RSS

Archives d’Auteur: histoireetsociete

interview du président du parlement de la SPR sur l’actualité et sur l’avenir

[Litvinov, est le Président du Parlement de la SPR. Il a été militant et cadre  du PC ukrainien, et depuis le début de la nouvelle République il a rejoint le Front de l'unité de toute la gauche qui anime  la SPR.]

 0

Un entretien de Konstantin Sivkov. Traducción de Nahia Sanzo para slavyangrad // Publicado originalmente en la edición número 35 (553) para el 24 de septiembre 2014  

traduit par DB pour histoire et societe
Más: http://vpk-news.ru/articles/21950

Boris Litvinov, porte-parole du Soviet suprême (suprême Conseil ou le Parlement de la République populaire de Donetsk, fait une revue de l’actualité du Donbass en abordant une grande variété de sujets touchant le présent et l’avenir immédiat des républiques populaires depuis l’état des opérations militaire en plein cessez le feu, l’aude russe ou les perspectives futures tant politiques qu’économiques.

Quels sont les principaux défis que doit relever la RPD actuellement ? Quels obstacles se dressent devant  son statut en tant qu’État ?

La guerre est certainement le plus grand défi auquel nous sommes confrontés aujourd’hui  . Nous n’avons  jamais voulu  la guerre. Notre seul souhait était d’avoir une vie tranquille en paix, travailler et éduquer nos enfants. Mais nous ne pouvions pas accepter le coup d’Etat anticonstitutionnel qui a eu lieu  à Kiev. Pour autant nous ne cherchions pas un conflit  avec les imposteurs et ceux qui les suivent. Nous avons donc décidé de nous éloigner et de nous séparer de ceux qui voulaient interdire notre langue, nos coutumes, notre honneur, nos héros ou la célébration de jours consacrés  à la mémoire de ce que nous aimons. Nous avons opté pour l’indépendance. Parce que  des milliers de personnes ont voté lors du référendum du 11 mars, ce qui était un argument essentiel  pour déclarer la République de Donetsk  indépendante de l’ Ukraine . Nous voulons tracer notre propre chemin et non suivre  ce que les maîtres de Kiev ou Washington essaient de dicter. Nous aimons à l’Ukraine, mais nous ne pouvons pas accepter  ce qui est maintenant l’Ukraine aujourd’hui. Nous voulions un divorce pacifique, mais, malheureusement, il est venu une guerre.

Maintenant, des gens ordinaires  d’autres régions de l’Ukraine viennent ici pour nous tuer et ils ne comprennent pas pourquoi ils devraient le faire. Au cours de leur service, sont rendu compte qu’il n’y avait ni terroristes ni bandits, mais des gens comme eux, des  :mineurs, des médecins, des professeurs. Quel est le sens d’une telle guerre sauf qu’elle bénéficie à Poroshenko, à Kolomoyski et à Obama ?

Quel avenir voyez-vous  pour le pays, non seulement sur le plan social ou politique, mais aussi géostratégique ?

Tout d’abord, je tiens à dire que la République de Donetsk est et restera un Etat indépendant et autonome. Il n’y a aucun doute, et qu’on ne voit pas une autre option pour nous, ni maintenant ni à l’avenir. Nous avons adopté une déclaration d’indépendance et d’autres décisions législatives à mettre en œuvre. Aussi toute négociation ou décision au niveau international en ce qui concerne la SPR sont uniquement envisageables à travers ce prisme. Et Kiev doit comprendre que toute autre solution est inacceptable.

La révolution et la lutte que nous avons commencé et que nous poursuivons maintenant  sont marquées par trois idées principales. Le premier est le retour au monde russe, à la vie communautaire. Nous sommes des gens d’esprit et d’idées  communautaires. D’autres ont essayé et continuent à nous attirer vers le libéralisme, vers une société individualiste dominé par un gain personnel et la survie du plus fort.  Nous sommes russes, au delà de toute origine ethnique. Les gens pensent en termes de communauté à la fois en Russie et dans le Donbass, nous avons cela  dans le sang, dans nos gènes.

La deuxième idée est que nous rejetons la Loi de l’oligarchie, parce que le pouvoir du capital représente la domination de la majorité par une infime minorité, ce qui conduit à l’esclavage, une mentalité déformée et des divisions parmi le peuple. Le gouvernement de l’oligarchie mène au fascisme. Du moins c’est ce qui s’est passé en Ukraine. Et la troisième idée est de récupérer la relation d’amitié, complète et intégrée avec la Russie.

Nous comprenons que la Russie soit  intéressés à avoir un pays ami et stable sur sa frontière occidentale. C’est compréhensible.  Nous n’avons pas l’intention d’exporter notre révolution vers les régions voisines de l’Ukraine, où la population ne  s’est toujours pas réveillée et n’a pas réalisé qu’elle ne peut pas continuer comme d’habitude. Mais si un jour on nous demande des informations,, nous allons partager notre expérience.

Comment il est possible que les forces de Donetsk et Lougansk, qui ensemble n’atteignaient pas la moitié de ses  troupes,  ont défait l’armée de Kiev ? Comment est ‘il possible que les troupes ukrainienne troupes se soient laissées enfermer  dans  des poches, dans cet espace limité dans la zone de combat  ?

Tout d’abord, le moral de nos soldats est un allié important, ce qui donne à nos troupes un avantage sur l’ennemi. Notre guerre est juste, nous nous défendons contre un acte d’agression. La guerre qui a été déclarée contre nous est celle d’un prédateur. On dit que nous luttons à trois contre un  , mais nos commandants militaires savent que l’armée républicaine peut réussie sur le champ de bataille même contre une armée cinq fois supérieure en nombre.

Plusieurs fois, les soldats ukrainiens envoyés à Donetsk n’ont pas voulu affronter  leur propre peuple. Permettez-moi de donner un exemple . Il a  eu lieu  à Krasnoarmeisk.   des soldats ukrainiens, qui avait approché la ville dans deux véhicules blindés, m’ont appelé au téléphone au milieu de la nuit, . Ils m’ont donné leur position exacte et ils ont  demandé que nous venions  les prendre comme des prisonniers. J’ai d’abord pensé que c’était une sorte de piège et qu’en fait ils ne se livreraient pas . Mais ils m’ont dit qu’ils avaient une femme et des enfants à Kirovgrad et qu’ils avaient été avertis que s’ils refusaient de se battre, leur famille souffrirait de représailles. Ils ne voulaient pas se battre, mais ils que ne voulaient laisser exposé à leurs familles. Etre des prisonniers de guerre serait  une sortie Honorable.

Et maintenant, je veux dire quelques mots sur l’aide russe. Les autorités et la presse de Kiev et aussi certains hommes politiques occidentaux, disent que nous avons reçu une aide de Moscou. l’unique aide militaire  russe à notre combat est le soutien dans des domaines non militaires où il y a danger de catastrophe humanitaire. Nous recevons également l’aide d’autres pays. Nous obtenons de l’aide humanitaire de la France, du Portugal,  de la Grèce. Si ce n’était pas cette aide, nous aurions des difficultés sérieuses pour nourrir notre peuple et assurer leur survie.

Nous avons également un bon nombre de personnes qui ont pris au sérieux la lutte contre le fascisme et nous ont rejoints dans la lutte. En plus de citoyens russes, il y a des volontaires d’autres pays comme la Grèce, la Serbie, la France ou l’Espagne. De la Russie proviennent principalement des hommes avec une expérience militaire antérieure, certains d’entre eux d’un haut de niveau professionnel. De la Russie proviennent des individus bien formés et un système de préparation et une doctrine militaire à tous les niveaux. On trouve toutes les questions liées à la guerre dans la littérature disponible au public et la presse en Russie. des jeunes ex militaires sont venus pour défendre le monde russe, afin de protéger ce qui est, en réalité, la frontière russe. Ce soutien  d’experts a contribué  à nourrir notre capacité en forces pour contre-attaquer.

Maintenant que les pertes peuvent être dénombrés, nous voyons qu’une partie substantielle de l’équipement de l’armée ukrainienne a été détruite ou capturée par les forces rebelles. Comment les autorités peuvent-elles penser qu’elles ont  des chances de succès ?

Les autorités de Kiev dépendent de l’aide de leurs bienfaiteurs occidentaux. Il se dit  que quelques chars Leopard ont pénétré en territoire ukrainien. On pourra  les voir bientôt. Cette information est à vérifier, mais notre renseignement dit que c’est vrai.

On a entendu des informations qui font état de   la présence de mercenaires étrangers dans les rangs ukrainiens et d’officiels du renseignement étranger. Vous confirmez cette information ?

C’est vrai. Nous savons que des armées privées ont été formées pour lutter contre la République populaire de Donetsk. Monsieur. Kolomoyski est le propriétaire de l’une d’entre elles. ont été formés ces  bataillons avec leur  propre argent et ils poursuivent  leur financement. Les conseillers étrangers les aident et ils sont pratiquement indépendantes du pouvoir du gouvernement central. Il y a aussi des compagnies de défense privées qui viennent des  États-Unis, de Pologne, de France ou du  Royaume-Uni. Il est intéressant qu’il y ait des citoyens Français participant à l’action tant du côté du gouvernement de Kiev de la République populaire de Donetsk. Bon nombre des volontaires ont servi dans leurs pays. Les 15 gars Français dans notre armée sont venus vers nous parce qu’ils détestent le fascisme. Ils sauront que le fascisme est entrée en Ukraine et qu’il doit être écrasés. Nous avons eu une discussion. Ils m’ont dit qu’ils parlent parfois avec d’anciens collègues Français qui sont maintenant dans les bataillons de Kolomoyski. Ils sont payé pour faire ce qu’ils font à Donetsk. Ils sont dans cette guerre pour l’argent, car ils espèrent  beaucoup d’argent pour être dans la lutte. Et  Kolomoyski paye. Alors, ils parlent entre eux et se font la guerre les uns des autres. Il y a des mercenaires étrangers qui contrôlent notre aéroport. Nous avons capturé beaucoup d’entre eux : des polonais, des américains et y compris des tireurs d’élite des pays baltes. Ils sont peu nombreux.

Il peut y avoir des troubles en Ukraine cet hiver. Quelle serait la position de la République populaire de Donetsk s’il y avait une révolte populaire ?

C’est possible,  s’ils se retrouvent  sans gaz russe et  sans le charbon du Donbass. Dans la situation actuelle, s’annonce  un hiver difficile pour l’Ukraine. Nous aussi risquons de le vivre avec difficulté.Mais au moins nous avons un traitement préférentiel en Russie, au moins en ce qui concerne la distribution du gaz.

En ce qui concerne la possibilité d’une révolte populaire dans les régions occidentales de l’Ukraine, souvent avec des commandants de l’autre côté a été fait une approche. Cinq fois au total,  pas directement, mais par des intermédiaires. Nous leur disons « agissons vous de votre côté, nous du notre ". Ils ne veulent pas de ce type de gouvernement. Mais quand ils disent que nous devons donner un coup de pouce, nous l’avons déjà fait pour notre part. Notre objectif politique a déjà été atteint et maintenant nous regardons l’aspect militaire. Et nous ne voyons aucune mesure de votre côté. La population est en hibernation. À l’heure actuelle, tandis qu’on les maintient dans le  silence , ils ne sont pas prêts à franchir le pas. Mais ils vont se réveiller. Il y a déjà quelques exemples. Nous avons environ 200 hommes de Dnepropetrovsk qui forment leur propre Brigade de Dnipropetrovsk. Ils ne veulent pas vivre sous le régime de Kolomoyski. Ils disent qu’ils sont prêts à se déplacer et à faire la même chose que ce nous faisons ici dans le Donbass dans son territoire. Nous avons des hommes qui viennent des régions autour de Kiev, Jitomir, Odessa et de Nikolaïev. Ils viennent à nous pour recevoir  idéologie et  formation militaire et ils sont alors prêts à retourner.

Y a-t-il des gens dans le Donbass, qui soutiennent le gouvernement de Kiev et ses politiques pro-américaines ? Quelle est votre attitude ? Est-ce qu’ils tentent de saboter les républiques ?

Oui, il y a des gens comme ça. Par exemple, lors du référendum, 89 % de la population a voté pour l’indépendance. Environ 200 000 ont voté contre. Beaucoup n’ont pas voté. Beaucoup d’entre eux ont abandonné le Donbass pour se rendre à Kiev ou à Dnepropetrovsk. Un total de plus de 200 000 personnes. Par  contre plus de 500 000 habitants ont cherché refuge en Russie. Ceux qui sont restés ne montrent aucune résistance. Et ils agissent correctement pour  ne pas  provoquer la  majorité, compte tenu de l’environnement,  de guerre civile et des victimes qui ont été dénoncées..

Mariupol, un port clé sur la côte de la mer d’Azov, est maintenant entourée par la résistance populaire. C’est un centre de distribution du gaz pour la République de Donetsk, il est important de créer une voie d’approvisionnement moins problématique. Quelle solution envisagez-vous  et  pour d’autres foyers de résistance ukrainienne avec un cessez le feu en vigueur ?

Marioupol est important pour tout le monde parce que le transport ferroviaire n’est pas, en général, en fonctionnement. Les routes maritimes et  fluviales ont donc  un rôle important. L’alimentation électrique et des centrales thermiques par voie terrestre serait problématiques. Marioupol est également important pour Donetsk et Lougansk comme port d’accès aux  routes commerciales internationales. Nos forces avaient encerclé Mariupol, mais certaines zones  présentent toujours des problèmes. Nous pouvons aller de l’avant dans certains endroits, mais nous cédons du terrain dans d’autres et nous devons nous battre pour obtenir leur retour. La situation autour de Volnovakha est compliquée. Marioupol est fortement dispurté. C’est un objectif important pour tout le monde. Pour l’instant, nous travaillons là-dessus. Nous devons assurer les routes de livraison à Mariupol – espérons que nous pourrons le faire  avec une combinaison de la tactique militaire et de la négociation. Il faut comprendre que Marioupol est aussi important pour nous que Donetsk.

En cuanto a las bolsas de unidades ucranianas aisladas, hay dos de ellas al sur de la línea Donetsk-Shakhtaersk-Snezhnoye. Sus rutas de suministro están cortadas, así que vemos soldados ucranianos que cruzan la frontera rusa o se rinden para poder ser intercambiados como prisioneros de guerra. Por eso tenemos más prisioneros de guerra que Kiev. En esa zona, Kiev solo tiene a su disposición grupos aislados incapaces de ofrecer resistencia alguna. Las unidades al norte de Shakhtaersk, en el triángulo de Debaltsevo-Kirovskoye-Shakhtersk y en la zona hacia Krasny Luch, sí que disponen de una fuerza y equipamiento sustancial. Solo están parcialmente rodeados y tienen rutas de suministro. Estas unidades son peligrosas porque por el momento no disponemos de fuerza suficiente para rodearlas. Hay problemas en los alrededores de Gorlovka y Yenakievo. Esperamos que, si el enemigo ataca, pueda ser capaz de abrir un hueco que deje separados Donetsk y Lugansk.

Des unités ukrainiennes sont isolées dans des poches , il y a deux d’entre elles dans la ligne sud de Donetsk-Shakhtaersk-Snezhnoye. Leurs routes d’approvisionnement sont coupées, donc, nous voyons des soldats ukrainiens qui ont franchi la frontière russe ou se rendent  pour pouvoir être échangés comme des prisonniers de guerre. Pour cette raison, nous avons plus de prisonniers de guerre que Kiev. Dans ce domaine,  Kiev a seulement  accès à des groupes isolés incapables d’offrir aucune résistance. Les Unités dans le nord de Shakhtaersk, dans le triangle Debaltsevo-Kirov-Shakhtersk et de la région vers Krasny Luch, ont  des forces et des équipements importants. Ils sont seulement partiellement entourés et ils ont des voies d’acheminement. Ces unités sont dangereuses car pour l’instant, nous n’avons pas une résistance suffisante pour les encercler les. Il y a des problèmes dans le voisinage de Gorlovka et  de Yenakievo. Nous espérons que, si l’ennemi attaque, nous pourrons ouvrir un trou qui laisse distinct  Donetsk et  Lougansk.

Quelle est votre vision de l’État et quelles devraient être ses fondements ?

Ce serait une longue conversation. Pour être bref, nous vouons une économie orientée vers le social, avec un mélange de propriété des moyens de production, avec le gouvernement comme régulateur de l’économie. Le secteur privé va dominer certains secteurs de l’économie tels que l’alimentaire, les commerce et les services. Les Secteurs stratégiques seraient dans le domaine public, ce qui permettrait d’éviter que nous demandions aux oligarques de partager une partie de leurs prestations. Surtout connaissant leur tendance à voler et à cacher leurs profits. Il s’agit d’un phénomène mondial. Nous soutiendrons toujours l’initiative des petites et moyennes entreprises, afin que nous devrions avoir un modèle intermédiaire, un gouvernement qui contrôle l’économie. J’aime le modèle biélorusse. Un autre modèle pourrait être un modèle des participations croisées de la Chine, dans laquelle l’économie est strictement contrôlée par le parti communiste.

Nous ne ferons  pas  un copier et coller ce que d’autres font. Nous voulons faire partie de la paix russe. Mais chaque pays doit trouver son propre modèle économique différent du reste. Mais il y a une chose claire : nous devons être ensemble. Oui, nous pouvons avoir des différences sur la façon dont le gouvernement ou la ligne idéologique. Mais l’essentiel est de rester ensemble dans une communauté.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 2, 2014 dans Uncategorized

 

Massacre dans une école de Donetsk

PHOTOS du MASSACRE . Voici les photos   d’un autre endroit où les forces terroristes du régime ukrainien ont apporté mort et destruction. Aujourd’hui ces bêtes Nazi, ces terroristes sans honneur ou sa conscience, ont bombardé l’école n° 57 de Donetsk. Don’t stop même devant des enfants font c’était le premier jour d’école.

Plus tard on a signalé 11 morts et 40 blessés. Il n’y n’aurait aucun mort  parmi les enfants, qui ont été secourus et protégés 

Photo de Fronte Sud.
Photo de Fronte Sud.
Photo de Fronte Sud.
Photo de Fronte Sud.
Le 1er octobre à Donetsk,  a commencé l’année scolaire. Traditionnellement en Ukraine, le premier jour de classe est le 1er septembre, mais, selon l’administration locale, l’inauguration des cours a dû être reporté par mois à cause des combats incessants. "Le cynisme spécial de cette attaque, c’est que l’artillerie a ouvert le feu sur les écoles précisément le jour que les enfants ont commencé les classes. Ce sont des choses intolérables, scandaleux, "Russian Konstantín Dolgov spécial pour les droits de l’homme du ministère de la commissaire étranger, a déclaré à l’Agence de presse RIA Novosti .
0
 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 1, 2014 dans Uncategorized

 

Le soutien des camarades français sera TRES TRES apprécié

0

photo, dimanche dernier au siège de l’antenne régionale du KPRF à Kazan avec Kh. F. Mirgalimov, secrétaire du comité.

Je suis rentré de Kazan hier soir. Séjour tonique avec contacts très fructueux avec le KPRF du Tatarstan le week-end dernier. Le KP soutient activement le peuple du Donbass et organise efficacement l’aide humanitaire. Des camions chargés de médicaments, aliments, couvertures et vêtements partent régulièrement pour le Donbass. Si des camarades souhaitent faire des dons, ils peuvent les adresser  directement à la trésorerie du KPRF, soit à Moscou, soit dans chaque oblast ou république de la Fédération de Russie. Les soutiens des camarades communistes français seront TRES TRES appréciés. L’hiver va être long et rude, le Donbass va souffrir. Il faut être présent. Fashism ne proïdiot !

Pym

ce petit mot d’un camarade de retour de Kazan, nous dit que les communistes pourraient commencer à organiser la solidarités avec la population du Donbass qui manque de tout…

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 1, 2014 dans Uncategorized

 

La tragédie personnelle du commandant de la milice de Starobeshevo

http://dnr-news.com/video/4723-o-voyne-i-pogibshey-seme.html

 La tragedia personale del Comandante delle milizie di Starobeshevo  Posso raccontarvi cosa hanno fatto i battaglioni della guardia nazionale ucraina nella città di Starobeshevo, riportando le testimonianze dei residenti, da quando sono arrivate le milizie nel mese di maggio. In primo luogo, hanno istituito posti di blocco. Alla fine di giugno/inizio di luglio, i battaglioni punitivi sono arrivati. Avevano gli elenchi di tutti i combattenti della milizia, di tutte le persone che avevano partecipato al referendum sull'indipendenza (quello dell'11 Maggio) con tutti i numeri di telefono, indirizzi e numeri di targa dei veicoli.  Probabilmente non senza l'aiuto di alcuni residenti locali, rimasti simpatizzanti del regime di Kiev anche dopo i fatti di Odessa, di Kharkov e di Slavyansk. Probabilmente non si sono nemmeno resi conto di ciò che stavano facendo e con le loro azioni e hanno venduto coloro che hanno partecipato alla costituzione della Repubblica di Donetsk.  Io ero in cima e tutte le liste. Ecco il notebook di un comandante del battaglione Krivbass (battaglione punitivo della giunta ucraina) con nomi e indirizzi. Qui c'è il mio nome con i numeri ti targa delle mie auto.  Sono quindi arrivati in città con un piano punitivo, sapendo già quali macchine fermare e quali persone colpire.  Da quello che ho sentito, le loro azioni sono state brutali. Di solito arrivavano la notte per prelevare le persone. Li picchiavano brutalmente per poi portarli a Zortovo, tra Starobeshevo e Ekaterinovka. Lì c'era la principale base ucraina con circa 1.000 uomini, trincee e tende.  Il 26 luglio stavo combattendo in prima linea nei pressi di Peski. Alle 7 di sera mi è stato notificato che mio figlio e mio padre erano stati prelevati da uomini armati del battaglione Azov battaglione (il nome del battaglione l'ho scoperto un po' più tardi). I vicini hanno visto come mio figlio è stato picchiato per la strada, con le armi e con i calci. Hanno picchiato anche mio padre ... hanno perquisito la casa ed il negozio. In cerca di armi.  C'erano informazioni che indicavano che fossero ricercati per "vendita di armi", anche se ero totalmente contrario a questo e non volevo che mio figlio prendesse le armi. Gli dissi che io ero già abbastanza.  Per tutta la notte non ho dormito, pregando che nulla accadesse loro. La mattina del 27 luglio ho ricevuto una telefonata nella quale mi informavano che mio figlio era stato trovato sul lato di una strada, assassinato ...   Solo i suoi familiari sono stati autorizzati a vederlo, dato che non c'era più nulla da vedere: era senza faccia, senza testa, senza la schiena. Più tardi ho scoperto che era stato legato ad un veicolo blindato, torturato e picchiato, fino a farlo morire.  Mio padre è stato picchiato duramente e poi scaricato nelle vicinanze di Telmanovo. E' poi finito all'ospedale regionale di Telmanovo dove ha subito un intervento chirurgico. Aveva le costole rotte, un polmone perforato, un rene danneggiato, vari ematomi. Ha trascorso tre settimane in ospedale.  Due delle mie auto personali sono stati prese con tutte le carte e tutti i documenti personali di mio padre.  Mio figlio aveva 23 anni. Penso che siano trascorse solo poche ore dal momento in cui è stato catturato al momento della sua morte. Credo che sia morto attorno alle 11:00.  Un gruppo è arrivato da Mariupol per prendere mio padre, infatti lui è stato trovato sulla strada per Mariupol (la Telmanovo-Novoazosk).  Hanno provato a coprire i loro crimini dicendo a mio padre che suo nipote era riuscito a scappare.   All'inizio ho pensato che la mia vendetta non avrebbe avuto limiti. Ero pronto ad ucciderne almeno mille per vendicare mio figlio, perché il dolore era troppo grande e lo sarà sempre, ma molti prigionieri di guerra mi sono passati tra le mani. Bisogna guardare a queste persone come a uomini e cercare di mantenere le nostre qualità umane, senza lasciarsi trasportare dall'istinto di ucciderli. Questo non credo che possa comunque aiutare mio figlio. Lui è andato per sempre.  Ma vorrei parlare con tutti i soldati dell'esercito ucraino che non hanno ancora realizzato di essere venuti nella nostra terra, nella terra che noi difendiamo, non come terroristi come occupanti russi, ma per la nostra unità. Vogliamo avere una vita normale. E se l'Ucraina non può essere unita, vogliamo avere il nostro Stato, la nostra Repubblica. Vogliamo una vita normale, e senza che il governo, che è salito al potere con il sangue, provi a fermare il nostro processo rivoluzionario. Tutte le persone intelligenti dovrebbero iniziare a capire da chi è stata voluta questa guerra e per servire quali interessi. E devono capire che abbiamo deciso di creare la nostra Repubblica per risolvere una questione che all'inizio avrebbe potuto essere risolta in modo pacifico, senza mandare l'esercito a combattere contro il suo stesso popolo. Ancora più doloroso è pensare alle alla gente che ha vissuto accanto a noi per molti anni, come agli uomini del battaglione Krivbass, di Dnepropetrovsk, che non sono conosciuti per la loro compassione, ma per la loro brutalità. Dovrebbero essere vicino a noi nello spirito e negli ideali, ma in questa situazione siamo divisi. Spero che capiranno che stanno combattendo le persone che vivono qui, che difendono la loro terra e che noi continueremo a combattere. E vinceremo.  Senza dubbio. http://dnr-news.com/video/4723-o-voyne-i-pogibshey-seme.html

Le commandant  peut vous dire comment on agi  les bataillons de la garde nationale ukrainienne dans la ville de Starobeshevo, selon les témoignages de résidents, étant donné que les milices sont arrivés en mai. Tout d’abord, ils ont créé points de contrôle. À la fin juin/début juillet, les bataillons punitifs sont arrivés. Ils avaient des listes de tous les combattants de la milice, de tous ceux qui avaient participé à l’organisation d’un référendum sur l’indépendance (celui du 11 mai) avec tous leurs numéros de téléphone, leurs adresses et les numéros de plaque d’immatriculation de leurs véhicules. Probablement ils avaient été aidés dans l’établissement de ces listes par  certains résidents locaux, c’étaient des partisans du régime de Kiev après les événements à Odessa, Kharkov et Slavyansk. Ils ne réalisaient  probablement  même pas ce qu’ils faisaient en vendant  ceux qui avaient participé à la Constitution de la République de Donetsk.

J’étais parmi les premiers et sur toutes les listes. Voici le portable d’un commandant de bataillon Кривий (bataillon punitif de l’Ukraine) avec les noms et adresses. Voici mes numéros de plaque de  ma voiture. Donc, ils sont  arrivés en ville  avec un plan punitif, en sachant déjà quel genre de machines ils chercheraient et quels gens ils  frapperaient.

A ce que j’ai entendu, leurs actions étaient brutale. Généralement venaient  la nuit pour ramasser les gens. Ils les battaient  sauvagement et ensuite  les amenaient  à Zortovo, entre Ekaterinovka et Starobeshevo. C’était là  la principale base de l’Ukraine avec environ 1 000 hommes, des tranchées et des tentes.

Le 26 juillet je me battais sur les lignes de front près de Peski. À 19 heures, j’ai été prévenu que mon fils et mon père avaient été pris par des hommes armés de l’Azov bataillon (le nom du bataillon que j’ai découvert un peu plus tard). Les voisins ont vu comment mon fils a été battu dans la rue, avec leurs armes et les coups de pied. Ils ont battu mon père… fait une descente dans la maison et la boutique. À la recherche d’armes. Il y avait des informations indiquant qu’ils étaient recherchés pour « des ventes d’armes », même si j’étais totalement opposée à cela et je ne voulais pas que mon fils prenne les armes. Je lui avais dit qu’avec moic’était assez.

Tout au long de la nuit je n’ai pas dormi, priant que rien ne leur soit arrivé. Le matin du 27 juillet, j’ai reçu un appel téléphonique dans lequel il m’a informé que mon fils avait été retrouvé sur le côté d’une route, assassinée et… Seulement ses proches ont été autorisés à le voir, car il n’y avait plus rien à voir… Il était : sans visage, sans tête, sans ldos. Plus tard, j’ai découvert qui avait été attaché à un véhicule blindé, torturés et battu jusqu’à sa mort.

Mon père a été sauvagement battu et puis téléchargé près de Telmanovo. Ensuite, il a fini à l’hôpital régional de Telmanovo où il a été opéré. Il s’était cassé des côtes, un poumon perforé et un rein endommagé, plusieurs contusions. Il a passé trois semaines à l’hôpital.

ma voiture personnelle a été prise avec toutes les cartes et tous les documents personnels de mon père.

Mon fils avait 23 ans. Je pense qu’il ne s’est passé que quelques heures à partir du moment où il a été pris jusqu’au moment de sa mort. Je crois qu’il est mort autour de 11:00. Un groupe est venu de Mariupol d’emmener mon père, parce qu’il se trouvait sur la route à Mariupol (le Telmanovo-Novoazosk). Ils ont essayé de dissimuler leurs crimes en disant à mon père que son neveu avait réussi à s’échapper.

Au début, je pensais que ma vengeance n’aurait pas eu limites. J’étais prêt à tuer au moins 1 000 pour  venger  mon fils, parce que la douleur était trop grande et le sera toujours, mais de nombreux prisonniers de guerre, sont passés entre nos mains. Vous devez regarder ces personnes et le fait que nos hommes ont essayé de garder nos qualités humaines, sans céder à l’instinct de les tuer. Cela je ne crois pas que peut encore aider mon fils. Il  s’en est allé pour toujours.

Mais je voudrais parler à tous les soldats de l’armée ukrainienne qui n’ont pas encore agi en venant dans notre terre, la terre que nous défendons, pas comme des terroristes, pas les occupants russes, mais pour notre unité. Nous voulons avoir une vie normale. Et si l’Ukraine ne peut pas être Unis, nous voulons avoir notre État, notre République. Nous voulons une vie normale et sans que le gouvernement, qui accédera au pouvoir dans le sang, tente d’arrêter notre processus révolutionnaire. Tous les gens intelligents devraient commencer à comprendre qui a voulu cette guerre et pour servir quels intérêts. Et ils doivent comprendre que nous avons décidé de créer notre République pour résoudre une question qui, au début, aurait pu être réglée pacifiquement, sans envoyer l’armée pour lutter contre son propre peuple. C’st encore plus douloureux de penser aux personnes qui ont vécu à côté de nous pendant de nombreuses années,  les hommes du bataillon Кривий, Dnepropetrovsk, qui ne sont pas connus pour leur compassion, mais pour leur brutalité. Ils devraient être proches de nous dans l’esprit et les idéaux, mais  nous sommes divisés. J’espère qu’ils comprendront qu’ils combattent les gens qui vivent ici, qui défendent leurs terres et que nous continuerons à combattre. Et nous allons gagner. Sans aucun doute.

http://DNR-News.com/video/4723-o-voyne-i-pogibshey-Seme.html

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 1, 2014 dans Uncategorized

 

A Lisbonne, des nazis ukrainiens ont tenté de saboter une exposition sur la tragédie d’Odessa

0 

http://www.novorosinform.org/news/id/10584

Le 29 septembre, à Lisbonne, des nationalistes ukrainiens ont tenté d’empêcher la tenue d’ une exposition de photos consacrée à la tragédie de la Maison des syndicats. L’exposition, prévue pour trois jours, a ouvert le 28 Septembre à l’hôtel "Phoenix" : elle présentait 56 photos illustrant le massacre des 48 personnes brûlées vives à la Maison des syndicats le 2 mai dernier à Odessa. Des initiatives similaires se sont déjà déroulées dans 15 villes européennes.

Selon l’un des organisateurs, Sergei Markhel, le 29 septembre deux hommes sont entrés dans la salle et ont commencé à crier des slogans nationalistes, comme "vive le Héros de l’Ukraine Stepan Bandera."

Le 30 septembre environ trente Ukrainiens se sont rassemblés devant l’hôtel, tenant dans les mains des drapeaux nationaux ukrainiens, des drapeaux du " Secteur droit "et de l’Union européenne. Plusieurs manifestants ont rédigé des plaintes contre l’administration de l’hôtel.

"Avec l’aide d’un policier, qui avant cet incident avait visité l’exposition et montrait un vif intérêt pour les événements en Ukraine, après avoir appris le mot" au revoir "en russe et en ukrainien, les voyous ont été expulsés de la salle. Cependant, ils ne se sont pas calmés, ils se sont rendus à la mairie et ils organisé le 30 Septembre une manifestation devant l’hôtel "Phoenix" exigeant de punir sa direction, qui a mis à disposition des locaux pour l’exposition "- selon les médias qui citent les paroles de Markhel.

Titre original : Украинские нацисты пытались сорвать в Лиссабоне фотовыставку "Одесская Хатынь"

marquer comme non lu
 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 1, 2014 dans Uncategorized

 

Hasard”, on trouve depuis quelques jours dans la rue de Kharkiv de charmants tracts :

dont voici la traduction :

On est donc prévenus de ce qui risque d’arriver – bah oui, ces gens là ne vont pas laisser les choses se calmer…

lisez le dossier : http://www.les-crises.fr/chute-statue-de-lenine-a-kharkiv/#comment-189477

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 1, 2014 dans Uncategorized

 

Donetsk: une rentrée des classes au son du canon

 http://russiepolitics.blogspot.ru/2014/10/donetsk-une-rentree-des-classes-au-son.html

Aujourd’hui 1er octobre, les élèves et les enseignants de la République de Donetsk rentrent en classe. C’est un signe d’espoir dans la paix, de volonté dans la prolongation et la normalisation de la vie. Pourtant, les combats s’intensifient autour de l’aéroport de Donetsk, les quartiers d’habitations sont régulièrement attaqués. Dans les écoles qui se trouvent en zone particulièrement dangereuse, l’enseignement se fera à distance.
Chacun espère. Alors qu’un petit bus a été bombardé ce matin par l’armée ukrainienne. 8 morts. Que des civils, sans armes. Alors qu’une école a essuyé les tirs de l’armée ukrainienne, aujourd’hui, une simple provocation, pour le plaisir et pour rappeler que non la vie ne continue pas sans autorisation. Résultat: 4 passants tués. En quelques heures, 12 morts pour rien. Pour être passé là où il ne fallait pas.
Alors que le jour de la rentrée est une fête pour ces enfants qui en ont besoin. Qui ont besoin d’autre chose que la peur et l’angoisse. Qui ont beosin de se construire au milieur de cette horreur quotidienne. Mais rien n’est sacré. Les enseignants qui remplissent leurs fonctions dans les territoires "occupés" par les combattants, selon Kiev, reçoivent différents types de menaces. De l’emprisonnement à des menaces plus directes.
Malgré tout cela, les enfants étaient présents. Les enseignants à leur poste. La République se prépare à passer aux standards russes d’enseignement. C’est ça aussi la résistance d’un peuple. Quand chacun fait ce qu’il a à faire, quels que soient les risques
 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 1, 2014 dans Uncategorized

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 361 autres abonnés