RSS

Lettre de l’écrivain Italo Calvino en faveur de l’avortement.

31 juil

ItaloCalvino[1]

Alors que la seconde vague de féminisme était au pinacle, en 1975, l’écrivain Italo Calvino envoya une lettre à l’intellectuel Claudio Magris, en réponse à son article contre l’avortement intitulé: "The deluded" publié dans le journal italien le Corriere della sera.

Voici les mots mêmes de Calvino :

Mettre un enfant au monde a un sens seulement si l’enfant est désiré en conscience et librement par ses parents. Sinon, il s’agit simplement d’un comportement animal et criminel. Un être humain se convertit en être humain non seulement parce qu’il est le fruit de conditions biologiques convergentes, mais s’il y a un acte de volonté et d’amour d’autres personnes. Si ce n’est pas le cas, l’humanité redevient – ce qui arrive déjà – rien de plus qu’une portée de lapins dans leur terrier. Une portée qui ne serait pas libre mais soumise aux conditions de l’artificialité dans lesquelles elle vit, avec une lumière artificielle et avec des aliments chimiques.

Seules certaines personnes qui sont à 100% convaincues de posséder la capacité morale et physique non seulement de nourrir un enfant mais de l’accueillir et de l’aimer, ont le droit de procréer. Si ce n’est pas le cas, elles doivent faire premièrement tout le possible pour ne pas concevoir et si elles conçoivent, l’avortement ne représente pas seulement une triste nécessité, mais une décision hautement morale qui doit être prise dans une liberté complète de conscience. Je ne comprends pas comment tu peux associer l’idée de l’avortement au concept d’hédonisme ou de la bonne vie. L’avortement est un fait effrayant.

Dans l’avortement la personne qui est atteinte physiquement et moralement est la femme. Si pour n’importe quel homme doué d’uneconscience chaque avortement est un dilemme moral qui laisse une trace, nous sommes en ce qui concerne la femme dans une situation tellement disproportionnée d’inégalité avec l’homme, que chaque homme se devrait de se mordre la langue trois fois avant de parler de ces choses. Au moment même où nous essayons de rendre moins barbare une situation dans laquelle la femme est vraiment anéantie, un intellectuel utilise son autorité pour que cette femme demeure dans cet enfer. Permets-moi de te dire que tu es vraiment responsable, pour dire le minimal. Je ne me moquerais pas tant des "mesures d’hygiène prophylactique", certainement tu ne t’es jamais trouvé avec le ventre déchiré. Mais j’adorerais voir ton visage si elles te soumettaient toi à une opération dans la crasse et sans les ressources qui existent dans les hôpitaux.

Je regrette qu’une telle divergence d’opinions sur ces questions éthiques basiques ait rompu notre amitié.

[brain pickings]
traduit par danielle Bleitrach pour histoire et société.

About these ads
 
1 commentaire

Publié par le juillet 31, 2013 dans femmes, litterature, société

 

Une réponse à “Lettre de l’écrivain Italo Calvino en faveur de l’avortement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 350 autres abonnés

%d bloggers like this: