RSS

LA LIBERTE DE LA PRESSE RECOUVRE D’ETRANGES PRATIQUES : UN CAS EXEMPLAIRE ROBERT MENARD

19 jan

RobertMenardIl y a de cela une dizaine d’années, je me souviens de l’impossibilité dans laquelle je me trouvais d’expliquer qui était Robert Ménard et comment il était en fait de son propre aveu stipendié par la NED, c’est-à-dire la CIA. Comment il transformait en journalistes et en dissidents cubains des gens qui émargeaient eux-mêmes à la même source et venaient prendre leurs ordres au vu et au su de tous à l’équivalent de l’Ambassade américaine à la Havane.

Je me souviens de la manière dont je tentais de me faire entendre y compris de la direction du PCF et de l’Humanité. Ce journal ayant poussé l’enthousiasme jusqu’à parrainer une des créatures du dit Robert ménard, au nom de la liberté de la presse. Depuis j’ai toujours eu des doutes sur l’adéquation totale entre la liberté de la presse et celle du droit des citoyen à être réellement informé.

Robert Ménard s’étant autoproclamé le président de reporters sans frontières et utilisant son titre pour mener campagne selon les cibles désignées par ses bailleurs de fond. je me souviens de ce jour où tout ce que le showbiz compte de vedettes dite de gôche avait organisé selon ses vœux un raout contre Castro au théâtre des champs Elysées, j’ai tenté de téléphoné à Ariane Ascaride que j’avais connue comme étudiante à l’UEC à Aix, elle m’a insultée, toujours selon la même démonstration, je n’étais qu’une stalinienne et elle après s’être trompée était sur la voix de la rédemption grâce à Menard et au PS mitterrandien dont chacun sait à quel point la transparence était sa vertu…

Robert Ménard était leur prophète même si certains journalistes me confiaient que quand ils entendaient son appel au téléphone, ils pestaient « Merde voilà Ménard! » mais l’homme avait l’oreille des propriétaires des titres à défaut des journalistes qui commençaient à avoir des doutes sur le personnage.

Le 30 septembre 2008, Robert Ménard annonce brusquement sa démission et quitte la direction de Reporters sans frontières poussé sans doute par les contraintes de la diplomatie française qui ne peuvent pas faire face aux protestations devant les campagnes mensongères qu’il lance. Le 1er mars de la même année, après une proposition faite à Cheikha Mozah, Robert Ménard prend les fonctions de directeur général d’un centre pour la liberté de l’information à Doha au Qatar créé en décembre 2007 sous l’impulsion de RSF, censé accueillir et soutenir des journalistes persécutés dans leur pays, et doté d’une subvention annuelle de 3 millions de dollars par l’émir. Ce qui est tout de même étonnant dans une monarchie héréditaire et où la presse n’a pas le droit à la moindre critique contre un pouvoir hériditaire. RSF elle-même « classait régulièrement le Qatar au fin fond du tableau de la liberté de la presse, vers la 80e place ». En juin 2009, il démissionne parce qu’il n’a pas tout pouvoir pour gérer l’argent du centre.

Et voici qu’au retour il est pris d’une illumination, comme Bricmont il est convaincu de la vertu de l’interdiction de toute limitation à la liberté d’expression. Il a écrit plusieurs ouvrages à ce sujet, dont La Censure des bien-pensants en 2003 avec son épouse Emmanuelle Duverger, ou encore Vive Le Pen ! publié en 2011 et également coécrit avec Emmanuelle Duverger, dans lequel ils affirment : « Défendre la liberté d’expression, aujourd’hui, revient fatalement à défendre celle de la droite extrême et de tous ceux qui y sont assimilés. Pour les autres, pas de problème ». Il relie ce phénomène au fait que, selon lui, « presque tous les journalistes sont de gauche »

Il a ainsi donné la parole à Thierry Meyssan, à Bernard Lugan ou à Alain Soral ; il a soutenu l’humoriste Dieudonné et le journaliste Éric Zemmour ; il s’est opposé à toutes les lois réduisant la liberté d’expression, dont la loi Gayssot contre laquelle il a signé en 2010, aux côtés de plusieurs révisionnistes, une pétition qui appelait à la libération de Vincent Reynouard.Dans la pétition, il y a l’inévitable Bricmont, toujours en soutien du négationnisme, et celui-ci qui cultive grâce au PTB et à Michel Collon des amitiés à gauche s’est débrouillé de la faire signer par Guy Allard la plume des Cubains qui avait écrit un texte documenté sur les liens entre le dit Rober Menard et la CIA. Par le jeu des passerelles, voici Jean Guy Allard en train de côtoyer le dit Robert Ménard dénonçant la loi Gayssot, le principal danger contre nos libertés selon Ménard et Bricmont. D’après son épouse, Robert Ménard et elle-même ont « évolué sur la question de l’islam » et « entamé « une phase de réflexion » sur le danger d’un islam conquérant, agressif », en étant à l’écoute d’intellectuels comme Renaud Camus ou Michèle Tribalat. Pour sa part, « Robert Ménard admet avoir changé d’avis sur le port du voile : il était contre l’interdiction du foulard à l’école, ce n’est plus le cas ».

Bref comme nous le présentons dans un autre article, Menard désormais candidat officiel du front national est allé traquer la loi Gayssot jusque dans le biterrois natal du dit Gayssot, le moins que l’on puisse dire est qu’on lui aura facilité la tâche.

About these ads
 
4 Commentaires

Publié par le janvier 19, 2014 dans Uncategorized

 

4 réponses à “LA LIBERTE DE LA PRESSE RECOUVRE D’ETRANGES PRATIQUES : UN CAS EXEMPLAIRE ROBERT MENARD

  1. franckmicha

    janvier 19, 2014 at 6:46

    A reblogué ceci sur JOURNAL LE COMMUN'ART.

     
  2. dedaj

    janvier 19, 2014 at 10:24

    Autant il est clair dans mon esprit que Ménard est un escroc, autant je considère que vous vous trompez en mettant Bricmond dans le même panier. Jusqu’à preuve contraire, Jean Bricmond combat l’hypocrisie de nos élites qui font de la censure très sélective (mais quelle censure ne le serait pas?). Encore une fois, sauf preuve du contraire, vous faites les mêmes amalgames que ceux qui traitaient tous ceux qui osaient critiquer RSF de Staliniens.

     
    • histoireetsociete

      janvier 19, 2014 at 10:51

      je dois partir, je vous répond donc brièvement… Il y a un point et vous ne l’ignorez pas qui pour moi ne relève plus de l’opinion mais de la diffamation, c’est le négationnisme… Non seulement parce qu’il touche à ma propre histoire ce qui n’a pas grand intérêt, mais parce qu’il touche à quelque chose de beaucoup plus profond, l’Histoire elle-même, comme l’ont très bien analysé des gens comme Vidal naquet ou Carlo Guinzburg le très grand historien italien. C’est quelque chose qui touche au sens lui-même. Mais cela paraît trop compliqué à des pensées technocratique et je n’ai pas le temps d’expliquer, il y a pas mal d’article sur le sujet dans ce blog. Celui qui entre sur ce chemin là part immanquablement dans une terrible dérive… je tenterai à mon retour de compléter ma démonstration…

       
  3. histoireetsociete

    janvier 20, 2014 at 4:57

    j’avais promis un complément d’information , voici un article sur ce blog: http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/01/20/une-operation-qui-pue-linfiltration-de-lextreme-droite/
    Je ne sais si mon interlocuteur est Viktor Dedaj qui a décidé de me vouvoyer, mais je voudrais lui signaler que j’ai rompu avec lui et son site sur une vilenie personnelle mais à propos de son soutien à Bricmont. J’étais convaincu qu’il le mènerait beaucoup plus loin que ce qu’il le pensait et ceci pour deux raisons. La première est le fait qu’il se croit un fin politique et n’a aucune précaution dans l’exposé de ce qu’il croit la vérité. la seconde est son mépris d’une culture dite académique. Je précise qu’au départ Viktor dedaj à mes yeux n’est pas au départ antisémite, ni négationniste et même pas carriériste. Mais la politique n’a rien à voir avec les certitudes technocratiques et un ego qui se croit tout permis y compris un humour que l’on croit ravageur et qu’encourage la flatterie de ceux qui veulent vous faire avancer vers leur but. Le vieux schéma léniniste: que veut l’adversaire, qu’est ce que je veux moi, quels sont mes points d’appui, les miens est encore la meilleure solution pour décentrer l’ego. Faire d’un site et de son audimat, le but n’est pas non plus de bonne méthode. Le second point, celui de la culture dite classique est essentiel, la plupart des gens qui voient loin, à commencer par Castro sont des gens d’une grande culture, ce qui aide à se situer dans un temps très long. le négationnisme pour moi va très loin dans le temps, celui de l’ensevelissement des morts, la naissance de la perception du temps, de l’art… Celui qui touche à cela affronte le sens même de l’humain et glisse dans l’ignominie. Bien sûr j’ai subi dans ma famille l’horreur de l’extermination, j’ai adhéré au PCF sur ces bases, mais c’est parce que très tôt j’ai dépassé la question juive pour faire de ce crime contre l’humanité un moment historique qui a ses antécédents, des génocides comme celui des amérindiens, la traite des noirs, en sont l’annonce mais ils conservent une fonction d’exploitation mais là nous avons un nouveau seuil la mort infligées à des individus considérés comme des nuisibles, la mort industrielle sans même toucher… Et c’est pour cela que je la lie à cette autre horreur qu’est Hiroshima, le seuil atteint et qui menace de se renouveler. Les petits crétins qui jouent avec ça provoquent mon indignation et ma répulsion…

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 372 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :