RSS

La NSA travaille « main dans la main » avec les Occidentaux, répète Snowden

07 juil

Dans un interview publiée dimanche par Der Spiegel, l’ex-consultant de la NSA détaille comment les espions américains travaillent avec leurs homologues occidentaux.

Le partenariat entre la NSA et les autres pays est conçu de façon à « protéger leurs dirigeants politiques de l’indignation publique », précise Edward Snowden. – Reuters

Le partenariat entre la NSA et les autres pays est conçu de façon à « protéger leurs dirigeants politiques de l’indignation publique », précise Edward Snowden. - Reuters

Le partenariat entre la NSA et les autres pays est conçu de façon à « protéger leurs dirigeants politiques de l’indignation publique », précise Edward Snowden. – Reuters

Les pays occidentaux, qui se sont indignés de l’espionnage pratiqué par l’Agence nationale de Sécurité (NSA) américaine, coopèrent en fait avec elle depuis longtemps, a expliqué l’ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden dans une interview donnée avant ses  nouvelles révélations fracassantes  et  publiée dimanche par le journal allemand Der Spiegel .

Les espions de la NSA « travaillent main dans la main avec les Allemands et la plupart des autres Etats occidentaux », a-t-il dit dans cet interview effectuée par un expert en cryptographie américain, Jacob Appelbaum, et la réalisatrice de documentaires Laura Poitras.

Par exemple, concernant la coopération entre la NSA et les services de renseignements allemands, Snowden indique que la NSA fournissait aux Allemands « des outils d’analyse » pour les informations passant par l’Allemagne en provenance de régions comme le Proche et Moyen-Orient. Le partenariat entre la NSA et les autres pays est conçu de façon à « protéger leurs dirigeants politiques de l’indignation publique », si « la façon dont ils violent largement la vie privée dans le monde » est rendue publique, a-t-il dit.

Snowden est actuellement bloqué depuis deux semaines dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou-Cheremetievo, et a demandé l’asile à 21 pays, dont la plupart ont refusé. Trois pays latino-américains, le  Venezuela, le Nicaragua et la Bolivie , sont prêts à l’accueillir. Mais de nombreuses incertitudes planent sur la manière dont le fugitif, recherché pour espionnage par Washington et invisible depuis son départ de Hong Kong le 23 juin, pourrait rejoindre un pays d’accueil.

Ses révélations, parmi lesquelles le fait que la NSA avait espionné ses alliés européens, avaient été accueillies avec indignation par les chefs d’Etat occidentaux, et menacent les discussions qui s’ouvrent lundi sur une zone de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis.

Source AFP
About these ads
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 389 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :