion d’une masse considérable de Russes sur les événements en Ukraine. Mais beaucoup de nos concitoyens ont redéfini leur rapport à la réalité.
Cependant, il y a un revers à la médaille. Dans le sillage de valeurs patriotiques positives est apparu le "chauvinisme". Et cette écume indésirable a également influencé l’opinion publique.
Je pense qu’il est fondamentalement important de parler aux gens de l’alternative internationale de Novorossia. Je pense nécessaire de soutenir Donetsk, Lugansk et tous le Sud-Est du point de vue de l’internationalisme, et non dans le cadre des «bons Russes – méchants Ukrainiens." Des Russes et des Ukrainiens il y en a de toutes sortes, mais la question est celle des agissements cruels du gouvernement de Kiev contre les habitants du Sud-Est et d’autres régions de l’Ukraine.

"SP": – Est-ce que action sera la plus forte pour les Russes: la propagande étatique sur la sympathie pour les victimes ou l’attractivité du projet social?

- Je ne suis pas entièrement sûr que Novorossia propose un projet cohérent. Bien que je voudrais vraiment qu’il en soit ainsi. Mais il existe des gens qui essaient de formuler un projet pour la Nouvelle-Russie, le Donbass. Et il y a aussi, bien sûr, le fait que la propagande russe tente d’étouffer la présence d’alternatives de développement socio-économique en Novorossia. Le désir de construire une économie socialement orientée, une société plus démocratique n’est pas reflété par notre télévision.
Mais si Novorossia dans la pratique est en mesure de montrer un autre exemple d’ordre social, elle aura une grande influence sur la société russe. Surtout, si cette pratique est soutenue publiquement par l’opposition en Russie. Alors, l’influence des médias ne sera pas aussi importante.

Le Coordonnateur du Front populaire pour la libération de l’Ukraine Vladimir Rogov attire l’attention sur le fait que l’aide des Russes au Donbass ne se limite pas à unsoutien moral:
- En Novorossia pour la première fois est apparue la possibilité de créer un état social. Non pas en paroles, mais en actes. Sans les oligarques et la gabegie qui a régné dans les années 1990 en Russie et continue de se produire en Ukraine. C’est un Etat qui ne sera pas membre de l’OMC à des conditions désaventageuses, et ne se laissera pas asservir par l’Europe.

S’agissant de l’aide des Russes, elle est vitale. Les gens ordinaires fournissent une aide colossale. C’est l’accueil des réfugiés et l’envoi de matériel de protection, de nourriture et de médicaments. Nous voyons comment nos gens sont liés par la parenté. Cette assistance à autrui ne s’est vue, peut-être, que dans la Grande Guerre patriotique ou pendant le tremblement de terre en Arménie. Nous n’avons, malheureusement, jamais vu ailleurs un tel sentiment d’union. La tragédie d’Ukraine a réveillé les meilleurs sentiments humains, que l’on avait récemment commencé à oublier dans la poursuite de bien-être personnel. Les Russes sont venus massivement à la rescousse de leurs frères dans la nouvelle Russie.

"SP": – Comment la réorientation des médias de Russie pour promouvoir des initiatives exclusivement pacifiques jouera-t-elle sur les positions des forces d’autodéfense?
- Je ne voudrais pas surestimer l’influence des médias. Au maximum, la politique des médias de Russie va retarder la mise en œuvre des projets de la "Nouvelle Russie". Parce qu’il a déjà eu lieu dans les cœurs et les âmes des gens. Maintenant, il ne reste qu’un détail – qu’il soit adopté de jure, mais de facto, il existe déjà. La propagande peut retarder le processus pendant plusieurs mois ou un an, mais pas l’affecter fondamentalement. La Nouvelle Russie – est un fait accompli, et le processus historique ne peut pas être arrêté. C’est d’ailleurs une chose que comprend aussi l’oligarque Kolomoysky .

"SP": – Est-ce que Kolomoysky aussi soutient Novorossia?

- Lui aussi est pour la Nouvelle-Russie, mais vivant selon ses règles. Maintenant sous son contrôle sont déjà Zaporozhye, Dniepropetrovsk, la région de Kherson, en partie – Nikolaev, Odessa. Selon Kolomojsky la seule chose à faire est prendre le contrôle de la région de Kharkov et réprimer le soulèvement populaire des Républiques de Donetsk et Lougansk. Il veut avoir la même entité territoriale, mais sous son contrôle personnel.

"SP": – Quelle est la raison pour laquelle les gens de la RPD et de la RPL n’ont pas l’intention de s’arrêter, et veulent mettre en œuvre le projet d’une « grande Nouvelle Russie»?
- Les gens à juste titre considèrent ce pays comme le leur. Ils considèrent qu’il est de leur devoir de libérer l’Ukraine occupée par les nazis. Nous comprenons que la plupart des gens à Kiev et même Lviv ne ressentent aucune sympathie pour les nationalistes, mais ont peur de parler par crainte de représailles.
Les gens veulent mettre en œuvre le projet «Nouvelle Russie» dans huit régions, selon l’exemple des républiques populaires de Donetsk et Lougansk, et ensuite proposer au reste de l’Ukraine ou une partition, ou l’éviction des nationalistes. Depuis des siècles le peuple russe a soif de justice. L’argent pour nous ne peut être une valeur importante que pour un court laps de temps.

Photo ITAR-TASS / Stanislav Krasil’nikov

http://svpressa.ru/society/article/91103/

traduction Marianne Dunlop pour histoireetsociete

 

Soros reconnait son implication directe dans les événements d’Ukraine

1-crimee-1980-urss-otan-cassini
Pour appuyer cet article je peux faire état de notre expérience avec Marianne lors de notre voyage en Crimée où nous avons rencontré des tatars extrémistes, ultranationalistes ou même proches d’Al Qaida qui ont déclaré être financés par la fondation Soros et à ce titre les ultranationalistes recevaient selon eux des formations d’anciens de Solidarnosc en Pologne alors que les proches d’Al Qaida étaient recrutés par le biais de groupes installés en Turquie et en liaison directe avec les Saoudiens. Voir nos différents articles sur notre voyage en pays tatar. Les saloperies qui provoquent la mort des enfants dans le Donbass et dont se vante ce taré… (note de Danielle Bleitrach)

http://www.portalalba.org/index.php/2014-03-27-16-48-36/2014-03-29-21-40-25/imperialismo/361-george-soros-admite-su-implicacion-en-el-golpe-de-estado-en-ucrania

tradution par DB pour histoire et societe

Le milliardaire américain George Soros a reconnu qu’il a été chargé d’établir une fondation en Ukraine, qui a contribué à la chute du président légitime et la prise du pouvoir par une junte « choisie » par le département d’Etat.

Selon un journaliste de CNN qui a interviewé Soros, "une des choses que beaucoup de gens reconnaissent [là-dessus] était que pendant les révolutions de 1989, vous avez financé les activités des dissidents et des groupes de la société civile en Europe de l’est, en Pologne et dans la République tchèque", à partir de là on peut se poser la question suivante: "avez vous fait des choses semblables en Ukraine?".

« J’ai créé une fondation en Ukraine jusqu’à leur indépendance par rapport la Russie. Et la Fondation depuis et a joué un rôle important dans les événements actuels, "a déclaré Soros.

Le site InfoWars a publié qu’il est bien connu, bien que de nombreux médias aient évité de le mentionner, que Soros travaille en étroite collaboration avec l’USAID, la National Endowment for democracy (qui accomplit maintenant des tâches précédemment dévolues à la CIA), l’International Republican Institute, le National Democratic Institute for International Affairs, la Casa de la Libertad (Freedom House) et le Albert Einstein Institute, afin d’encourager une série de « révolutions » en Europe orientale et Asie centrale après la dissolution de l’Union soviétique.

Nombre de participants à des manifestations de la Euromaidan à Kiev étaient membres d’ONG ou ont été formés par les organisations non gouvernementales, mêmes dans de nombreux ateliers et conférences, parrainées par la Fondation de la reprise internationale de Soros International Renaissance Foundation (IRF) et par divers instituts et fondations de la société ouverte (Open Society), publiée par le The New American portail. L’IRF, fondé et financé par le milliardaire, explique qu’il a fait « plus que toute autre organisation » pour la « transformation démocratique » de l’Ukraine, ajoute-t-elle.

Cependant, cette transformation conduit à une situation dans laquelle des ultra-nationalistes contrôlent la destinée de l’Ukraine. En avril, il a été annoncé que le Secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et la défense d’Ukraine, Andréi Parubiy et d’autres dirigeants du coup d’Etat travaillent avec le FBI et la CIA pour vaincre ceux qui s’opposent au gouvernement autoproclamé.

En outre, indique Inforwars, l’opération militaire de Kiev violente dans son essence, y compris le feu à la maison des syndicats à Odessa qui a donné lieu à des dizaines de morts, aussi peut être attribuée directement à l’activisme de George Soros, avec diverses organisations non gouvernementales.

Source : Russie aujourd’hui

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 1, 2014 dans actualités

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 316 autres abonnés